« Nous avons pris la fuite car nous étions toutes les deux enceintes »

Alors qu'elle revenait de l’église un dimanche, Lisa a été enlevée avec deux de ses amies par un groupe d’hommes armés

Moperp Kambale
Une jeune fille marchant
UNICEF DRC
19 février 2018

« J’ai dû apprendre à utiliser des armes à feu et à tuer des gens », explique Lisa*. Alors qu’elle revenait de l’église un dimanche avec Sheila et Marie, l’adolescente âgée de 16 ans et ses deux amies ont été enlevées par un groupe d’hommes armés, membres du groupe armé Mai Mai Simba à l’est de la République Démocratique du Congo (RDC).

« J’ai transporté des marchandises volées », se rappelle tristement Lisa. Après un moment de silence et d’hésitation, la jeune fille continue à raconter son histoire. « Le Colonel m’a violé plusieurs fois et j’ai découvert que j’étais enceinte ». Au mois de mars 2016, « en allant chercher de l’eau, nous avons pris la fuite avec Sheila car nous étions toutes les deux enceintes », explique Lisa. « Malheureusement, Marie est restée au camp avec le groupe ».

Après avoir fui la milice, Lisa a été prise en charge dans un centre de transit et d’orientation de Beni soutenu par l’UNICEF. Sur place, elle a bénéficié d’appui psychosocial, de soutien et de beaucoup d’affection. Malgré cela, Lisa raconte qu’elle était inquiète de porter un enfant non désiré.

« Je me demandais comment je me sentirais dans la communauté avec un bébé dont le père vivait dans la forêt dans un groupe armé », avoue Lisa. « Grâce aux conseils et aux soins que j’ai reçus au centre, j’ai commencé à accepter ma grossesse », continue la jeune fille. Quelques mois après son arrivée au centre, Lisa est devenue mère d’un beau garçon. « Je ressens la joie d’être une mère », s’exclame la jeune mère.

« J’aime mon bébé et je ne pensais pas pouvoir ressentir autant de bonheur ».

Les conditions de sécurité n’étaient pas suffisantes pour un retour dans son village natal donc Lisa a été réunifiée avec son oncle au mois de février 2017. Tous deux ont bénéficié d’appui pour une réintégration économique grâce à des activités génératrices de revenus : Lisa a décidé de vendre du poisson et son oncle vend quelques marchandises, en plus de ses activités à la ferme.

« En tant que famille, nous avions des sentiments contradictoires : la joie de voir notre nièce en vie et la honte d’accueillir une fille-mère avec un bébé né hors mariage », confie l’oncle de Lisa. Sourire aux lèvres, il finit par conclure « nous ont appris une grande leçon : ce qui semblait être une malédiction s’est finalement transformé en une grande joie pour la famille ! »