We’re building a new UNICEF.org.
As we swap out old for new, pages will be in transition. Thanks for your patience – please keep coming back to see the improvements.

Evaluation database

Evaluation report

2015 Mali: Rapport d’évaluation de l’efficacité de la kinésithérapie de stimulation dans la prise en charge de la malnutrition aiguë sévère



Author: Issaka Sagara

Executive summary

Background:

Les enfants souffrant de malnutrition aigue sévère (MAS) présentent des retards de développement moteur, mental et comportemental, qui peuvent se consolider avec le temps, et mener à des incapacités irréversibles si aucune prise en charge n’est instaurée. Il est primordial, comme le précisent le guide de l’OMS, et le protocole national de lutte contre la malnutrition aigüe au Mali de mettre en place des activités destinées à stimuler l’enfant (stimulation cognitive, psychosociale, psychomotrice) d’où les activités de kinésithérapie de stimulation qui visent essentiellement  à  entretenir la capacité motrice et articulaire de l’enfant notamment lors de la phase initiale du traitement de la MAS, stimuler l’enfant dans la réalisation des séquences de développement moteur selon son âge.

Purpose/Objective:

L’objectif principal de cette étude est d’analyser les effets de la kinésithérapie de stimulation, sur le développement psychomoteur et cognitif, chez ces enfants en état de MAS, âgés de 6 mois à 5 ans.

Methodology:

Il s’agit d’une étude longitudinale de cohorte avec 2 groupes : un groupe soumis à la kinésithérapie de stimulation et l’autre groupe sans kinésithérapie de stimulation. Elle  s’est déroulée dans six (6) URENI du district de Bamako dont trois ont servi pour le recrutement du groupe avec kinésithérapie de stimulation (CHU-GT, CVI, CIII) et  trois autres ont permis de sélectionner les enfants du groupe témoin c'est-à-dire sans kinésithérapie de stimulation (CI, CIV, CV, CHU-GT). La population est représentée par les enfants, filles et garçons, en MAS, âgés de 6 mois à 5 ans à la date de leur prise en charge en phase 2 de récupération nutritionnelle, et pris en charge dans 6 des 8 URENI de Bamako du « Projet de renforcement des URENI par la mise en place d’activités de stimulation précoce ». Les données recueillies comprennent les caractéristiques sociodémographiques, médicales, psychomotrices et anthropométriques ainsi que les séances de kinésithérapie.

Les données  anthropométriques et sur l’évaluation du développement psychomoteur ont été récoltées au JOUR 1 et au JOUR 35 et ont été comparées en utilisant les  analyses bivariées et multivariées

Findings and Conclusions:

L’analyse a porté sur 126 sujets du groupe avec Kinésithérapie de stimulation et 131 du groupe sans Kinésithérapie de stimulation. La tranche d’âge de 12mois-<24mois était la plus représentée avec 47,78 %. L’échantillon des enfants cas, ayant reçu des séances de kinésithérapie de stimulation, et l’échantillon des enfants témoins, qui n’ont reçu aucune séance de kinésithérapie de stimulation, présentent donc une situation initiale comparable à J1 d’un point de vue sociodémographique et anthropométrique.  Par contre, le groupe des enfants qui ont reçu de la kinésithérapie de stimulation présentaient initialement un retard de développement plus important et un score de développement moins élevé, notamment dans les domaines du langage, de la préhension et de la comprehension  Le  score du développement psychomoteur, le rapport poids taille et le retard de développement des enfants après prise en charge étaient amélioré significativement dans le groupe  avec kinésithérapie de stimulation par rapport au groupe sans kinésithérapie de stimulation (p<0,001).

L’évolution du score de développement du langage, de la préhension de la compréhension et de la motricité était  significativement plus élevé (p<0,001) dans le groupe avec kinésithérapie de stimulation que dans le groupe sans kinésithérapie de stimulation.

Les  enfants du groupe sans kinésithérapie ont 20,59 fois plus de risque (OR= 20,59 IC 6,05 ; 70,09) d’avoir un retard de développement au Jour 35, tandis que les enfants avec retard de développement au Jour 1 ont 4,16 fois plus de risque (OR = 4,16 IC 1,34 ; 12,90) d’avoir un retard de développement au Jour 35, ajusté pour l’âge, le retard de développement à JOUR 1, et le nombre de séances de stimulation psychosociale.



Full report in PDF

PDF files require Acrobat Reader.


 

 

Report information

Year:
2015

Country:
Mali

Region:
WCARO

Theme:
Nutrition

Type:
Study

Partners:
UNICEF; Handicap International, Bamako, Mali; 4Handicap International, Lyon, France

Language:
French

New enhanced search