« Qui va faire à manger ce soir ? »

David et Louise ont perdu leur mère dans la onzième épidémie d’Ebola déclarée le 1er juin à l’ouest de la République Démocratique du Congo.

Manuela Huyghues Despointes
Deux enfants orphelins d'Ebola jouant avec un psychologue soutenu par l'UNICEF
UNICEF DRC Mulala
29 juin 2020

Mbandaka, République Démocratique du Congo – La maman de David et Louise Ilomba, vient de mourir du virus Ebola. Ces deux petits enfants sont seulement âgés de 7 et 6 ans. Depuis deux semaines, Olea Balayulu, un psychologue soutenu par l’UNICEF, rend tous les jours visite à la famille pour aider David et Louise à surmonter leur chagrin.

« Pour des enfants, perdre leur maman est un choc immense car ils ne comprennent pas pourquoi elle a disparu tout à coup », explique Olea. Les enfants qui ont perdu un parent à cause de l’Ebola risquent d’être stigmatisés, isolés ou abandonnés, ce qui s’ajoute à l’expérience de la perte d’un proche. L'UNICEF travaille en étroite collaboration avec ses partenaires et les communautés pour identifier rapidement les enfants affectés par Ebola et apporter un soutien adapté à leurs besoins physiques, psychologiques et sociaux.

« J’essaie d’accompagner David et Louise pour qu’il n’y ait pas de dégâts psychologiques trop grands et je leur explique progressivement que leur maman n’est plus là », poursuit le psychologue. Quand Olea vient voir David et Louise, ils s’assoient tous les trois dans la cour de la maison. « J’aime bien quand papa Olea vient me voir parce qu’on joue ensemble et il m’apporte même des bonbons et des biscuits », assure David avec son sourire malicieux. Un beau rapport de complicité s’est installé entre le psychologue et les deux enfants.

David reflète l’insouciance d’un enfant de 7 ans et la mort de sa maman semble être une réalité bien lointaine. Il vit l’instant présent et continue à s’émerveiller de tout. Alors, il danse et joue avec sa petite sœur et, de temps à autres, court embrasser son papa qui est tellement accablé. « Quand papa Olea vient, je suis joyeux et quelques fois on danse ensemble », dit David .

Quelques minutes plus tard, David se rappelle l'absence de sa maman. « Qui va faire à manger ce soir ? », demande tristement David.