Vue d’ensemble

Contexte géographique et démographique

La situation des enfants et des femmes

La réponse de l'UNICEF

Emploi

 

Contexte géographique et démographique

Congo_mapcarte
© InterCarto - 2004

Un pays riche en ressources naturelles

Située en Afrique centrale, la République du Congo s’étend de part et d’autre de l’Equateur, sur une superficie de 342 000 km². Le pays est pourvu d’une façade maritime de 170 km sur l’océan Atlantique et partage ses frontières avec cinq autres pays : la République démocratique du Congo (RDC),  la République centrafricaine (RCA), le Cameroun, le Gabon et l’Angola (enclave de Cabinda).

Le Congo est situé dans la zone des climats chauds et humides. La partie nord du pays se caractérise par un climat de type équatorial avec des pluies étalées quasiment tout au long de l’année. Le sud-ouest connaît un climat tropical humide caractérisé par une saison sèche de trois mois tandis que la partie centrale du pays a une position intermédiaire avec un climat subéquatorial.

Le Congo est couvert par deux types de végétation : (1) la forêt sur près des deux tiers du territoire national (65%), est localisée au sud (massifs du Chaillu et du Mayombe), au nord-est (forêt inondée) et au nord-ouest (forêt exondée) et (2) la savane qui occupe le tiers du territoire national et s’étend de la vallée du Niari au Plateau central. Ces deux types d’écosystème sont propices à l’éclosion de nombreuses pathologies tropicales.

Le pays est doté de richesses naturelles abondantes. Il dispose d’un réseau hydrographique considérable grâce au fleuve Congo et à ses affluents, dont les rues et les décrues conditionnent l’accessibilité aux zones riveraines. Les ressources en eau sont estimées à 832 milliards de m³ dont 268 387 m³ de ressources renouvelables et 30 millions de m³ d’eau souterraine. Pourtant seuls 4% des ressources renouvelables sont utilisées et le manque d’accès à l’eau potable reste l’une des principales causes de mortalité et de morbidité de l’enfant, surtout en milieu rural.

Les réserves pétrolières prouvées sont estimées à environ deux milliards de barils. En 2012, la production pétrolière a atteint 100 millions de barils, la quatrième production la plus importante en Afrique subsaharienne et a généré près de 4,5 milliards de dollars de recettes pétrolières pour l’Etat. En outre, le Congo dispose d’importants gisements de minerai de fer et a un vaste potentiel agricole.

Le pays possède par ailleurs près de 22,2 millions d’hectares de forêts dont l’exploitation constitue la deuxième source de revenu du pays. De fortes pressions sont exercées sur la ressource du fait de l’exploitation forestière mal contrôlée en milieu rural et des prélèvements des populations en quête de combustibles solides dans les zones périurbaines.


Une population très urbanisée

Le Congo est un pays peu peuplé, où la densité moyenne de population est parmi les plus faibles d’Afrique. Selon le premier recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) de 2007, le pays comptait environ 4 millions d’habitants. La population croît de 2,7% en moyenne annuelle.

La population de nationalité congolaise est majoritaire (97%) et principalement composée de Bantous. Une soixantaine d’ethnies sont représentées dont les plus nombreuses sont les Kongos (52%), les Tékés (17%) et les Mboshis (12%).

La population congolaise compte aussi des minorités autochtones, les Baaka ou Mbendjele au Nord, Twa au centre et Babongo au Sud. Elles sont officiellement estimées à quelques 50 000 individus, soit un peu plus de 1% de la population totale, selon le RGPH (2007). Toutefois, il est probable que le recensement ait sous-estimé leur importance, notamment du fait de la difficulté de décompter des populations semi-nomades, résidant parfois dans les forêts profondes.

Ainsi, une étude réalisée en 2008 sur la situation des enfants et des femmes autochtones en République du Congo suggère une estimation beaucoup plus large du poids démographique des populations autochtones, allant jusqu’à 10%.  Ces populations demeurent parmi les plus pauvres et les plus marginalisées du pays. Pour la plupart concentrées dans la Likouala, la Lékoumou et la Sangha, les populations autochtones souffrent de l’extrême pauvreté, de privations multiples, d’exploitation et de discrimination.

Le français est la langue officielle du pays et deux langues nationales - le kikongo et le lingala - permettent de toucher toute la population. Le Congo compte parmi les pays les plus urbanisés d'Afrique et la tendance continue de s'accentuer. En 2011, les deux-tiers des habitants vivaient en milieu urbain ou semi-urbain, contre un tiers en milieu rural. En 2005, ces taux étaient respectivement de 58% et 42%. Selon le département de résidence, près de six habitants sur dix (56%) sont concentrés dans les deux grandes métropoles du pays, à savoir Brazzaville et Pointe Noire. À l'inverse, certains départements comme la Cuvette-Ouest et la Sangha sont peu peuplés.

Une majorité de femmes et d'enfants

Le Congo est un pays jeune: en moyenne 44% de ses habitants ont moins de 15 ans. Le phénomène est plus marqué en milieu rural (48%) qu'en milieu urbain (41%). L'EDSC II ne livre pas de données permettant d'évaluer le poids des enfants de moins de 18 ans. On se bornera donc à rappeler les informations issues du dernier RGPH: en 2007, le Congo comptait 3 697 490 habitants, dont 1 659 184 de moins de 18 ans, soit 45% de la population totale. Plus de la moitié des moins de 18 ans (53%) étaient concentrés dans les deux grandes villes du pays. Les filles représentent la moitié des enfants de moins de 18 ans. Parmi ces enfants, 34% sont âgés de 0-4 ans, 28% de 5-9 ans et 39% de 10-17 ans. 

Par ailleurs, la population congolaise compte plus de femmes que d'hommes: le taux de féminité est de 52% en 2011, soit le même qu'en 2005. C'est dans la Cuvette et la Lékoumou qu'il est le plus élevé, et dans la tranche d'âge des 20-29 ans.

 

 

 

 

Consultez notre plan de coopération 2014-2018


La situation des enfants et des femmes au Congo


Search:

 Email this article

unite for children