Validation de l’étude nationale sur les violences faites aux enfants

01 avril 2019
Une mère couvrant la bouche de sa petite fille lors d'une séance de sensibilisation sur l'excision.
UNICEF / Burkina Faso / 2018 / Figula
Une mère couvrant la bouche de la petite fille lors d'une séance de sensibilisation menée par l'ONG Mwangaza Action avec l'appui de l'UNICEF dans le village de Thiery dans la région de l'Est du Burkina Faso.

Le mardi 29 janvier 2019, les résultats de l’étude nationale sur les violences faites aux enfants seront présentés à Ouagadougou.

La problématique des violences faites aux enfants est une réalité au Burkina Faso. Les enfants qui constituent la couche la plus vulnérable de la société sont en proie à toutes sortes de violences en tout lieu y compris dans leur domicile, qui autrefois était considéré comme l’endroit où ils jouissaient d’une absolue protection. Afin de pouvoir mieux orienter ses politiques et ses interventions, le Ministère de la Femme, de la Solidarité Nationale et de la Famille avec l’appui de ses partenaires, a commandité une étude nationale sur les violences faites aux enfants en 2018.

Cette étude révèle qu’en fonction de la tranche d’âge et du type de violence, les chiffres peuvent monter jusqu’à 80 pour cent d’enfants victimes de violences dans certaines provinces et jusqu’à 40 pour cent dans certaines régions. Il faut souligner aussi le fait que 65,7 pour cent des violences physiques ont lieu dans l’environnement familiale et 21,9 pour cent en milieu scolaire pour les enfants âgés de 12 à 17 ans.

« Ces résultats permettront à notre ministère de finaliser la Stratégie nationale de protection de l’enfant tant attendue et d’élaborer un nouveau plan national d’action devant nous aider à progresser vers une société exempte de violences faites aux enfants », a déclaré madame Laurence Ilboudo – Marchal, Ministre de la Femme, de la Solidarité Nationale, de la Famille et de l’Action Humanitaire.

« Nous avons la double casquette, celle d’être auteurs de violences faites aux enfants et celle d’être protecteurs des enfants. Laquelle allons-nous décider de porter ? Je lance un appel à tous, hommes de média, religieux, coutumiers, leaders communautaires, autorités, populations à agir de sorte à garantir à notre avenir que sont les enfants, une totale expression de leur potentiel et un plein épanouissement dans tous les secteurs afin de rendre notre pays digne de ses petits », a déclaré Dr Anne Vincent, représentante de l’UNICEF.

« Pour vaincre le fléau des violences faites aux enfants, nous devons redoubler d’efforts et œuvrer en synergie afin que nos actions soient complémentaires dans le seul et unique intérêt supérieur de l’enfant. Un enfant violenté est un enfant brisé. Nous devons tous ensemble nous atteler à protéger ces étoiles en construction, ces germes d’avenir que sont nos enfants.  Une protection effective et efficace des enfants contre les violences passe nécessairement par le renforcement du système et des sensibilisations afin qu’à tous les niveaux, toutes les parties prenantes puissent jouer leur partition de l’amélioration de cette situation », a estimé Emilie Fernandes, Directrice Pays de Save the Children International au Burkina Faso.

Une étude menée par le ministère de la femme en 2008 avec l’appui de l’UNICEF Burkina a révélé qu’il y a quatre types de violences dont la plus répandue est la violence physique avec plus de 85 pour cent. Cette étude note également que la famille et l’école sont les lieux où les violences s’exercent le plus sur les enfants.

Depuis lors, des mesures ont été prises par les pouvoirs publics afin de réduire ce phénomène qui met les enfants en danger. Ainsi, des campagnes de sensibilisation ont été menées à travers le pays avec l’accompagnement des partenaires techniques et financiers œuvrant dans le domaine de la protection de l’enfance avec en tête de file l’UNICEF. Un dispositif d’assistance aux enfants en danger, le 116 a été mis en place et ses capacités ont été renforcées. Ce dispositif a permis aux populations d’appeler pour signaler des cas de violence ou pour s’informer.

Selon les rapports annuels de ligne d’assistance aux enfants, de janvier 2015 à juin 2018, 3256 personnes y compris des enfants ont appelé pour avoir des conseils/orientations ou pour s’informer et 1090 personnes ont appelé pour signaler/dénoncer des cas d’abus ou de violences faites aux enfants.

Contacts presse

Frédéric Guirlene
Chef Programme Protection
Unicef Burkina Faso
Adresse électronique: gfrederic@unicef.org

A propos de UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans plus de 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action, suivez nous sur nos réseaux sociaux:

Twitter @UNICEF_Burkina | Facebook @UNICEF_Burkina Faso | Instagram @unicef_burkinafaso | Youtube UNICEF Burkina Faso