Centre média

Presse

Photo reportages

Vidéos

Contacts pour information

 

Journée mondiale de l’hygiène menstruelle : Briser le silence

© UNICEF/Burkina Faso/2017/Tarpilga
Dr Anne Vincent, représentante de l'UNICEF au Burkina Faso lors de son allocution. Elle a interpelé tous les acteurs sur l’urgente nécessité de promouvoir des changements de comportements adaptés aux besoins des filles.

Dori, le 30 mai 2017 - Au Burkina Faso sur 100 filles qui entrent en 6ème seulement 22 parviennent à la classe de 3ème (Statistique MESS, 2013-2014). Le taux d’achèvement même s’il est élevé au primaire devient faible au post primaire, c’est-à-dire à la période cruciale de la survenue des règles.

Pour inverser la tendance, le Burkina Faso, à l’instar des autres pays, a décidé de marquer un temps fort de réflexion, de plaidoyer et de sensibilisation à travers la célébration de la Journée mondiale de l’hygiène menstruelle qui a eu lieu le 30 mai 2017 à Dori dans la région du Sahel.
Cette commémoration dont le thème est « Eduquer sur les menstrues change tout» avait pour objectif de faire un plaidoyer auprès des acteurs sur l’importance de la Gestion Hygiénique des Menstrues (GHM) en milieu scolaire et de susciter l’adhésion de la population à la problématique de la GHM dans la perspective de briser le tabou qui l’entoure.

La cérémonie a été présidée par Mme Judith Nanema, chargée de mission représentant le ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation en présence de Dr Anne Vincent, Représentante de l’UNICEF et de M. Halidou Koanda, Directeur Pays de WaterAid au Burkina Faso et du représentant de Catholic Relief Services  (CRS) du Burkina Faso. Elle a en outre, enregistré la présence des autorités politiques et administratives de la région, des acteurs de l’éducation, des journalistes d’organes divers et une forte mobilisation de la population.

Les multiples actions entreprises pour l’accès et le maintien des filles à l’école a permis des progrès significatifs en matière d’éducation au Burkina Faso. Toutefois le taux d’achèvement des filles demeure faible. La problématique de l’hygiène en milieu scolaire et spécifiquement celle des menstrues constitue un des facteurs qui affecte le maintien des filles à l’école compromettant ainsi leur participation et leur performance scolaire.

© UNICEF/Burkina Faso/2017/Tarpilga
Les élèves n’ont pas manqué, à travers des sketchs, d’interpeler parents et éducateurs sur l’urgence de briser le silence qui entoure encore la question des menstrues des filles pour un accès juste et équitable à l’éducation

La Représentante de l’UNICEF n’a pas manqué de le relever  dans son allocution qu’elle a bien introduit par un témoignage très édifiant sur sa vie d’adolescente en lien avec la GHM.  Faisant le rapport entre le caractère tabou des règles dans nos sociétés et l’environnement scolaire souvent dépourvu de dispositifs adéquats pour une gestion hygiénique des menstrues, Dr Anne Vincent a interpelé tous les acteurs sur l’urgente nécessité de promouvoir des changements de comportements adaptés aux besoins des filles. « Il faut que cela change […]. Libérons la parole, parlons de sujets tabou afin que toutes les filles du Burkina Faso à l’école et hors de l’école puissent vivre sereinement tous les jours du mois » a plaidé la Représentante de l’UNICEF.

Pour la chargée de mission du MENA, promouvoir l’hygiène en milieu scolaire constitue un défi majeur pour notre système éducatif. « Les filles doivent avoir accès à des services adaptés en milieu scolaire pour gérer avec dignité leurs menstrues sans se sentir gênées et sans avoir peur » a-t-elle déclaré.
Pour elle,  il est plus que jamais urgent de mener des actions afin de favoriser un accès juste et équitable aux services éducatifs, d’où la nécessité d’agir. Elle a, à cet égard, salué la mise en œuvre du projet pilote de mise à disposition de kits d’hygiène menstruelle et des matériels de communication et sensibilisations sur le sujet dans les écoles dont elle souhaité le passage à l’échelle dans les plus brefs délais.

Des sketchs, des slams et une remise de livrets sur la GHM à la Direction régionale de l’Education nationale et de l’Alphabétisation ont ponctué la cérémonie.

 

 
Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children