Bien-être des enfants et des jeunes

Contribution pour une définition normative de la pauvreté et des privations conforme à l’agenda des ODD post-2015

Un garçon qui dessine et une fille a cote de lui qui joue avec lui.
UNICEF/ALGERIA/2015-Noorani-00121

Points forts

L’intérêt que porte le Conseil national économique et social (CNES) à la question de l’équité s’inscrit en droite ligne avec les fondements des politiques nationales qui conçoivent la justice sociale comme un axe central de toute action de développement. C’est pourquoi l’institutionnalisation de la mesure de l’équité, notamment dans la sphère sociale, a été clairement affichée à l’occasion de la première conférence internationale portant sur les mécanismes institutionnels de suivi et de mesure de l’équité sociale, organisée par le CNES, au Palais des Nations en décembre 2014 avec l’appui de l’UNICEF. L’un des principaux résultats de cette conférence a été l’annonce solennelle de la mise en place d’une cellule ad hoc chargée de la mesure et de l’analyse de l’équité sociale en Algérie.

À la faveur de l’amendement constitutionnel de février 2016, la réorganisation du CNES a prévu la création de six commissions thématiques, dont une commission dédiée à l’équité. Cet espace de concertation se chargera désormais d’oeuvrer, de manière régulière, pour la prise en charge effective de cette question, notamment sur le plan de l’évaluation de son implémentation dans les politiques publiques. C’est dans ce contexte que le CNES a entamé, avec l’appui de l’UNICEF, le travail d’élaboration d’un modèle national d’équité sociale selon une approche universellement reconnue, désignée par l’acronyme N-MODA Algérie. Ce modèle servira de base de connaissances pour l’évaluation des stratégies mises en place à l’intention des enfants et des jeunes à travers le prisme de l’équité.

Par ailleurs, développée par le bureau de recherche de l’UNICEF, la méthodologie MODA adopte une définition holistique du bien-être de l’enfant basée sur la notion de droits. Elle mesure, selon les cycles de vie, les privations simples et multiples qui peuvent toucher un enfant dans les diverses dimensions du bien-être. C’est une référence dans l’analyse de la privation multidimensionnelle, aux côtés de l’indice de pauvreté multidimensionnelle (MPI) développé par le centre de recherche OPHI de l’Université d’Oxford.

Couvrant les moins de 25 ans et utilisant les bases de données MICS3 et MICS4, le modèle national d’équité sociale est adossé à quatre groupes d’âge. Le bien-être de chaque groupe d’âge est appréhendé à travers sept dimensions dans lesquelles la privation est définie comme l’absence d’accès à des « capabilités » élémentaires, au sens où l’entend Amartya Sen, au regard des normes de la société. La pauvreté multidimensionnelle est définie, quant à elle, à partir de trois privations sur les sept dimensions considérées.

Il importe de souligner que, compte tenu des progrès réalisés dans le domaine du développement humain, les critères d’inclusion au modèle national d’équité sociale ont sciemment été rendus exigeants, afin de cerner un éventail plus large de formes de privations et d’iniquités sur les domaines considérés. Ainsi, on ne va pas se contenter d’un simple accès à la vaccination, à l’école, à l’eau potable, à l’assainissement, ou autre service de base, mais l’on y adjoindra également la qualité d’accès à ces services. Ce niveau d’exigence se confirme parfaitement lorsque l’on se place dans une perspective régionale.


 

4 pictures of kids smiling

Auteur

CNES Algérie

Date de publication

Langues

Français

Téléchargez le rapport

(PDF, 4,79 MB) (PDF, 1,17 MB) (PDF, 2,37 MB)