We’re building a new UNICEF.org.
As we swap out old for new, pages will be in transition. Thanks for your patience – please keep coming back to see the improvements.

Evaluation database

Evaluation report

2015 WCARO: Evaluation de la mise en œuvre du projet français de lutte contre les violences de genre en milieu scolaire



Author: Muriel Visser

Executive summary

With the aim to continuously improve transparency and use of evaluation, UNICEF Evaluation Office manages the "Global Evaluation Reports Oversight System". Within this system, an external independent company reviews and rates all evaluation reports. Please ensure that you check the quality of this evaluation report, whether it is “Outstanding, Best Practice”, “Highly Satisfactory”, “Mostly Satisfactory” or “Unsatisfactory” before using it. You will find the link to the quality rating below, labelled as ‘Part 2’ of the report.

Background:

Les violences de genre en milieu scolaire sont « des actes ou menaces de violence sexuelle, physique ou psychologique au sein et autour des écoles, perpétrés par les normes et les stéréotypes de genre, et imposés par des
rapports de force inégaux. Elles se réfèrent aussi aux différences d’expériences de la violence et de vulnérabilités à la violence entre les filles et les garçons », (UNGEI, 2015).
En milieu scolaire, les violences de genre frappent les filles dans de nombreux établissements africains et demeurent majoritairement invisibles et impunies.
Encore tabous, les actes de violences de genre en milieu scolaire sont très difficilement connus et reconnus. Ses actes sont aussi souvent banalisés et caractérisés par l’impunité des auteurs de violences dans la majorité des cas
(Devers, Henry et Hofmann, 2012).
Le présent rapport concerne l’évaluation finale du projet régional de Lutte contre les Violences de Genre en milieu scolaire, financé par le Ministère Français des Affaires Étrangères (MAEE).
Intégrée dans le cadre des programmes de coopération de chacun des quatre pays concernés, cette contribution s’inscrivait également dans le plan de travail du bureau régional de l’UNICEF pour la période 2012-2013.
Le financement octroyé était destiné à soutenir - dans le cadre d’une approche régionale - un projet visant à améliorer la scolarisation des filles et à lutter contre les violences de genre en milieu scolaire dont les conséquences, nombreuses, influent sur la scolarisation des filles.

Le projet régional était constitué de quatre programmes :

  • Trois programmes de promotion de la scolarisation des filles et de lute contre les violences de genre en milieu scolaire (au Burkina Faso, au Mali et au Niger). Chaque programme étant conçu en fonction des réalités et
    des besoins locaux.
  • Un programme de scolarisation et de prise en charge psycho-sociale et médicale des filles affectées par le conflit en Côte d’Ivoire.

Purpose/Objective:

Une évaluation finale avait été prévue pour ce projet qui s’est achevé en décembre 2014. Un travail de collecte de données étant prévu entre janvier et mars 2015 dans chacun des quatre pays.
L’évaluation devait permettre de :

  • tirer des leçons pertinentes par rapport à la mise à l’échelle des approches au niveau national ;
  • tirer des leçons dans le contexte de l’agenda post-2015 ;
  • informer les politiques et les approches programmatiques, dans le contexte des pays, mais aussi dans le contexte de la nouvelle politique de l’UNICEF pour le genre (2014-2017).

Methodology:

L’évaluation était orientée selon les termes de références (voir annexe 1) et selon un « cadre d’évaluation » (voir annexe 2) élaboré par la consultante. Le cadre d’évaluation détaille les principales questions spécifiques de l’évaluation, les critères/indicateurs utilisés pour chaque question, la méthodologie de collecte de données et les sources d’information. Basé sur les termes de référence de l’évaluation, le cadre d’évaluation a été élaboré pendant la période de démarrage/préparation de l’évaluation. Ce cadre a ensuite été partagé avec le bureau régional de l’UNICEF et avec les bureaux pays des quatre pays concernés pour commentaires.
La collecte de données a été réalisée grâce à une analyse de documents, la réalisation d’interviews individuelles et via des réunions collectives dans chaque pays. Le programme de travail par pays se trouve en annexe 3.
L’évaluation était basée sur une approche participative. Des membres des bureaux de l’UNICEF en Côte d’Ivoire ainsi que des ministères concernés ont intégré l’équipe d’évaluation pour le travail sur le terrain au Burkina Faso. La lecture des documents du projet (voir bibliographie) a permis, avant même le début de la mission sur le terrain, d’initier le processus de réponses aux questions dans le cadre de l’évaluation et de valider les réponses préliminaires.
Les données collectées de cette façon ont été triangulées en utilisant différentes sources d’informations.
Dans chaque pays, la consultante a fait un retour d’informations à la fin de la mission avec une présentation des résultats préliminaires et la diffusion d’un PowerPoint. Les PowerPoint de débriefing se trouvent en annexe 4 de ce
rapport.

