Ebola : informer pour mieux vacciner

Chaque jour, Julien va à la rencontre de ceux qui sont entrés en contact avec des patients affectés par Ebola pour les informer sur la vaccination.

Anne Herrmann
Un homme devant un centre de traitement Ebola
UNICEF DRC Hubbard
12 décembre 2018

« Je vais de porte à porte pour informer les familles sur la vaccination contre Ebola », explique Julien, mobilisateur social impliqué dans la lutte contre la maladie à virus Ebola à l’est de la République Démocratique du Congo (RDC).

Depuis le lancement de la vaccination au mois d’août 2018, Julien sillonne les rues de Beni, épicentre de l’actuelle épidémie, pour informer les personnes éligibles à la vaccination. Il va à la rencontre de ceux qui sont entrés en contact avec des patients affectés par la maladie. « Je leur expliquai qu’Ebola est une maladie mortelle mais que le vaccin peut les protéger », poursuit le trentenaire.

Au cours des derniers mois, Julien a rencontré des centaines de personnes infectées par la maladie. « Je ne peux pas oublier l’histoire d’Espoir, un enfant qui avait déjà perdu 6 proches mais dont la famille refusait la vaccination », se rappelle le mobilisateur social. « J’ai passé des heures à leur parler et finalement ils ont accepté de se faire vacciner Espoir. Aujourd’hui Espoir va bien et va même à l’école », conclut Julien, un large sourire aux lèvres.

« J’ai moi-même un fils donc je fais de mon mieux pour les enfants »

 Julien a beaucoup hésité avant de s’impliquer dans la campagne de vaccination, par peur d’attraper la maladie et d’infecter sa famille. Grâce à une formation organisée par l’UNICEF, le mobilisateur social a reçu toutes les informations nécessaires sur la maladie mais aussi sur les mesures de prévention. « Je peux me rapprocher le plus possible de la communauté sans avoir peur d’être infecté », explique Julien, qui sait maintenant comment se protéger et comment protéger ses proches. « Lorsque je rentre à la maison, je ne m’approche ni mon enfant ni ma femme si je n’ai pas pris de douche et lavé mes vêtements », affirme Julien.

Conscient de l’importance du vaccin, le père de famille joue un rôle de premier plan en convainquant les communautés à se faire vacciner. Grâce aux travailleurs de première ligne comme Julien, plus de 35.000 personnes ont été informées et vaccinées à l’est de la RDC depuis le début de l’épidémie.


La réponse de l'UNICEF à l'épidémie d'Ebola est appuyée par le Mécanisme de Financement d’Urgence en cas de Pandémie, la Commission Européenne - Opérations européennes de protection civile et d'aide humanitaire, l’Alliance du Vaccin, l’Agence américaine pour le Développement International, le Fonds Central d'Intervention d'Urgence et le Gouvernement japonais. L’UNICEF bénéficie également du soutien du Comité allemand pour l’UNICEF.