We’re building a new UNICEF.org.
As we swap out old for new, pages will be in transition. Thanks for your patience – please keep coming back to see the improvements.

Evaluation database

Evaluation report

2015 Benin: Evaluation à Mi - Parcours du Programme de Cours Accélérés (PCA) au Bénin



Executive summary

With the aim to continuously improve transparency and use of evaluation, UNICEF Evaluation Office manages the "Global Evaluation Reports Oversight System". Within this system, an external independent company reviews and rates all evaluation reports. Please ensure that you check the quality of this evaluation report, whether it is “Outstanding, Best Practice”, “Highly Satisfactory”, “Mostly Satisfactory” or “Unsatisfactory” before using it. You will find the link to the quality rating below, labelled as ‘Part 2’ of the report.

Background:

Le Gouvernement du Bénin, face aux défis importants qui se posent au système éducatif du pays et dans le souci de remplir ses engagements internationaux  (EPT, OMD), a opté pour une politique résolue en matière d’éducation. C’est ainsi que, pour atteindre la scolarisation universelle, il a initié et mis en place depuis 2012, un Programme de Cours Accélérés (PCA) avec l’appui technique et financier de l’UNICEF et de l’USAID.
Le PCA vise à donner une deuxième chance aux enfants et adolescents âgés de 10 à 17 ans qui ont été soit  exclus de l’école (enfants déscolarisés), soit n’ont pas eu la chance d’accéder à l’école (enfants non scolarisés). Ces enfants hors de l’école ont été estimés à 700 000 en 2006, selon une étude  menée par le Ministère des Enseignements Maternel et Primaire (MEMP) avec l’appui financier de l’UNICEF. Prévue pour couvrir les 77 communes du Bénin, la mise en œuvre du PCA est  à la phase pilote et est exécuté dans des centres PCA situés dans 18  communes de 8 départements du pays. L’encadrement des apprentissages est assuré par des animatrices et des animateurs (animateurs/trices). Les maîtres d’ouvrage sont les communes conformément à une approche décentralisée.
Après deux ans de pratique dans le cadre de la phase pilote et en conformité avec les exigences du  bailleur de fonds qu’est l’USAID, la décision a été prise de réaliser une évaluation à mi-parcours du PCA. La mission est confiée à un consultant international de nationalité burkinabé, secondé par un consultant national béninois  choisis sur la base de leurs expériences reconnues du système éducatif béninois et de leurs compétences en matière d’évaluation.
Il est prévu que les résultats de l’évaluation soient partagés au niveau des acteurs de tous les niveaux, central, déconcentré ou décentralisé, communal et local.

Purpose/Objective:

L’objectif général de l’évaluation est (i) d’analyser de façon critique tout le processus mis en place et les résultats spécifiques déjà atteints et (ii) de formuler des recommandations à l’endroit du gouvernement, de l’UNICEF, des communes bénéficiaires, du bailleur de fonds et des différents acteurs impliqués dans la mise en œuvre du PCA afin de renforcer le pilotage et l’adhésion des acteurs pour de garantir l’atteinte des objectifs de manière efficace et efficiente.
De façon spécifique, l’évaluation vise à : (1) analyser la pertinence, l’efficacité du PCA et sa mise en œuvre ; (2) analyser les documents pédagogiques, les outils et les démarches de mise en œuvre des contenus de formation utilisés et les acquis des apprenants ; (3) analyser le fonctionnement des centres PCA, les mécanismes de pilotage et de coordination de la mise en œuvre du PCA  aux différents niveaux : MEMP, UNICEF et Communes ;  (4) analyser la capacité de mobilisation des ressources des Communes bénéficiaires en faveur des activités du PCA ; (5) apprécier l’adhésion des différents acteurs impliqués dans le PCA ; (6) identifier les facteurs positifs et négatifs qui influencent le fonctionnement des PCA ; (7) analyser la perception des bénéficiaires ; (8) faire des recommandations pour améliorer la mise en œuvre et trouver des mécanismes de pérennisation de l’expérience du PCA.
D’autres objectifs à la demande  du commanditaire sont ajoutés : (9) proposer un modèle de PCA qui soit réaliste et généralisable ; (10) donner un aperçu sur des expériences similaires menées au Bénin en matière de PCA ou d’éducation alternative.
Les principaux résultats attendus de cette évaluation sont exprimés comme suit : (1) les informations quantitatives et qualitatives sur la mise en œuvre du PCA sont disponibles notamment en ce qui concerne l’atteinte des objectifs ; (2) les forces et faiblesses du PCA  sont identifiées ; (3) les recommandations visant à améliorer la mise en œuvre du PCA sont disponibles.

Methodology:

L’évaluation a été conduite sur la base des critères de l’OCDE et de la CAD (pertinence, efficacité, efficience, impact, durabilité/pérennité) et celui de l’adhésion prévu dans les TdR. Pour chaque critère, un certain nombre de questions d’évaluation sont posées et qui sont sources d’indicateurs.
L’approche choisie est à la fois, quantitative, qualitative, résolument participative et qui respecte le principe de triangulation.
La méthodologie utilisée: une première phase de l’évaluation  a été consacrée à l’analyse documentaire, à des enquêtes exploratoires, à l’élaboration des outils ; puis, une deuxième relative à des investigations plus approfondies sur le terrain dans 18 centres PCA fonctionnels et disséminés dans 8 départements (Alibori, Atacora, Atlantique, Couffo, Donga, Ouémé, Plateau, Zou).
La population enquêtée comprend plusieurs groupes-cibles: des bénéficiaires indirects du niveau national, déconcentré ou départemental, communal ou local et les bénéficiaires directs que constituent les apprenants.
Au total,  1097 personnes (dont 42 %  sexe féminin) ont été interrogées au cours de la collecte des données.
L’enquête a été menée en deux phases: la première au sud Bénin avec le recrutement et la formation de 24 enquêteurs et de 4 superviseurs, qui ont conduit une enquête pilote.  L’enquête approfondie a démarré dans 11 communes situées dans les départements du sud Bénin suivie d’une deuxième phase dans 7 communes dans les  départements du nord Bénin.
Les données ont été traitées et saisies avec l’appui de deux informaticiens-statisticiens et de 10 secrétaires de saisie en utilisant les logiciels appropriés (Word, Excel, Access, etc.).
Tout au long de la collecte des données, des précautions et des mesures ont été prises pour respecter les règles d’éthique et d’équité
Malgré des limites objectives d’ordre méthodologique ou liées à d’autres aspects de l’évaluation, les données analysées permettent de tirer des conclusions enrichissantes.

