We’re building a new UNICEF.org.
As we swap out old for new, pages will be in transition. Thanks for your patience – please keep coming back to see the improvements.

Evaluation database

Evaluation report

2015 CAR: Évaluation du Projet de Soutien au Redemarrage et au Suivi des Activites Educatives en Republique Centrafricaine



Author: Prince Yéli NDE

Executive summary

With the aim to continuously improve transparency and use of evaluation, UNICEF Evaluation Office manages the "Global Evaluation Reports Oversight System". Within this system, an external independent company reviews and rates all evaluation reports. Please ensure that you check the quality of this evaluation report, whether it is “Outstanding, Best Practice”, “Highly Satisfactory”, “Mostly Satisfactory” or “Unsatisfactory” before using it. You will find the link to the quality rating below, labelled as ‘Part 2’ of the report.

Background:

Après les crises récurrentes qui ont secoué la RCA depuis plus de deux décennies, avec le déclanchement des hostilités par la coalition rebelle SELEKA en décembre 2012, les secteurs sociaux et particulièrement celui de l’éducation a été fortement touché. De décembre 2012 à mars 2013, plus de 180 000 élèves du primaire n’avaient plus accès à l’enseignement en raison de l’insécurité et des déplacements  ou du départ des enseignants. Ces crises ont eu pour effet, la désorganisation de tout le système éducatif, le traumatisme du personnel enseignant, administratif ainsi que les élèves qui avaient déserté les écoles, occasionnant ainsi l’interruption partielle ou définitive des activités pédagogiques au cours de l’année académique 2012-2013. C’est ce qui a amené la RCA, sous la supervision de la Banque Mondiale, à soumettre auprès du GPE, une nouvelle requête de financement pour une allocation dont le montant s’élevait à 19,2 millions de dollars US. Malheureusement, les troubles politico-militaires survenus ont gelé la préparation de cette nouvelle allocation. Malgré cette situation, le GPE a accepté de débloquer en novembre 2013 une première tranche de 20% de cette allocation, soit 3,69 millions de dollars US, dont la mise en œuvre a été confiée à l’UNICEF pour le financement d’un projet d’urgence.
L’objectif principal de ce financement accéléré était de soutenir le redémarrage et le suivi des activités éducatives pour 115 000 élèves répartis dans les préfectures de Bamingui-Bangoran, Haute-Kotto, Mbomou, Ouaka, Kémo, Nana-Gribizi, Ouham, Ouham-Pendé, Ombella-Mpoko et Bangui .
Les résultats attendus de ce financement sont, d’une manière générale de :

  1. Soutenir le retour à l’école de 115 000 élèves
  2. Maintenir 875 enseignants qui sont restés dans les écoles et accélérer le retour de 560 autres qui se déplacés,
  3. Améliorer l’accompagnement et le suivi des enseignants via la formation de 13 chefs de circonscriptions et de 125 chefs de secteurs scolaires.

Purpose/Objective:

Objectif général : c’est d’examiner de façon systématique et objective comment le projet de soutien au redémarrage et au suivi des activités éducatives en Centrafrique ont été mis en œuvre et quels résultats ont été atteints ; et en tirer les leçons apprises pour améliorer l’exécution du programme GPE II.
Objectifs spécifiques : tout en renseignant les principaux indicateurs contenus dans le cadre logique, l’évaluation  menée s’est attelée plus spécifiquement à :

  • Apprécier la pertinence, la convenance et a cohérence du projet ; son efficacité en rapport à ces objectifs ; l’efficience avec laquelle les résultats et activités ont été réalisés et leur coordination avec ceux produits par d’autres partenaires.
  • Décrire comment les résultats atteints ont pu contribuer ou pas à la relance du système éducatif Centrafricain.
  • Répertorier les leçons apprises de l’exécution du projet dont la prise en compte peut contribuer à améliorer l’exécution du projet GPE II.
  • Formuler des recommandations pertinentes et réalistes, susceptibles de permettre une amélioration de la mise en œuvre du Projet GPE II dont l’exécution vient de démarrer.

