Des élèves pas comme les autres aux examens de fin d’année

Dans les zones affectées par Ebola à l'est de la République Démocratique du Congo, des élèves passent leurs examens de fin d’année au sein des centres de traitement.

Maia Mendjisky
31 juillet 2019

BENI, JUILLET 2019 – Alors que la majorité des élèves finalistes du secondaire prennent le chemin des centres d’examens, Claude présente ses examens, seul dans sa chambre en isolement, entouré d’infirmiers et de docteurs.

Claude présente ses examens depuis sa chambre au centre de traitement Ebola
Alima

« J’ai répondu sur base des connaissances acquises à l’école avant que je n’attrape la maladie », explique Claude qui est pris en charge depuis plus d’un mois au centre de traitement Ebola de Beni. « J’ai été infectée par ma famille, j’ai perdu ma mère, ma sœur et ma tante », raconte Claude à travers la vitre de sa chambre. Déterminé à obtenir son diplôme, Claude a décidé de présenter ses examens malgré les épreuves qu’il traverse en ce moment.

A une trentaine de kilomètres du centre de traitement de Beni, une autre étudiante présente ses examens sous haute surveillance. Furaha, admise depuis le 26 juin au centre de traitement de Mangina est sur la voie de la guérison et de la réussite. « Je veux retrouver ma vie d’avant et surtout aller à l’université », explique Furaha, déterminée à obtenir son diplôme.

Furaha, admise depuis le 26 juin au centre de traitement de Mangina est sur la voie de la guérison et de la réussite.
UNICEF RDC

 

L'UNICEF et le Ministère de l‘Education Primaire, Secondaire et Professionnelle se mobilisent pour permettre à chaque élève passer ses examens de fin d’année scolaire  - où qu'il se trouve. Les centres d’examen de la ville de Beni ont été équipés en point de lavage de mains et thermomètres supplémentaires pour accueillir les nombreux candidats au diplôme.

Des solutions adaptées sont trouvées au cas par cas pour les élèves comme Claude et Furaha. Afin qu’ils puissent passer leurs examens en toute sécurité, Claude et Furaha ont bénéficié d’un encadrement particulier : un inspecteur de l’enseignement, un assistant psycho-social et un infirmier étaient présents à leurs côtés tout au long de l’examen. Pour éviter tout risque de contamination, les copies des deux élèves ont été photographiées avant d’être envoyées électroniquement au jury pour correction.

La première session d’examen s’est clôturée par l’épreuve orale qui, elle aussi, s’est tenue au sein du centre de traitement. A travers les vitres de leurs chambres, les deux élèves ont présenté leur examen oral devant les trois membres du jury. « Nous espérons de tout cœur que les étudiants seront guéris avant le mois d’août car les épreuves d’août représentent 85% de la note de l’examen », explique l’un d’eux.

Après avoir présenté leurs premiers examens, les deux élèves se préparent pour les mathématiques, la culture générale et l’histoire géographie. Claude et Furaha sont déterminés à obtenir leur diplôme de fin de cycle secondaire.

« Il faut s’accrocher à la vie car Ebola n’est pas forcément égal à la mort », conclut Furaha qui pense à s’orienter vers les métiers de la médecine, peut-être une vocation qui est née au sein du centre de traitement Ebola.


La réponse de l'UNICEF à l'épidémie d'Ebola est appuyée par la Banque Mondiale, la Commission Européenne - Opérations européennes de protection civile et d'aide humanitaireGavi - l'alliance du Vaccin, l’Agence américaine pour le Développement International, le Fonds Central d'Intervention d'Urgence et le Gouvernement japonais. L’UNICEF bénéficie également du soutien du Comité allemand pour l’UNICEF, du Mécanisme de financement d’urgence en cas de pandémie, du Gouvernement britannique et de la Fondation Paul G.Allen Family.