Findings and Conclusions:

Le PCA est d’une pertinence incontestable. Son efficacité est globalement relative au regard des résultats quantitatifs et qualitatifs atteints qui sont en deçà des attentes: 56 centres PCA sur 154 attendus et logés parfois dans des sites inappropriés et dans des bâtiments vétustes ; un effectif cumulé de 6272 apprenants pour les 56 centres, 5461 pour les 33 centres fonctionnels visités dont 62 % de filles, des apprenants irréguliers en classe, d’un niveau moyen, avec tout de même des « îlots » d’excellence ou des élèves brillants et aussi des élèves forts médiocres.
Ces résultats ont été fortement compromis par des difficultés pilotage, l’insuffisance de synergie, les erreurs d’orientations stratégiques au niveau des profils d’entrée et de sortie, le manque de rigueur dans le respect des cahiers de charges par les mairies souvent en manque de ressources, les résistances des patrons d’ateliers et de certains parents à laisser les apprenants fréquenter les centres, le manque de cantine pour assurer le repas à des enfants souvent affamés, etc. Toutefois, si l’on s’en tient à l’excellence du niveau de certains apprenants qui réinvestissent leurs acquis dans la vie quotidienne, à l’enthousiasme et l’espoir des apprenants par le PCA, on peut alors dire que le programme est potentiellement d’une grande efficacité.
Son efficience est relativement appréciable au regard du rapport coût–efficacité remarquable, de la bonne gestion globale des ressources utilisées.
L’impact du PCA est ressenti à travers un changement de mentalités en faveur de l’éducation en général, le réinvestissement par les apprenants de leurs acquis dans leurs activités professionnelles ou dans la vie de tous les jours.
Un potentiel à même de pérenniser le PCA par les Communes existe, mais une majorité d’acteurs demande à l’UNICEF de ne pas les «sevrer précocement» de son appui.
L’évaluation a permis d’identifier les forces, faiblesses, opportunités et menaces du PCA et de faire des recommandations.

Recommendations:

  • Poursuivre dans leurs efforts à apporter un appui technique et financier au Gouvernement du Bénin.
    Apporter un appui particulier d’ordre financier, technique et matériel  dans le cadre d’une prolongation de la phase pilote du PCA.
  • Apporter un appui technique et financier au Gouvernement et aux communes dans le cadre du choix du modèle PCA, de l’élaboration et de la mise œuvre du plan d’expérimentation du modèle et dans l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan quinquennal de généralisation du PCA.
  • Apporter un appui technique et financier aux communes et au Gouvernement dans la cadre de la mise en œuvre du plan d’expérimentation, du plan quinquennal de généralisation et de leur évaluation interne et externe.

Lessons Learned:

La première leçon que l’on peut tirer de la mise en œuvre du PCA dans sa phase pilote, c’est la grande intelligence dont les acteurs et les partenaires ont fait preuve pour privilégier une approche décentralisée. Celle-ci a permis non seulement une économie d’échelle très importante, mais surtout de se rendre compte de l’énorme progrès que l’on peut réaliser dans le cadre d’un projet de développement en confiant son exécution aux structures de base c’est-à-dire les communautés. Cette approche décentralisée est bien une spécificité du Bénin si on compare cette expérience à celle d’autres pays comme les « Cours de Rattrapage Scolaire » en République Démocratique du Congo  où l’approche décentralisée peine à prendre corps.
La deuxième leçon non moins importante, a trait à un autre caractère inédit de l’expérience et qui comporte une certaine ambivalence. En effet, on constate un mouvement d’élèves qui quittent le formel pour l’informel à cause de la gratuité, ou encore la présence massive d’adultes en classe qui revendiquent ainsi de façon implicite ou bruyante leurs droits à l’éducation en milieu rural défavorisé. Il s’agit là d’un phénomène assez rare dans nos contrées qu’il faut saluer. Mais en même temps, ces deux phénomènes révèlent une fragilité de nos structures décentralisées qui ont du mal à imposer une certaine discipline. D’où la nécessité d’un appui de proximité de l’État central avec toute la force dont il dispose pour épauler les communes.
Une troisième leçon tout aussi importante est relative à la profondeur de la réflexion qui sous-tend le programme. En effet, nos systèmes éducatifs ont tendance à exclure des enfants, oubliant que cette exclusion nourrit le camp du désespoir où les extrémismes de tout bord vont puiser leurs forces. Comme le dit si bien un responsable central, ces jeunes constituent une bombe si rien n’est fait à leur intention. À cet égard, le PCA traduit une capacité d’anticipation exceptionnelle qu’il convient de saluer.



Full report in PDF

PDF files require Acrobat Reader.


 

 

Report information

Year:
2015

Country:
Benin

Region:
WCARO

Theme:
Education - Child Friendly Schools

Type:
Evaluation

Partners:
UNICEF, USAID

Institution:
Ministère des Enseignements Maternel et Primaire

Language:
French

New enhanced search