We’re building a new UNICEF.org.
As we swap out old for new, pages will be in transition. Thanks for your patience – please keep coming back to see the improvements.

Evaluation database

Evaluation report

2016 Haiti: Evaluation de Kore Fanmi



Author: Olivier Appaix

Executive summary

With the aim to continuously improve transparency and use of evaluation, UNICEF Evaluation Office manages the "Global Evaluation Reports Oversight System (GEROS)". Within this system, an external independent company reviews and rates all evaluation reports. The quality rating scale for evaluation reports is as follows: “Highly Satisfactory”, “Satisfactory”, “Fair” or “Unsatisfactory”. You will find the link to the quality rating below, labelled as ‘Part 2’ of the report, and the executive feedback summary labelled as ‘Part 3’.

Background:

Kore Fanmi (« soutien aux familles ») est un programme public, lancé initialement en 2011 dans trois communes du Plateau Central (Boucan Carré, Thomassique, Saut d’Eau), avec l’appui financier de la Banque Mondiale et de l’UNICEF, puis repris à partir de 2014 dans au Sud-Est avec l’appui financier et technique de l’UNICEF. Le programme est mis en œuvre et administré par un Organisme Prestataire de Service, qui contribue également au financement du programme (à hauteur du tiers de frais de fonctionnement entre février et juin 2016 par exemple).

Kore Fanmi est un programme à base communautaire qui vise à appuyer les ménages les plus vulnérables afin d’améliorer leurs conditions de vie, leur bien-être, au travers d’une approche holistique au développement et à l’assistance sociale. Il combine éducation, sensibilisation, mobilisation et partenariat communautaire, et crée le lien vers les services disponibles.

L’évaluation du Programme Kore Fanmi (KF), commanditée par l’UNICEF, vise à établir un diagnostic général et détaillé de la performance du programme tel que mis en œuvre dans les trois communes d’Anse-à-Pitres, Grand Gosier et Thiotte, arrondissement de Belle Anse du département du Sud-Est d’Haïti. Spécifiquement, l’évaluation repose sur l’analyse de six critères d’évaluation de base : pertinence, efficacité, efficience, impact, pérennité, et contribution / valeur ajoutée de l’UNICEF. Ces critères sont précisés au travers de questions évaluatives qui en délimitent les périmètres, et répondent aux attentes spécifiques du commanditaire.

Purpose/Objective:

Il s’agit d’une « évaluation formative » qui doit établir « un bilan global et objectif des actions de Kore Fanmi depuis son démarrage dans les trois communes ciblées » (Anse-à-Pitres, Grand Gosier, Thiotte), afin « de disposer d’une connaissance précise et détaillée de Kore Fanmi, de son évolution et de son contexte. » Il est attendu de l’évaluation qu’elle fournisse des enseignements et des données opérationnelles « qui permettront d’informer la stratégie nationale de protection sociale, et de renforcer la capacité du gouvernement d’Haïti pour financer, orienter, coordonner et superviser la fourniture de services sociaux de base. »

Plus spécifiquement, les TdR précisent qu’il s’agira de :

  • Vérifier le potentiel de Kore Fanmi pour contribuer aux résultats du Plan stratégique de l’UNICEF, notamment en ce qui concerne l’Inclusion sociale ;
  • Fournir l’évidence de la pertinence de l’approche pour alimenter le dialogue politique avec le gouvernement et les partenaires techniques et financiers en vue de sa mise à l’échelle, conformément aux orientations stratégiques du Plan d’Action pour la Réduction de la Pauvreté (PARP).

Methodology:

L’évaluation s’articule autour de six critères de base. Les cinq premiers sont ceux recommandés par le Comité sur l'Aide au développement (CAD) de l’OCDE (pertinence, efficacité, efficience, impact, pérennité), tandis que les sixième (Valeur ajoutée / contribution de l’UNICEF) est plus spécifique à chaque donneur d’ordre. La Commission Européenne l’utilise également, ainsi que d’autres comme la cohérence, ou la complémentarité. Ces thèmes apparaissent d’ailleurs presque naturellement lorsque l’on mène une évaluation, et ils sont en général traités dans le cadre de l’analyse de pertinence si aucun espace d’analyse particulier ne leur est réservé. C’est le cas dans le présent rapport puisque des questions de la pertinence relèvent en fait de l’analyse de cohérence ou de complémentarité, et que l’investigation a relevé l’importance de cette analyse au regard de l’existence d’autres programmes abordant la vulnérabilité selon des modalités qui s’apparentent en partie à ce que fait Kore Fanmi, surtout Kore Lavi.

Pour mener la collecte des informations et données nécessaires à l’investigation, plusieurs méthodes ont été employées :

  • Entretiens semi-structurés (c’est-à-dire reprenant la structuration en critères évaluatifs et appliquant des questions liées – mais adaptées à chaque interlocuteur)
  • Rencontres de groupes, également pour des entretiens semi-structurés, appliquant des techniques de type groupe focus (discussion collective, implication des différents participants, recherches des consensus, vérification des causes de contradiction, vérification croisée des réponses)
  • Observations et rencontres de terrain auprès des bénéficiaires du programme
  • Recueil de données statistiques au travers de demandes spécifiques auprès du FAES (au travers du SIIS) et de HHI
  • Collecte des éléments d’information financière (états de dépenses, budgets) auprès de l’UNICEF et de HHI.

