Reconstruire les écoles détruites par l'éruption du Nyiragongo

Grâce à la reconstruction de son école à Goma, Dorcas peut de nouveau rêver de devenir capitaine de bateau.

UNICEF RDC
Une élève assise sur un banc
UNICEF DRC Bashizi
27 juin 2022

Lorsque le volcan Nyiragongo est entré en éruption au mois de mai 2021, des milliers d’habitations ont été détruites par la lave à Goma en République Démocratique du Congo. « Le ciel était tout rouge ce soir-là et j’avais trop peur », se rappelle Dorcas, 10 ans, qui s’est réfugiée avec sa famille dans la ville voisine de Sake. « A notre retour, il n’y avait plus de maison ni d’école, car tout est parti en fumée », poursuit tristement Dorcas. 

Des élèves jouent dans la cour de leur école.
UNICEF DRC Bashizi

L'École Primaire Nziyi où étudiait Dorcas a été totalement détruite et l’élève craignait de ne pas pouvoir finir leur année scolaire. Avec le soutien du Gouvernement norvégien, l’UNICEF a mis en place des espaces d’apprentissage temporaires trois semaines après l’éruption volcanique et lancé la reconstruction de l’école. « Nous avons repris les cours dans une autre école sous une tente », explique Dorcas qui avait également reçu des fournitures scolaires.

Des élèves assis sur un banc.
UNICEF DRC Bashizi

Moins d’un an après l’éruption du volcan Nyiragongo, Dorcas et sa camarade Daniella ont repris les cours dans leur école construite avec des matériaux locaux suivant un modèle modulaire et évolutif. « J’aime beaucoup ces nouvelles classes, elles sont grandes et chacun a sa propre place », explique Daniella assise sur son banc. Au total, 30 salles de classe ont été construites et équipées dans cinq écoles, permettant à des centaines d’élèves d’étudier dans de bonnes conditions.

Une élève assise sur un banc.
UNICEF DRC Bashizi

Reconstruire les infrastructures éducatives est fondamental pour que les enfants sinistrés retrouvent un sentiment de normalité dans leur vie, renforcent leur estime de soi et construisent leur propre avenir. L’UNICEF a formé les enseignants sur l’éducation à la paix, l’appui psychosocial et d’autres thématiques pour améliorer la prise en charge des enfants en milieu scolaire. Élèves et professeurs ont été sensibilisés sur les risques liés aux catastrophes naturelles.

« Je suis contente car je vais bientôt finir mes études primaires et aller poursuivre le secondaire. Je rêve de devenir capitaine de bateau », conclut Dorcas.