We’re building a new UNICEF.org.
As we swap out old for new, pages will be in transition. Thanks for your patience – please keep coming back to see the improvements.

Evaluation database

Evaluation report

2016 Haiti: Evaluation à mi-parcours du projet WASH en Artibonite



Author: George de Gooijer

Executive summary

With the aim to continuously improve transparency and use of evaluation, UNICEF Evaluation Office manages the "Global Evaluation Reports Oversight System (GEROS)". Within this system, an external independent company reviews and rates all evaluation reports. The quality rating scale for evaluation reports is as follows: “Highly Satisfactory”, “Satisfactory”, “Fair” or “Unsatisfactory”. You will find the link to the quality rating below, labelled as ‘Part 2’ of the report, and the executive feedback summary labelled as ‘Part 3’.

Background:

Il s’agit du rapport de l’évaluation à mi-parcours du projet «Eau, assainissement et hygiène pour les enfants du département de l’Artibonite» mis en oeuvre dans le département de l’Artibonite en Haïti. Ce projet est une réponse à une flambée de choléra dans le département de l’Artibonite datant d’octobre 2010.
Ce projet a pour but de fournir de l’eau potable, des sanitaires et une éducation à l’hygiène aux enfants, aux femmes et à leurs familles dans les zones rurales du département de l’Artibonite.
Les principaux résultats attendus sont les suivants :

  • Projets WASH dans 150 localités affectées par le choléra dans les milieux ruraux de l’Artibonite couvrant 150 000 personnes.
  • Projets WASH dans 100 écoles de ces localités couvrant 25 000 élèves.
  • Projets WASH dans 20 centres de santé situés près de ces localités.

Le projet devrait également renforcer les capacités des acteurs étatiques et des ONG impliqués.
Le projet est financé par le Gouvernement canadien : 12 millions de dollars canadiens sur la période allant de mars 2014 à mars 2017 (prolongée jusqu’en 2019). Une extension du financement (jusqu’à 20 millions de dollars canadiens) et de la zone d’intervention (ajout de 2 municipalités du département du Centre) a été convenue en Mars 2016. La mise en oeuvre de cette extension est actuellement en cours de discussion. Ce rapport est basé sur une mission qui a eu lieu de juin à août 2016. La mission a été dirigée par George de Gooijer, assisté d’Emmanuel Pierrette.

Purpose/Objective:

Cette mission a un but “formatif”, ce qui signifie qu’elle vise à aider les personnes impliquées dans le projet à tirer des apprentissages de la mise en oeuvre qui est en cours, à faire ressortir ce qui fonctionne bien et à relever ce qui ne fonctionne pas ou peut être amélioré.

Methodology:

Le travail est basé sur l’étude des documents fournis à la mission, de ceux collectés d’autres sources, des entretiens effectués tout au long de la mission et sur des observations faites dans l’Artibonite (gouvernement central), aux Gonaïves (autorités régionales) ainsi qu’au sein des localités. Une combinaison de facteurs a déclenché des difficultés dans la mise en oeuvre de la mission. Cependant, assez d’informations ont été collectées pour tirer des conclusions et des recommandations.

Findings and Conclusions:

Le projet a rassemblé les acteurs clés du programme rural WASH. Ce n’était pas simple ; comme démontré par le retard dans la mise en oeuvre lors de la première année du projet. Le processus de planification part dans plusieurs directions en raison d’une multitude d’objectifs : il existe à la fois des objectifs pour les foyers, les écoles et les centres de santé. Le tout combiné avec des choix initiaux de solutions techniques qui ont engendré un exercice d’optimisation complexe.
Une attention particulière a été portée à un des aspects clés du projet, hygiène et assainissement au sein des foyers : une étude a été menée et une expertise internationale a été apportée pour développer une approche appelée CATS ou ACAT en français. Il existe des résultats prometteurs dans le domaine selon la mise en oeuvre d’OXFAM. Un nombre considérable de latrines ont été construites par certaines familles vivant dans les localités au sein desquelles le projet avait entamé le processus ACAT. Des observations importantes soulignent l’existence d’un problème qu’il convient de résoudre au niveau des ‘‘objectifs’’ de l’approche (DAL versus construction de toilette). De plus, elles soulignent qu’un accord avec le Gouvernement haïtien est nécessaire au sujet de ces objectifs et de la mise en oeuvre concrète de cette méthode. UNICEF et OXFAM peuvent jouer un rôle important dans ce processus grâce à leur autorité internationale combinée dans ce domaine.

