Aujourd’hui, un milliard d’enfants parmi les plus vulnérables au monde sont exposés à un risque extrême. Si le monde ne réagit pas, demain, ce seront tous les enfants. Il est grand temps de placer les enfants au cœur de l’action climatique.

Déclaration de Catherine M. Russell, Directrice générale de l’UNICEF, concernant le sixième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)

28 février 2022
Un enfant joue dans les eaux de crues au Burundi.
UNICEF/UN0436094/Prinsloo

NEW YORK, le 28 février 2022 « Le rapport historique publié aujourd’hui par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) finit de dissiper toute ombre de doute : la crise climatique n’est pas une menace lointaine. Elle est déjà là, elle s’accélère et continuera d’avoir des effets de plus en plus dévastateurs dans le monde.

La crise climatique expose d’ores et déjà chaque enfant ou presque, sur tous les continents, à un risque accru de catastrophes climatiques plus fréquentes, plus intenses et plus destructrices, qu’il s’agisse de vagues de chaleur, de sécheresses, de cyclones, d’inondations, de pollution atmosphérique ou de maladies à transmission vectorielle.

Mais pour certains enfants, la crise climatique signifie plus qu’une aggravation du risque. C’est une réalité qui menace leur vie.

Récemment publié par l’UNICEF, L’Indice des risques climatiques pour les enfants – qui constitue la première analyse exhaustive des risques climatiques et environnementaux du point de vue des enfants – révèle qu’un milliard d’enfants vivent dans des pays où le risque est extrêmement élevé et sont exposés aux dangers, aux chocs et aux facteurs de stress les plus graves. Les répercussions sur ces enfants, leur famille et leur avenir – et donc, sur leur société – sont considérables. 

Aujourd’hui, un milliard d’enfants parmi les plus vulnérables au monde sont en danger. Si le monde ne réagit pas, demain, ce seront tous les enfants.

Les preuves sont irréfutables – la crise climatique est une crise qui touche avant tout les enfants. Et pourtant, ceux-ci sont systématiquement ignorés dans la planification de la lutte contre la crise climatique. Les investissements en faveur des besoins des enfants les plus touchés par les changements climatiques ne sont pas une priorité. Bien souvent, la question n’est même pas à l’ordre du jour. 

Alors qu’il est aux prises avec la menace que font peser les changements climatiques et la dégradation de l’environnement sur nos existences, le monde ne peut plus continuer à ignorer les enfants. Il est temps de placer nos enfants au cœur de l’action climatique.

En premier lieu, les gouvernements doivent réduire radicalement leurs émissions. Il s’agit de la seule solution à long terme, l’adaptation au climat ayant des limites. Mais nous devons également agir dès maintenant pour aider les enfants les plus vulnérables qui vivent dans les pays produisant le moins d’émissions par habitant à s’adapter aux impacts des changements climatiques, afin qu’ils puissent survivre et s’épanouir dans un monde qui évolue rapidement.

Préparer les pays et les communautés au moyen d’un développement résilient au climat portant une attention toute particulière à l’adaptation constitue la manière la plus efficace de protéger la vie des enfants vulnérables et les moyens de subsistance des familles. Il a en effet été démontré qu’une telle mesure permet de réduire le risque climatique pour les enfants et de renforcer la résilience face aux chocs climatiques à venir. En outre, ce type d’approche entraîne de véritables avantages économiques.

Pourtant, de nombreux pays n’ont aucune stratégie d’adaptation, ou possèdent une stratégie qui ne les protège pas et ne répond pas aux besoins urgents qui sont les leurs. Cela signifie que la plupart des enfants demeurent sans protection ni préparation face aux conséquences croissantes des changements climatiques.

Aussi l’UNICEF appelle-t-il chaque pays à prendre l’engagement de placer les enfants au cœur de toutes leurs stratégies d’adaptation climatique et d’en faire une priorité absolue.

Pour être efficaces, les stratégies d’adaptation et mesures de résilience axées sur les enfants doivent être multisectorielles et couvrir les domaines essentiels à leur survie et à leur bien-être, à savoir l’eau et l’assainissement ; la santé, la nutrition et l’éducation ; les politiques sociales et la protection de l’enfance. Elles doivent également concentrer leurs ressources et leur attention sur les enfants les plus marginalisés et les plus vulnérables des communautés les plus pauvres. Et, tout aussi important, elles doivent être conçues et mises en place avec l’engagement et la participation des jeunes, et ce afin de garantir que leur voix sera entendue et leurs besoins pris en considération dans les décisions. Enfin, elles doivent être immédiatement dotées de fonds et de moyens adéquats.

Les jeunes attendent déjà depuis trop longtemps que les dirigeants prennent les mesures profondes et radicales qui s’imposent pour limiter la crise climatique. Ne les laissons pas attendre davantage : prenons dès aujourd’hui les mesures judicieuses et stratégiques qui leur permettront de la surmonter. »

###

Contacts presse

Tess Ingram
UNICEF New York
Tél: +1 934 867 7867
Adresse électronique: tingram@unicef.org
Sara Alhattab
UNICEF New York
Tél: +1 917 957 6536
Adresse électronique: salhattab@unicef.org

Ressources supplémentaires

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans plus de 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Suivez-nous sur TwitterFacebookInstagram et YouTube.