Findings and Conclusions:

Le projet a atteint les résultats prévus en ce qui concerne le nombre des bénéficiaires. L’approche adaptée aux besoins et aux situations dans les différents pays a permis le déroulement de quatre projets assez différents qui
apportent des leçons différentes. Cette approche a aussi favorisé la pertinence dans le choix des actions et a été propice à une meilleure mise en oeuvre, qui a pu se baser sur le travail que l’UNICEF avait déjà fourni dans ces pays.
D’une façon générale, le projet a eu des résultats prometteurs. Cela a mis en évidence les avantages et inconvénients des différentes façons de travailler sur la question de la violence de genre en milieu scolaire. Dans le cas du Mali, le projet a été transformé en un projet d’urgence, moins bien équipé pour essayer de trouver des stratégies durables. Les résultats restent quand même ciblés sur une petite échelle en comparaison avec les besoins de chaque pays.
Globalement, les résultats du projet se situent dans différents domaines :

  • Expériences de renforcement du cadre politique et institutionnel (surtout en Côte d’Ivoire et au Niger) ;
  • Expériences de mise en place des cadres de détection, référencement et prise en charge des problèmes de violence de genre ;
  • Différentes stratégies pour soutenir et impliquer la communauté dans la lutte contre la violence de genre, tout en montrant le lien important entre l’école et la communauté ;
  • Différentes stratégies pour promouvoir une meilleure prise de conscience des différents intervenants sur les questions de genre et de violence de genre en milieu scolaire ;
  • Soutien immédiat/d’urgence aux populations (surtout les filles et les femmes) avec des besoins liés à des situations de conflit (Mali) ;
  • Le partenariat a été essentiel dans la mise en oeuvre des activités.

Recommendations:

  1. La continuité des interventions pour une période de 2-3 ans doit être envisagée dans les quatre pays. L’UNICEF doit essayer de trouver des moyens, surtout pour la Côte d’Ivoire et le Niger où les résultats sont les plus
    prometteurs du point de vue des stratégies, de l’institutionnalisation, et de la pérennisation. Dans ces deux pays, le projet a pu entamer un processus de changement qui comporte aujourd’hui des éléments clés à la durabilité et qui sont sur la voie d’une véritable institutionnalisation.
  2. Les futurs projets de ce genre doivent se fonder sur une analyse plus approfondie des connaissances existantes sur les défis des changements institutionnels, des changements d’attitude et de comportement, en général.
    Pour cela, il serait souhaitable de partir d’une revue de littérature et de l’analyse d’expériences positives.
  3. Les futurs projets doivent aussi avoir une durée plus longue (5 ans, avec une période de démarrage/préparation additionnelle) ce qui permettra d’envisager, d’accompagner et d’évaluer les différentes stratégies et d’en tirer des leçons. Un point de revue à mi-terme pourrait aussi être important afin de permettre à l’approche et aux autres éléments qui composent le projet d’être revus en fonction des progrès et des résultats, et d’envisager des changements si nécessaire.
  4. Dans les futurs projets de lutte contre les violences en milieu scolaire il serait souhaitable de prévoir une ligne directrice et des mesures de suivi pour évaluer les changements et comparer les différentes stratégies en fonction de l’efficacité et des coûts associés aux différentes interventions.
  5. L’UNICEF et les institutions partenaires doivent essayer de documenter les bonnes expériences qui ressortent des différents projets, et doivent continuer à promouvoir une discussion sur les répercussions de ces expériences. Dans cette optique, la continuation d’une approche d’échanges d’expériences entre les pays reste très importante...


Full report in PDF

PDF files require Acrobat Reader.


 

 

Report information

Year:
2015

Region:
WCARO

Theme:
Gender

Type:
Evaluation

Partners:
Ministère Français des Affaires Étrangères (MAEE)

Language:
French

New enhanced search