Il existe un élément de confusion au sujet du contenu des processus ACAT dans le projet autour de l’hygiène et du lavage des mains. Cette étape fait partie des processus ACAT. ACAT est, en effet, un processus de changement comportemental basé sur l’information. Il explique comment l’hygiène, l’eau potable et l’assainissement sont liés à la santé. La mission a constaté que le partenaire responsable de la misse en oeuvre du projet est en train de résoudre ce problème. Dans les localités, les gens construisent des latrines et des tippy-taps. La mission ne comprend pas pourquoi une campagne d’hygiène à part entière serait nécessaire. Cela porterait à confusion et serait un gaspillage de ressources.

Il y a également un autre élément qui est devenu plus poignant à cause de la reconnaissance par l’ONU de son rôle dans l’apparition du choléra : la question du financement des sanitaires. La DINEPA a fait passer une interdiction de financer la construction des latrines. Mis à part la réception de rapports selon lesquels cette règle est respectée, la reconnaissance par le Secrétariat général de l’ONU risque d’alimenter une demande d’assistance : ce risque nous a été présenté, vous payez pour nous en protéger. Il s’agit d’une situation qui ne peut pas être comparée aux situations WASH dans d’autres pays.

Le projet n’a pas encore réussi à fournir l’eau potable. Et plus encore : la solution choisie pour l’eau potable risque de ne pas garantir de l’eau potable au moment de la consommation. Il a été relevé que la construction des systèmes ainsi que leur réparation avancent avec un retard considérable à cause de problèmes techniques et de problèmes rencontrés dans l’externalisation des contrats et la gestion de ces derniers. Il a également été relevé que tous les foyers ne recevront pas le traitement à domicile (TED), ce qui signifie que même si les populations disposeraient d’une source d’eau propre, le risque de réinfection lors du transport et du stockage reste non-négligeable comme cela a été démontré par des recherches effectuées dans les mêmes conditions. La mission a conclu que l’accent devrait être mis de préférence sur ‘‘la garantie de la consommation d’une eau propre’’ plutôt que sur ‘‘la construction de systèmes’’. La priorité doit être donnée à la qualité au moment de la consommation et non pas à la quantité. Cela doit également faire partie de l’information ou de la logique du processus ACAT

Recommendations:

En vue de devenir durable et efficace, le projet nécessite plusieurs ajustements.

  • Avoir une planification intégrée, en commençant par les localités affectées par le choléra puis en y ajoutant les écoles et les centres de santé qui dépendent de ces localités. Cela créerait un environnement cohérent pour tous les enfants du village touché par le choléra. Une approche similaire est entreprise par UNICEF dans d’autres pays comme en RDC. (Projet Village assaini)
  • Travailler avec des objectifs intégrés pour les 4 champs de résultats, et utiliser ces derniers pour guider les autres décisions. Cela signifie passer de la construction de systèmes d’eau potable à l’approvisionnement de services WASH intégrés au sein de tous les foyers des localités sélectionnées en utilisant le traitement à domicile et ACAT.
  • Gérer les connaissances du projet en sécurisant le flux d’information, et en organisant la recherche-action autour de questions clés. Ce qui va déboucher sur une collaboration et des résultats.

Les 4 formules proposées sont les suivantes :

  • Foyer : garantir les services WASH pour tous les foyers des localités sélectionnées, avec ACAT pour l’hygiène et l’assainissement (être flexible en dirigeant les solutions selon les lieux), de l’eau potable saine avec le TED (filtrage, stockage sûr et chloration), compléter ces services avec des systèmes hydrauliques en cas de manque extrême d’eau (la notion de ‘‘manque extrême’’ doit être définie par les partenaires du projet).
  • Ecole : WASH (incluant le TED comme pour les domiciles), formation du personnel, implication des parents, clubs de santé, processus de certification.
  • Centre de santé : WASH sans danger, avec une attention additionnelle au risque d’infection au sein du centre par les personnes contaminées, et aux risques de santé posés par la gestion du contenu des latrines, formation du personnel.
  • Municipalité : formation sur le lieu de travail, plateforme municipale WASH, transport et outils.


Full report in PDF

PDF files require Acrobat Reader.


 

 

Report information

Year:
2016

Country:
Haiti

Region:
LACR

Type:
Evaluation

Theme:
WASH

Language:
French

Sequence #:
2016/006

New enhanced search