Findings and Conclusions:

Le programme Kore Fanmi est un programme de développement et d’assistance sociale qui remplit une fonction essentielle de l’Etat haïtien, ramenant vers les populations vulnérables une assistance et un appui qui leur font grandement défaut. Il permet de reconnecter les ménages bénéficiaires vers les services disponibles, de créer et d’entretenir le lien social, de transférer des connaissances indispensables à l’amélioration, à brèves comme à longue échéance, du bien-être des personnes. Son approche multidisciplinaire et holistique répond à bon nombre de priorités du pays et des partenaires de développement.

Mais le programme souffre encore d’insuffisances, dont une gestion imparfaite, notamment en termes de suivi-évaluation, d’un niveau de compréhension et d’appui insuffisant de l’Etat haïtien, et d’un manque de perspective claire en matière de financement. Il mériterait d’être davantage institutionnalisé, à tous les niveaux administratifs, afin d’en faire véritablement une cheville ouvrière de la protection sociale et du développement dont le pays a grandement besoin.

Kore Fanmi peut et doit servir de pont et de relais pour un ensemble d’autres initiatives et programmes d’assistance sociale et de développement à base communautaire. Il met à disposition des agents qui connaissent parfaitement les populations, leurs conditions de vie, les caractéristiques des territoires dans lesquels elles vivent.
KF représente ainsi un outil de choix pour la mise en œuvre d’une véritable politique de développement et de protection sociale.

Recommendations:

 A l’endroit de toutes les parties prenantes :

  • Maintenir dans le temps l’appui à un programme de nature publique, au plus proche de la population, voué à passer à l’échelle et qui apporte un appui de long terme aux populations, notamment les plus vulnérables.
  • Rassembler, associer, des initiatives de développement et d’assistance sociale, particulièrement celles à base communautaire ou de proximité, qui puissent s’harmoniser progressivement.
  • Appuyer le développement d’un cadre de protection sociale.

A l’endroit, plus spécifiquement, des autorités de tutelle (Etat) du programme:

  • Adapter la méthode Kore Fanmi au milieu urbain et diversifier les méthodes de communication (IEC/CCC) afin de mieux tenir compte de la diversité des personnes ciblées. Adapter le Manuel Kore Fanmi en conséquence.
  • Pour une extension à de nouveaux territoires un recalibrage du programme pourrait être envisagé
  • Institutionnaliser davantage le programme au niveau local (envisager notamment un local pour chaque AKF).
  • Professionnaliser davantage les agents communautaires polyvalents : envisager une formation diplômante.
  • Développer les infrastructures et les services de base (notamment le réseau routier et l’accès à l’eau).

A l’endroit de l’UNICEF :

  • Mettre en place un processus plus rigoureux de suivi-évaluation, incluant l’adaptation des indicateurs de suivi aux besoins de pilotage et de suivi-évaluation.
  • Valider les outils de pilotage et de mise en œuvre par les départements techniques.
  • Assurer un suivi longitudinal d’un échantillon de familles afin de mieux documenter et mesurer les effets du programme et d’assurer un apprentissage et une adaptation continus.
  • Assurer une période de transition de l’appui de l’UNICEF à HHI concentrée sur les questions d’organisation, des outils de suivi et de l’opérationnalisation du SIIS mobile.

Lessons Learned:

Kore Fanmi est véritablement un programme d’assistance / protection sociale mais aussi de développement socio-économique, notamment en raison de son approche holistique. C’est un programme qui demande donc du temps pour obtenir des résultats et des effets, mais qui ne peuvent être que profonds, transformateurs. L’engagement de court-terme des bailleurs de fonds limite donc fortement la capacité du programme à s’enraciner et à produire ces effets.
Kore Fanmi, dans les faits, couvre une grande partie de la population des communes visées, d’autant que les agents communautaires, qui constituent un capital humain remarquable, sont eux-mêmes issus des populations bénéficiaires et qu’ils sont en capacité d’adapter les modalités du programme et la panoplie des services qu’il fournit selon les besoins de chacun. La conception même du programme permet cette adaptation.
KF est aussi, fondamentalement, un programme public, qui demanderait donc une implication beaucoup plus importante de l’Etat, pour contribuer à son financement et améliorer encore son rapport coût-efficacité, pour le superviser et en être le véritable pilote, et ainsi en faire un instrument privilégié de mise en œuvre de ses politiques. Ceci est d’autant plus justifiable que, du fait des carences évidentes dans la disponibilité des services publics auprès des populations, Kore Fanmi représente aujourd’hui le programme de l’Etat le plus proche des populations, au moins dans les zones rurales, où il est en mesure de reconstruire le lien de confiance entre la population et l’Etat.



Full report in PDF

PDF files require Acrobat Reader.


 

 

Report information

Year:
2016

Country:
Haiti

Region:
LACR

Type:
Evaluation

Theme:
Social Policy (Cross-cutting)

Language:
French

Sequence #:
2016/007

New enhanced search