Guider les élèves sur le chemin de l’écriture et la lecture

Depuis plus d’un demi-siècle, Émilie apprend à ses élèves à déchiffrer et dessiner les premières lettres de l’alphabet.

Jean-Paul Nico Luketo
Une enseigante et son élève
UNICEF DRC Luketo

27 février 2019

Émilie Mazimbula est enseignante depuis plus de 50 ans à Matadi, à l’ouest de la République Démocratique du Congo. Malgré le poids de l’âge et des années passées, Émilie est toujours aussi motivée qu’à ses débuts. « Je découvre à chaque fois des enfants uniques et exceptionnels », confie Émilie pour qui chaque année d’enseignement est une expérience unique.

Une élève apprenant à lire
UNICEF DRC Luketo

L’année dernière, Émilie et plusieurs autres collègues de son école ont suivi une formation sur l’approche intégrée de la lecture-écriture en langue congolaise soutenue par l’UNICEF. « Je dois simultanément enseigner la lecture et l’écriture », retiens l’enseignante afin d’accélérer l’apprentissage de la lettre et du son.

Émilie a guidé des centaines d’élèves de première année primaire dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. À la fin du cycle primaire, ses élèves doivent pouvoir lire de façon autonome et pour cela, elle leur apprend à déchiffrer l’écrit le plus tôt possible. Au fil des leçons et à force de répétitions, ses élèves passent du griffonnage à l’écriture.

 

Émilie nous fait découvrir le cahier d’écriture de Landu, 6 ans et inscrite à l’école il y a 3 mois seulement. En tournant les pages du cahier de la jeune élève, les lignes raturées totalement incompréhensibles laissent, petit à petit, place à des lettres de l’alphabet. « C’est merveilleux », dit fièrement Émilie en regardant les petites lettres sur le cahier.

Si Landu a fait de tels progrès dans l’apprentissage de l’écriture, c’est parce qu’elle avait des crayons, cahiers et tableaux à sa disposition. « Beaucoup d’élèves venaient en classe sans cahiers ni stylos », se rappelle Émilie. Ces élèves, sans matériel adéquat, avaient beaucoup de difficultés pour progresser et pour obtenir de bons résultats.

Afin de garantir de bonnes conditions d’apprentissage, l’UNICEF a distribué des cahiers, des stylos et des crayons aux élèves. « Aujourd’hui, je peux évoluer avec tous les enfants au même moment », explique Émilie. Les élèves de classe d’Émilie font partie des 82.641 élèves ayant bénéficié de l’appui du projet « Educate A Child », soutenu par la Fondation Education Above All.

L’enseignante de 72 ans garde précieusement le matériel de ses élèves dans un carton à côté de son bureau. « Je leur remets les cahiers au moment de travaux et je les garde après », explique-t-elle. « Ainsi, je suis sure qu’aucun élève n’en manquera au moment voulu ».