Histoires vécues

Histoires vécues

 

Education des filles : Cibler les plus vulnérables

© UNICEF/Burkina Faso/2018/Figula
Judith Nikièma répondant à une question lors d'un cours d'anglais. Elle participe aux cours de manière assidue

Par Tarpilga Claude

Judith Nikièma a 12 ans. Elle est en classe de 6ème au Collège d’enseignement général du  secteur 6 de Koudougou. Pensionnaire du centre Bethel, un centre d’hébergement de jeunes filles, Judith fait partie des élèves recrutées pour l’année scolaire 2017-2018 dans le cadre du projet d’appui à la scolarisation des filles au post primaire mis en œuvre par l’UNICEF dans la région du Centre-Ouest du Burkina Faso grâce à l’appui financier de la Fondation de l’Occitane.

Judith est une élève très brillante. Elle est originaire e de Thiou, un village de la commune de Sabou situé à une trentaine de km de Koudougou. Orpheline de père, Judith vit avec son frère au village, sa mère étant partie vivre à la capitale. N’eut été l’appui de l’UNICEF à travers ce projet, les parents de Judith n’auraient pu honorer les frais de scolarité et de pensionnat de cette dernière.

 
Judith s’en souvient comme si c’était hier : « Un matin de Septembre 2017, alors que j’étais au puits en train de puiser de l’eau ma copine vint à pas de course m’annoncer que j’avais été choisie pour aller étudier au collège à Koudougou. Immédiatement, je couru voir le directeur de notre école qui confirma la nouvelle. J’étais si contente et j’avais de la peine à contenir ma joie » raconte-elle.

Au premier et deuxième trimestre Judith a été la première de sa classe avec respectivement 18, 28 et 19, 59 sur 20 de moyenne. Elle est en passe de confirmer le même score pour le 3ème trimestre. Au premier trimestre, les garçons de sa classe eurent de la peine à réaliser qu’un tel score pouvait provenir d’une fille. Mais très vite, ils se ravisèrent quand les notes du deuxième trimestre de Judith tombèrent.

« Le cas de Judith est atypique ». Déclare Dimanche Yameogo, le directeur du CEG du secteur 6 de Koudougou. « Elle excelle dans toutes les matières. D’ailleurs, toutes les filles du centre Bethel inscrites cette année dans notre collège ont de bonnes notes et occupent les meilleurs rangs. Mais Judith reste une exception », ajoute-il.

Judith a un rêve : devenir docteur en mathématique. A la question de savoir pourquoi a-t-elle fait ce choix, elle répond : « j’aime bien les mathématiques. Mon professeur de maths que j’admire m’y encourage beaucoup car il y a peu de femmes qui enseignent les mathématiques,  m’a-t-il dit. Je veux devenir professeur en mathématique ».

Pour le directeur, le projet d’appui à la scolarisation des filles au post primaire mis en œuvre dans la région est le bienvenu même s’il intervient tardivement. Elle vient rétablir une justice à l’endroit des filles. « C’est une question d’équité. Il est temps de prendre des mesures pour permettre aux filles de libérer leur potentiel. Le cas de Judith est très édifiant et nous devons soutenir le projet que nous souhaitons pérenne », dit-il.

En effet, 23 pensionnaires du centre Béthel sont inscrites en classe de 6ème au CEG du Secteur 6 de Koudougou. A regarder de près les résultats des deux premiers trimestres, sur les 88 élèves qui constituent l’effectif de la classe, les pensionnaires bénéficiaires du projet s’insèrent dans les 38 premiers rangs et ensuite viennent les autres élèves. « De la première de la classe au 38ème toutes les 23 élèves du centre Béthel s’y retrouvent. Ce sont les meilleures et nous pensons que c’est grâce à l’appui dont elles bénéficient qu’elles arrivent produire ces résultats » déclare le directeur.

© UNICEF/Burkina Faso/2018/Figula
Les pensionnaires du Centre Béthel, entre les heures d'étude, s’adonnent à cœur joie aux jeux et loisirs.

Le centre Béthel des jeunes filles de Koudougou a ouvert ses portes en Octobre 2017 suite à la mise en œuvre du projet d’appui à la scolarisation des filles au post primaire. Elle compte un effectif de 49 filles inscrites en classe de 6ème dans 3 centres d’enseignement que sont le CEG de Koudyiri, le lycée privé Venimnooma et le CEG du secteur 6 de Koudougou. Grâce à l’UNICEF et avec l’appui financier de la fondation de l’Occitane, toutes les filles bénéficient de bourses, de fournitures scolaires et de vélos pour se rendre à l’école et revenir au centre en toute sécurité. Au centre, elles bénéficient de cours d’appui pour la mise à niveau de leurs connaissances. Elles acquièrent aussi des compétences de vie courante grâce à l’encadrement du personnel du centre.

Mme Awa Kaboré est la directrice du centre d’accueil. Agée de plus d’une cinquantaine d’années, cette éducatrice sociale cumule plus de 15 ans d’expériences dans l’encadrement scolaire.

Après 8 mois de fonctionnement du centre, Mme Kaboré fait le constat suivant : « Je suis très satisfaite du rendement scolaire de nos pensionnaires. La majeure partie des filles du centre occupent les premiers rangs dans leurs classes respectives. Elles se distinguent aussi de par leur politesse et leur discipline et cela faite notre fierté ».

Cette satisfaction est aussi partagée par les parents d’élèves qui ont noté un changement positif quant au comportement des filles. Selon la directrice elles sont devenues dans leurs communautés des modèles pour les autres jeunes filles qui aspirent à devenir comme elles. Les cheveux bien coupés ou soigneusement tressés, elles se distinguent par leur hygiène corporelle. Ce qui n’était pas le cas avant leur arrivée au centre.

Le projet « Promotion de l’éducation post primaire dans la région du Centre-Ouest a pour objectif de réduire les facteurs qui limitent l’accès, le maintien et la réussite scolaire des filles notamment celles qui sont socialement et économiquement vulnérables. Grâce à l’UNICEF avec l’appui financier de la Fondation de l’Occitane, 450 jeunes filles de la région du Centre-Ouest sont parrainées et poursuivent leurs études dans 21 établissements répartis dans 4 provinces que sont le Boukiemdé, la Sissili, le Sanguié et le Ziro. 74 filles sont intégrées dans deux centres d’hébergement. Les autres sont en régime d’externat. Toutes les filles sont dotées de fournitures et de tenues scolaires. La quasi-totalité des filles est dotée en vélos.
Un budget à  hauteur de 550.000 euros a été engagé pour une durée de 4 ans.

 

 
Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children