Derrière les chiffres, des visages

Depuis la fin de l'année dernière, près de 200.000 personnes ont fui les territoires de Djugu, Mahagi et Irumu et ont trouvé refuge au sein des communautés d'accueil et des sites de déplacement extrêmement surpeuplés.

Sibylle Desjardins
Depuis la fin de l'année dernière, près de 200.000 personnes ont fui les territoires de Djugu, Mahagi et Irumu et ont trouvé refuge au sein des communautés d'accueil et des sites de déplacement extrêmement surpeuplés.
UNICEF DRC Desjardins
01 juin 2020

La province de l’Ituri en République Démocratique du Congo (RDC) est marquée depuis plusieurs années par des conflits intercommunautaires ayant engendré un fort mouvement des populations et de nombreuses violations des droits humains. Fuyant les attaques dans les villages, les populations déplacées se sont réfugiées dans des sites de déplacés ou dans des familles d’accueil.

Jean de Dieu est installé avec sa femme et ses 6 enfants au camp de Linzi 1.
UNICEF DRC Desjardins

Jean de Dieu est installé avec sa femme et ses 6 enfants au camp de Linzi 1. Il a fui sa maison lorsque des assaillants – armés de fusils et de machettes – ont fait irruption dans son village. Jean de Dieu a laissé derrière lui sa ferme et ses chèvres, abandonnant son unique source de revenus. Pour survivre, il travaille avec sa femme et ses enfants aux champs. Ensemble, ils gagnent moins d’un dollar américain par jour.

Lorsque les assaillants sont entrés dans son village, Rosaline a assisté au meurtre de son frère.
UNICEF DRC Desjardins

Lorsque les assaillants sont entrés dans son village, Rosaline a assisté au meurtre de son frère. Prise de panique, elle a pris la fuite mais son mari – atteint de troubles mentaux – n’a pas réussi à partir avec elle. Depuis son arrivée au camp, elle n’a plus de nouvelles de son mari et n’est jamais retournée dans son village par peur de revivre les mêmes attaques.

En fuyant son village avec sa famille, Love a parcouru des dizaines de kilomètres sur des routes jonchées de cadavres.
UNICEF DRC Desjardins

En fuyant son village avec sa famille, Love a parcouru des dizaines de kilomètres sur des routes jonchées de cadavres. A 15 ans, elle a trouvé refuge au camp ISP Bunia où son père est décédé faute d’argent pour soigner sa malaria. Aujourd’hui, Love a peur de sortir de son abri et a du mal à dormir.

Dans le camp Loda, Chantal n’a même pas un matelas dans son minuscule abri en paille pour faire dormir ses enfants.
UNICEF DRC Desjardins

Dans le camp Loda, Chantal n’a même pas un matelas dans son minuscule abri en paille pour faire dormir ses enfants. Malgré les cas de vols et des violences – notamment vis-à-vis des femmes - Chantal est obligée d’aller aux champs pour cultiver afin de nourrir sa famille.

Joetham est une autre victime innocente du conflit.
UNICEF DRC Desjardins

Joetham est une autre victime innocente du conflit. Sifa, sa mère, est tombée enceinte après avoir été violée par des hommes armés dans son village. Traumatisée, Sifa n’arrivait plus à dormir ni à manger mais aujourd’hui, la jeune maman se concentre à nouveau sur son avenir et celui de Joetham.

L'escalade de la violence a détruit 22 établissements de santé dans la province et plus de 160 écoles ont été endommagées ou pillées. Le manque d'accès à un abri, à la nutrition, à la santé et à l'éducation rend les enfants particulièrement vulnérables aux abus, à la violence et à l'exploitation. L'UNICEF a maintenu sa présence et ses opérations humanitaires en Ituri par l'intermédiaire de ses partenaires d'exécution, mais les besoins sont nombreux et croissent de jours en jours.