L’Importance de la logistique pour accompagner la lutte contre la malnutrition

Ils jouent un rôle prépondérant dans la chaine de prise en charge et de la lutte contre toutes les formes de malnutrition, ce sont les responsables et agents en charge de l’approvisionnement.

Faycal Oulmi
Petite fille dans qui prend sa ration de plumpynut
(C)UNICEF/Djibouti/Faycal Oulmi/2020
07 mars 2021

Souvent et lorsqu’il est question de lutte contre la malnutrition, nous abordons les médecins et les infirmières qui sont en première ligne et en contactes directe avec les ayants droit, mais il existe également une catégorie de personnels qui jouent un rôle, certes dans l’ombre, mais prépondérant et même vital dans la chaine de prise en charge et de la lutte contre toutes les formes de malnutrition, les responsables et agents en charge de l’approvisionnement.

A Djibouti, la lutte contre la malnutrition est une priorité à tous les niveaux, ainsi le gouvernement déploie, notamment à travers le Ministère de la santé des efforts considérables afin de réduire, voire éliminer la malnutrition qui touche encore de nombreux enfants.  Aujourd’hui il s’agit de prendre en charge 98% d’enfants qui souffrent de malnutrition, qu’elle soit aiguë sévère ou aiguë modérée.

Depuis deux ans un programme stratégique et important a été mis en œuvre pour lutter contre la malnutrition à travers le renforcement du dispositif de prise en charge et de prévention de la malnutrition chez la femme enceinte et allaitante et les enfants de moins de - 5 ans, mis en œuvre par le Programme National de Nutrition du Ministère de la santé avec l’appui technique de l’UNICEF et le financement important de l’UE.

Parmi les stratégies de mise en œuvre, aux côtés des aspects prévention et des aspects curatifs nous retrouvons la sécurisation des intrants nutritionnels pour la prise en charge des malnutritions aiguës sévères. Cela a permis de fournir les soins requis aux enfants dépistés dans les centres et postes de santé. Cette sécurisation débute au niveau de la CAMME, Centrale d'Achats de Matériels et Médicaments Essentiels, une structure du Ministère de la santé et qui a un rôle pivot dans la lutte contre la malnutrition.

La CAMME qui est placée sous la tutelle technique du Ministère de la Santé assure la disponibilité et l’accessibilité des médicaments essentiels génériques et consommables médicaux à toute la population djiboutienne, à travers les différentes structures sanitaires du secteur public, parapublic et celles du secteur privé, elle passe également des commandes auprès des fournisseurs à l'intérieur du pays et à l’étranger.

Cette centrale repose sur une gestion assidue et un travail sérieux effectué par des équipes pluridisciplinaires qui contribuent, notamment, à la lutte contre la malnutrition. Dr Abdourachid Abdi Djama travaille à la CAMME depuis 3 ans. Pharmacien de formation, il est responsable de la gestion des tous les intrants qui arrive de l’extérieur et s’assurent de répondre « aux centres de santé » qui établissent leur liste des besoins valider par le programme en charge de la nutrition. « Dès réception de ces listes nous assurons la préparation et le conditionnement des traitements et procédons à l’acheminement à travers le pays » explique le Dr Abdourachid, avant d’insister sur l’importance de répondre rapidement et efficacement aux demandes, « les enfants qui souffrent ne peuvent pas attendre ». « Nous travaillons en étroite collaboration avec la Direction de la santé mère et enfant afin de s’assurer qu’il n’y a pas de rupture de stock, surtout lorsqu’il s’agit de produits pour les enfants et les femmes enceintes » conclut Dr Abdourachid.

Dès réception de ces listes nous assurons la préparation et le conditionnement des traitements et procédons à l’acheminement à travers le pays

Dr Abdourachid
Dr Abdourachid Abdi Djama, Responsable de la gestion à la CAMME
(C)UNICEF/Djibouti/Faycal Oulmi/2020
Dr Abdourachid Abdi Djama, Responsable de la gestion à la CAMME depuis 3 ans. Il est responsable de la gestion des tous les intrants qui arrive de l’extérieur et s’assurent de répondre aux demandes des centres de santé.

De son côté Khadija Youssouf souligne sa satisfaction quant au fait de contribuer à son niveau à aider les enfants souffrants. « Lorsque j’ai l’occasion de me rendre à l’unité de prise en charge de la malnutrition à l’hôpital et que je vois que la santé des enfants s’améliore après avoir été entre la vie et la mort, je suis contente ».  Khadidja a rejoint la CAMME depuis avril 2020, elle est gestionnaire des produits destinés à la santé de la mère et de l’enfant.  Elle était sage-femme avant de recevoir une formation en gestion des médicaments au côté de 13 autres sages-femmes. Il lui a été ensuite demandé de rejoindre spécifiquement la gestion des produits nutritionnels du fait de son expérience en qualité de sage-femme et sa connaissance parfaite du terrain et des besoins.  Dès son arrivée le matin Khadija prend en charge les commandes et prépare avec ses collègues Omar et Fardoussa les produits qui partiront vers les différents centres de santé. Au niveau des régions la gestion est faite par les points focaux nutrition de la région.

Omar en train de préparer- une commande de Plumpynuts
(C)UNICEF/Djibouti/Faycal Oulmi/2020
Omar qui travail à la CAMME depuis plusieurs années, s'assure avec minutie de l'état des produits avec ses collègues. il s'occupe aussi de préparer les quantités qui devront partir dans les centres de santé
Khadidja et Omar en train de vérifier les stocks de vitamines qui seront mis à disposition des enfants.
(C)UNICEF/Djibouti/Faycal Oulmi/2020
Khadidja et Omar en train de vérifier les stocks de vitamines qui seront mis à disposition des enfants

Tous œuvrent afin de lutter et mettre fin à la malnutrition. Aujourd’hui, afin d’accélérer l’atteinte des résultats en faveur des enfants, une politique Nationale de nutrition pour la période 2020-2030, qui mobilise un nombre de ministères pour sauver les enfants les plus vulnérables des effets néfastes de la malnutrition a été validée. Cette politique est un jalon supplémentaire pour promouvoir la santé de la mère et de l’enfant dans le pays.  

L’engagement du Programme National de Nutrition avec le soutien technique de l’UNICEF et  l’apport financier de l’UE, combinés aux efforts sur le terrain des agents de santé à travers un travail méticuleux, cette gestion quotidienne des agents de la CAMME ont contribué à faire que le taux d’enfants 6-59 mois ayant été supplémentés avec la Vitamine A 2 fois par an est passé de 52% en 2017 à 82,69% en 2020 et que 100% des centres de santé n’ont pas connu de rupture de stock en vitamine A, en micronutriment et en médicaments utilisés pour traiter les infections causées par plusieurs types de vers parasitaires.