Lancement Officiel du Projet « d’Assistance et de protection des enfants en mobilité contre la violence, l’exploitation et les abus au Burkina Faso»

01 avril 2019
protection des enfants
©UNICEF/Burkina Faso/2018/Figula

Ouagadougou, le 04 décembre 2018 -  Le département du Développement international(DFID), de la Grande Bretagne[1], en partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF) a accordé au Burkina Faso, une subvention de deux millions de Dollars, soit plus d’un milliard de francs CFA, pour assurer la protection des enfants en mobilité, notamment, les enfants migrants en transit, en leur fournissant sécurité et protection, prise en charge sociale et solutions durables.

Le projet a pour objectif majeur d’accompagner le Gouvernement à protéger au moins 2.000 enfants migrants en transit et autres enfants en mobilité contre les dangers de la migration. Ces enfants seront informés des risques de la migration irrégulière, de la réalité des conditions dans les pays d'arrivée, des procédures de traitement des demandes d'asile et de la localisation des services et des structures le long des routes migratoires. Les enfants bénéficieront en outre d’une prise en charge d’urgence, d’une protection à plus long terme adaptée à leur situation y compris des solutions durables (école de seconde chance, formation professionnelle, éducation aux compétences de vie…).

« Ce projet de protection des enfants en situation de mobilité va contribuer fortement à l’effort du Gouvernement en matière de renforcement du système national de protection de l'enfance au niveau déconcentré en rapprochant les services sociaux des enfants les plus marginalisés », a indiqué Madame Marie Laurence Ilboudo/Marchal, Ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille.

Il sera mis en œuvre en partenariat avec la Direction générale de la protection de l’enfant et de l’adolescent (DGEPEA) avec l’appui des 13 directions régionales de  de la femme, de la solidarité nationale et de la famille. Ces directions régionales seront appuyées par un ensemble d’ONG à savoir Terre des hommes - Lausanne, Save the Children International et la Coordination nationale des Associations d’enfants et jeunes travailleurs du Burkina (CN-AEJTB).

Au cours des dernières décennies, la région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre a connu une augmentation de deux phénomènes connexes : la migration irrégulière et l’exploitation des enfants. Les enfants en mobilité sont extrêmement vulnérables et exposés à de multiples risques, en particulier lorsqu'ils doivent se déplacer en dehors des voies sûres et légales, ou lorsqu'ils ne sont pas accompagnés et / ou sont séparés.

En effet, la route principale des enfants migrants en Europe va de l’Afrique de l'Ouest - Burkina Faso, Mali et Niger - vers le Maghreb -l'Algérie et la Libye avant de traverser la mer Méditerranée. Les routes migratoires d'Afrique occidentale et centrale sont parmi les plus périlleuses au monde. En juin 2017, les corps de 44 migrants, y compris des nourrissons, ont été retrouvés abandonnés par des passeurs au Niger alors qu'ils tentaient de rejoindre la Libye voisine[2]. En effet, la route de la Méditerranée centrale qui mène à l’Italie est l’une des plus meurtrières au monde avec 4 579 décès - dont 700 enfants estimés - enregistrés en 2016[3].

« La mobilité des enfants peut constituer une opportunité pour leur développement. En même temps, elle peut tout aussi aggraver leur vulnérabilité, les exposant à des risques de violence, d’abus, de traite et d’exploitation, rendant nécessaire la mise en place d’un système de protection adapté et sensible à la problématique de la mobilité. Je suis contente de l’opportunité ainsi offerte au Burkina Faso de renforcer son système de protection, pour tous les enfants vulnérables, notamment ceux en mobilité interne et transnationale », a déclaré Dr Anne Vincent, représentante de l’UNICEF.

 

[1] Le département du Développement international est un département exécutif du gouvernement britannique responsable de l'aide humanitaire et de l'aide au développement au niveau international.

[2] Le Monde, ‘Au Niger, 44 migrants, dont des bébés, retrouvés morts dans le Sahara’, 1 June 2017, http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/06/01/au-niger-44-migrants-dont-des-bebes-retrouves-morts-dans-le-sahara_5137299_3212.html

 

[3] UNICEF, ‘A Deadly Journey for Children: The Central Mediterranean migration route’, New York, February 2017

Contacts presse

Saran Koly
Spécialiste en communication
Unicef Burkina Faso
Adresse électronique: skoly@unicef.org

A propos de UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans plus de 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action, suivez nous sur nos réseaux sociaux:

Twitter @UNICEF_Burkina | Facebook @UNICEF_Burkina Faso | Instagram @unicef_burkinafaso | Youtube UNICEF Burkina Faso