Methodology:

L’approche méthodologique retenue pour l’évaluation est  basée sur les phases suivantes :

  • La revue documentaire : elle consiste en la consultation de tout document utile pour la compréhension du projet tant dans sa conception que de sa mise en œuvre. Ce qui a permis de réunir toute la documentation disponible au niveau de l’UNICEF aussi bien qu’au niveau des ONG sélectionnées ainsi qu’au niveau du Gouvernement (STP, CPR). C’est la première phase de la consultation. Elle a aussi permis d’identifier les principaux acteurs du projet auprès de qui, les données quantitatives et qualitatives du projet ont été recueillies.
  • Le travail de terrain structuré : basé sur des méthodes mixes (quantitatives et qualitatives) en utilisant un guide d’entretiens individuels  pour les focus groups et des questionnaires avec les informateurs clés du projet. Ces informateurs clés sont constitués des bénéficiaires du projet et des points focaux côté gouvernemental qui ont aussi participé à la mise en œuvre du projet (Secrétariat Technique Permanent, Directeur du CPR de Bangui…). A cet effet, un guide d’entretien a été  prévu pour chacune de ces categories.
  • L’observation directe : elle fait partie intégrante de l’approche méthodologique retenue. Elle a permis de constater de visu les réalisations effectuées en ce qui concerne la réhabilitation des infrastructures scolaires des écoles ciblées. Compte tenu de l’insécurité encore observable dans le pays et du temps très court imparti pour les missions de terrain et conformément au chronogramme arrêté en fonction des exigences des TDR, l’observation  a pu se faire lors des deux missions de terrain effectuées dans 4 préfectures ciblées (Damara dans l’Ombella M’poko, Sibut dans la Kémo, Bossangoa dans l’Ouham et Bozoum dans l’Ouaham Pendé) et dans la zone de Bangui. Encore faut-il souligner que la recrudescence de la violence lors des derniers évènements a considérablement perturbé le bon déroulement de ces observations.

Findings and Conclusions:

Les principaux constats relevés par la consultation sur le projet sont : 

  • Projet salutaire pour le système éducatif centrafricain, notamment pour le niveau de l’enseignement fondamental 1. En effet, les crises récurrentes qu’a connues le pays, ont largement désorganisé le secteur éducatif;
  • Une première expérience pour l’UNICEF de travailler avec la plupart des ONG sélectionnées, en étroite collaboration avec le gouvernement centrafricain sur un même projet d’une telle ampleur ;
  • Projet réalisé dans un contexte sécuritaire très difficile et très volatile. Il faut en effet rappeler que le projet de soutien au redémarrage et au suivi des activités éducatives en Centrafrique est un projet d’urgence. Le pays n’étant pas encore totalement sorti des crises militaro-politiques, l’insécurité a été la contrainte majeure dans la mise en œuvre du projet;
  • Projet réalisé dans des zones difficiles d’accès et caractérisées par une situation d’insécurité généralisée. En effet, initialement, le projet visait 9 préfectures en plus de Bangui. Mais compte tenu de l’insécurité, de l’absence des ONG dans certaines régions, mais aussi de l’inaccessibilité à certaines régions, 2 préfectures (Bamingui-Bangoran et Haute-Kotto), n’ont finalement pu être retenues pour les interventions du projet;
  • Projet facilitant la cohésion sociale, la normalisation de la vie des enfants, et le retour de l’Etat. En effet, il a été observé que les enfants ont repris le chemin de l’école. Ce qui n’était pas le cas avant le projet. Car avec les crises récurrentes, les lieux d’apprentissage étaient soit occupées par les forces armées, soit totalement détruits et les enfants vaquaient à d’autres occupations;
  • Projet unanimement apprécié par toutes les parties prenantes au projet. Tous les acteurs et bénéficiaires du projet en effet apprécient le bien fondé du financement. 

Recommendations:

La consultation formule les recommandations suivantes :
• AUX ONG SELECTIONNEES
- Travailler tant en amont qu’en aval avec les autorités éducatives décentralisées.
- Etre transparentes avec les bénéficiaires du projet.   
• A L’UNICEF
- Suivre la mise en œuvre du projet par une visite régulière en province dans les zones ciblées, afin de se rendre compte de manière effective de la réalisation du projet. 
- Revoir le management de l’équipe chargée de l’exécution du projet.
• AU MINISTERE
- Maintenir les responsables éducatifs qui ont pris part au projet dans les zones ciblées. 
- Prendre en compte l’aspect psychologique des enfants traumatisés par le conflit dans les futurs projets.
- Travailler en prenant en compte les avis des responsables éducatifs décentralisés.



Full report in PDF

PDF files require Acrobat Reader.


 

 

Report information

Year:
2015

Country:
Central African Republic

Region:
WCARO

Theme:
Emergencies; Education; ECD

Type:
Evaluation

Language:
French

New enhanced search