Centre Media

Communiqué de Presse

Bulletin “Le Trait d’Union”

Ressources

Bulletin UNICEF Bénin

 

Les Nations Unies et le Bénin scellent un pacte contre la malnutrition chronique à Karimama et Malanville

© Quotidien La Nation - Bénin
Le Premier Ministre, Lionel Zinsou, et le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Bénin, Rosine Sori Coulibaly

Le premier ministre, Lionel Zinsou, et le coordonnateur résident du Système des Nations Unies au Bénin, Rosine Sori Coulibaly ont paraphé, signé et échangé le document du projet conjoint de lutte contre la malnutrition chronique dans les communes rurales de Karimama et Malanville. C’était hier mardi 20 octobre dans les locaux de la primature, en présence d’autres responsables du Système des Nations Unies et des ministres de la Santé et de la Famille.

Contribuer à la réduction du retard de croissance chez les enfants âgés de 0 à 59 mois d’ici à 2018 dans les communes rurales de Malanville et Karimama. Augmenter le taux d’initiation précoce à l’allaitement maternel de 46% à 60% et l’allaitement exclusif de 41% à 50% et le taux de diversification minimum alimentaire de 25% à 35% chez les enfants âgés de 6 à 23 mois. Tels sont les but et objectif généraux du projet conjoint de lutte contre la malnutrition signé hier entre le Premier ministre Lionel Zinsou et le coordonnateur résident du Système des Nations Unies, Rosine Sori Coulibaly.

Les bases de l’initiative, c’est que d’ici à 2018, les populations rurales et péri urbaines, notamment les jeunes et les femmes dans les communes d’intervention accroissent leurs revenus et améliorent leur sécurité alimentaire d’une part.

Dans le même intervalle de temps, les enfants de moins de cinq ans, les adolescents, les femmes en âge de procréer et les ménages bénéficient de façon équitable d’interventions à haut impact de qualité en santé y compris le VIH/SIDA, les MNT, la SRAJ, l’assainissement de base et les communautés adoptent des pratiques favorables à la santé d’autre part.

Sur une prévision budgétaire de 2 667 975 de dollars que doit coûter le projet, environ 1 333 987 500 FCFA, 2 537 975 dollars soit environ 1 268 987 500 f CFA sont déjà disponibles. Il reste donc à mobiliser 130 000 dollars.

Combler le vide

Rosine Sori Coulibaly a exprimé sa joie de participer à la signature de ce 4è projet conjoint et d’œuvrer ainsi à la réduction de la pauvreté. Ainsi, ledit projet vient combler le vide observé en la matière: peu de programmes conjoints et de plans d’actions initiés pour diminuer la pauvreté et améliorer les conditions de vie des populations. Pour le coordonnateur résident du Système des Nations Unies, son organisation a, depuis peu, concentré ses interventions dans cette zone pour impacter le développement local. Il s’agit, a-t-elle signalé, d’appuyer le Bénin qui doit faire face à une forte prévalence de retard de croissance selon des statistiques de 2014.

Des statistiques face auxquelles Lionel Zinsou convie le gouvernement et tout l’appareil d’Etat à une puissante alliance sacrée contre la malnutrition. Pour lui, les chiffres révélés sont préoccupants et il s’agit d’un projet très important au regard du contexte, des but et objectifs visés et surtout des produits escomptés et des résultats attendus. Ainsi, en termes de résultats, les populations pauvres et les groupes vulnérables en particulier les femmes, ont des capacités accrues pour assurer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi que l’accès aux marchés. De même, les zones sanitaires et les communes retenues disposent de capacités accrues pour offrir des paquets d’intervention à haut impact de qualité en nutrition, planification familiale, fistules obstétricales, hygiène et assainissement de base.

Le premier ministre apprécie bien le niveau du taux de croissance. Cependant, «La malnutrition est un scandale qu’on ne peut tolérer. La production alimentaire est en progression mais il y a un problème de répartition.» regrette Lionel Zinsou qui a invité les décideurs à engager des débats publics y relatifs mais à surtout faire le point devant les populations en attendant la généralisation aux autres communes du pays.

Didier Pascal Dogbé ( La Nation)


 

 
Search:

 Email this article

unite for children