Eau, hygiène et Assainissement

Bref aperçu

L'Unicef à l'action

Histoire vécue

 

L'eau potable

© UNICEF/Burkina Faso/2008/Pirozzi
Au burkina Faso, 1 ménage sur 2 a maintenant accès à une source d’eau améliorée, même s’il subsiste des inégalités entre les zones urbaines et rurales

Le Burkina Faso a réalisé des progrès significatifs en matière d’approvisionnement en eau : 1 ménage sur 2 a maintenant accès à une source d’eau améliorée, même s’il subsiste des inégalités entre les zones urbaines et rurales. Par contre, la contamination de l’eau reste un problème non endigué.

CHIFFRES-CLES

Ø  8,3 millions de personnes au Burkina Faso n’ont pas accès à un point d’eau amélioré

Ø  50%  des écoles primaires n’ont pas de points d’eau potable
Ø  En milieu rural, un ménage sur trois (30 % de la population) utilise de l’eau non potable par manque de point d’eau amélioré

OBJECTIFS

Dans le cadre du CDP 2018-2020 :

• L’Unicef continuera à appuyer le Burkina Faso dans l’amélioration de l’accès à l’assainissement et à l’eau potable. L’Unicef concentrera ses efforts sur les domaines visant à accroître, de façon équitable et en promouvant des technologies à faible coût, l’accès à l’eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement dans les communautés, les écoles et les centres de santé, dans le contexte du changement climatique et des urgences humanitaires récurrentes.

D’ici 2030 :

• Accès universel à une eau potable, saine et durable, pour tous de personnes au Burkina Faso n’ont pas accès à un point d’eau amélioré

 ACTIONS

De 2016 à 2017, 260 écoles et centres de santé et 299 villages ont bénéficié d’interventions en matière d’eau ou d’assainissement menées par l’Unicef.
L’Unicef continue de construire des points d’eau modernes dans les communautés, écoles et centres de santé, et d’améliorer la qualité de la distribution des services en eau. La qualité des nouveaux forages est souvent inférieure à la norme, de sorte qu’ils nécessitent une remise à niveau après un temps relativement court.

En  2015, une initiative visant à améliorer et professionnaliser le secteur du forage a été lancée par l’Unicef. Il s’agit d’un projet de recherche-action visant à trouver des moyens novateurs de gestion des points d’eau ruraux, en partenariat avec le secteur privé (l’entreprise privée Vergnet). Entamé en 2016, il se poursuivra jusqu’en 2018 pour tester la faisabilité d’une amélioration de l’approvisionnement en eau dans les zones rurales, à travers des partenariats publics-privés (PPP).

EAU ET DEVELOPPEMENT DURABLE

Assurer un accès durable à l’eau est une préoccupation clé pour le ministère en charge de l’eau potable, les autorités communales et le programmes Eau, assainissement et hygiène de l’Unicef.

Avec 30 à 40 % des systèmes d’approvisionnement en eau en panne dans les zones rurales des pays en développement (RSWN, 2010), il est évident que l’atteinte des ODD sera compromise, si des efforts ne sont pas consentis pour stopper les ruptures d’approvisionnement en eau, dues aux défaillances des infrastructures et aux mécanismes de gestion. Les partenariats public-privé, identifiés comme un possible remède, sont cantonnés aux zones urbaines et semi-urbaines et peu d’expériences ont été capitalisées dans la gestion des points d’eau dispersés des zones rurales (notamment les pompes à motricité humaine, PMH) par le secteur privé (SIWI, 2014). De plus, les projets-pilotes menés n’ont pas assez mis l’accent sur les aspects concernant la gouvernance et la responsabilisation des acteurs.

RESULTATS

Si les disparités en fonction du niveau socio-économique des ménages, et des défis au niveau de la qualité et la proximité des sources d’eau persistent, des progrès importants ont toutefois été réalisés en matière d’accès à l’eau potable, à la fois en milieu urbain et rural. Entre 2000 et 2015, l’accès à une source d’eau améliorée au Burkina Faso a augmenté de 75 à 79 % en milieu urbain, et de 41 à 43 % en milieu rural. (JMP 2017)

BESOINS FINANCIERS

En dépit des généreuses contributions des donateurs actuels, les besoins financiers excèdent largement les ressources disponibles. La somme de 1 500 000 USD supplémentaires permettrait à l’Unicef de couvrir le gap critique pour ses besoins en eau potable et assainissement.

 

 
Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children