Une cheffe du village dévouée pour la santé de ses habitants

« Maman Cheffe » est convaincue qu’il est possible de facilement éviter certaines maladies.

Thierry Vebamba
Philomène assise au milieu des membres de sa communauté
UNICEF DRC Vebamba
21 octobre 2020

Philomène Gere Kanda, appelée « Maman Cheffe » est la cheffe du village Lembo, situé au nord-ouest de la République Démocratique du Congo. Depuis 1997, Maman Cheffe se mobilise pour que sa population soit en bonne santé, en particulier les enfants et les mères. 

Lors des Journées Nationales de Vaccination au mois d’avril 2019, Maman Cheffe a encouragé toutes les familles de son village à vacciner leurs enfants pour assurer leur bonne santé. En protégeant les enfants contre les maladies graves, les vaccins jouent un rôle essentiel dans l’éradication des décès évitables d’enfants.

Âgée de 55 ans, Maman Cheffe est convaincue qu’il est possible de facilement éviter certaines maladies. Il y a quelques années, Maman Cheffe a mobilisé la communauté entière en vue d’obtenir le statut « Village Assaini ». Ils ont mis en place des infrastructures d’eau, d’assainissement et d’hygiène telles que les points protégés d’eau potable, des latrines hygiéniques, des stations de lavage des mains et des zones d’élimination des déchets. Depuis, la population a accès à l’eau potable et à des latrines hygiéniques et le lavage des mains est devenu une habitude. 

« Maman Cheffe est toujours prête à contribuer au développement du village », déclarent les habitants, fiers de voir le dévouement de Philomène. Depuis qu’elle est à la tête du village, Maman Cheffe a facilité la création d’une école de six classes, afin de permettre à tous les enfants du village de préparer leur avenir.

Mais depuis le début du mois d’avril 2019, Maman Cheffe a vu la situation se dégrader dans son village. Des centaines de réfugiés centrafricains sont venus trouver refuge à Lembo. La population de Lembo a accueilli les nouveaux arrivés à bras ouverts mais rapidement les problèmes ont commencé à se faire sentir : l’eau potable est devenue insuffisante et le poste de santé ne peut pas prendre en charge tout le monde. 

Maman Cheffe est consciente qu’il faut adapter et faire évoluer les infrastructures existant dans le village. La construction d’un centre de santé plus grand et équipé est nécessaire pour continuer à assurer la santé des femmes et des enfants. Des points d’eau supplémentaires doivent également être mis en place pour que tout le monde ait accès à l’eau potable.