Programme d’aide aux enfants réfugiés sahraouis

L'UNICEF apporte un soutien aux enfants et aux femmes réfugiés sahraouis, conformément aux principes définis par l’organisation au niveau mondial, dans le respect de la Convention relative aux droits de l'enfant

Écolière dans une classe à Tindouf, camps des réfugiés
UNICEF/Algeria/2019/Hamouche

Défi

Depuis 1986, l'UNICEF apporte son soutien aux enfants et aux femmes sahraouis vivant dans les cinq camps de réfugiés situés dans la wilaya de Tindouf, au sud-ouest de l’Algérie. L’action de l’UNICEF s’inscrit dans le cadre de l’aide apportée par les agences des Nations Unies à une population vivant dans des conditions extrêmement difficiles : le déplacement prolongé des réfugiés qui y vivent s’ajoute à un environnement aride et des infrastructures peu développées - autant de facteurs qui contribuent à la vulnérabilité des enfants.

Camps de réfugiés sahraouis Tindouf
UNICEF/Algeria/2013/Hamouda

Les réfugiés sahraouis vivent dans cinq camps dans des conditions particulièrement difficiles caractérisées par le climat aride d’une région désertique, un habitat et des infrastructures fragiles particulièrement vulnérables aux violentes intempéries dont la fréquence n’a cessé d’augmenter au cours des dernières années. Les possibilités réduites d’activités agricoles, les contraintes subies par les réfugiés quant à l’accès à l’emploi et l’absence d’une économie viable ne laissent aux réfugiés aucune autre possibilité que de compter quasiment exclusivement sur l’aide extérieure pour subvenir à leurs besoins de base et assurer la survie et le bon développement de leurs enfants.

Le maintien des services de base dans les domaines de la santé et de l’éducation est un défi constant pour les autorités responsables de la gestion des camps et les acteurs humanitaires engagés sur le terrain, tant sur le plan de la durabilité que l’accès et la qualité. Si les réfugiés eux-mêmes sont largement engagés dans la dispense et l’administration des services, les systèmes en place restent dépendants de l’aide extérieure et des contraintes liées à la disponibilité des ressources financières et humaines nécessaires à leur fonctionnement dans la durée.

Si l’ensemble de la population des camps a accès à l’eau potable, les quantités disponibles restent largement en deçà des standards humanitaires internationaux d’urgence (20 litres/personne/jour). La faiblesse des ressources en eau constitue un défi supplémentaire pour l’accès des réfugiés à des infrastructures et systèmes d’assainissement adéquats, ce qui constitue un risque pour l’état de santé des réfugiés, et plus particulièrement des enfants notamment aux maladies transmises par l’eau.

Jeunes collégiennes réfugiées sahraouis
UNICEF/Algeria/2017/ElHebri

En 2018, plus de 21,000* enfants de moins de 5 ans ont été vaccinés avec le support de l’UNICEF. Les professionnels intervenant auprès des nouveau-nés ont des besoins en formation importants. En parallèle, la vétusté des équipements et des structures requière des appuis immédiats pour assurer une prise en charge médicale adéquate. Les défis liés au système de santé et aux conditions de vie influent sur les indicateurs de santé et de nutrition des enfants et des femmes. Parmi les enfants de moins de 5 ans, près d’un enfant sur cinq accuse un retard de croissance, alors que l’anémie touche plus d’un enfant sur trois et 45% des femmes en âge de procréer (60 pourcent des femmes enceintes et 72 pourcent des mères allaitantes) [1].

Plus de 39,500[2] enfants réfugiés sont inscrits dans les 67 établissements scolaires comprenant 31 jardins pour enfants, 26 écoles primaires et 10 collèges *. Il n’existe dans les camps de réfugiés qu’un seul lycée. Cette configuration contraint la majeure partie des enfants en âge d’aller au moyen et au lycée à s’éloigner de leurs familles afin de poursuivre leur éducation dans les internats algériens, les infrastructures dans les camps ne permettant pas de tous les accueillir.  

Si l’accès à l’enseignement primaire demeure élevé aussi bien pour les filles que pour les garçons, une évaluation menée par l’UNICEF en 2016/2017 de la performance de l'éducation dans les camps révèle des taux de redoublement et de déperdition scolaire élevés soulignant des défis importants liés à la qualité de l’enseignement et de la formation des enseignants[3]. La capacité d’accueil, la maintenance et l’état général des infrastructures scolaires, ainsi que le déficit en fournitures scolaires et pédagogiques demeure des contraintes récurrentes qui affectent l’éducation des enfants réfugiés sahraouis.

Écolier dans une classe à Tindouf, camps des réfugiés
UNICEF/Algeria/2019/Hamouche

Les enfants vivant avec un handicap sont accueillis dans neuf centres d'éducation spécialisés répartis dans les cinq camps de réfugiés gérés et animés par des professionnels réfugiés. Cependant, les contraintes en termes de vulnérabilité des structures, de manque d’outils pédagogiques et didactiques et de difficultés d’accès à une formation adaptée des éducateurs affectent la qualité de la prise en charge et réduisent les opportunités de développement des enfants et d’accompagnement des familles.

Le contexte particulier et la nature de la vie dans les camps de réfugiés affectent également le développement des adolescents et des jeunes, filles et garçons. L’accès limité à des activités extrascolaires et l’insuffisance de l’offre dans les domaines sportif, artistique, culturel ou récréatif constituent des obstacles additionnels à l’épanouissement des enfants ajoutée aux difficultés d’accès à l’enseignement supérieur et aux perspectives limitées en termes d’emploi, cette situation restreint encore les opportunités d’inclusion sociale et économique satisfaisante et alimente la frustration des jeunes.

Solutions

Si l’action de l’UNICEF vise avant tout à répondre aux besoins essentiels des enfants, l’organisation contribue également au renforcement des systèmes en place pour un meilleur accès aux services sociaux. L’UNICEF, en collaboration étroite avec UNHCR, le PAM et les acteurs humanitaires actifs dans les camps de réfugiés, participe à la mobilisation des partenariats pour assurer l’assistance aux réfugiés et trouver des réponses adaptées à l’évolution des conditions de vie dans les camps de réfugiés.

L'UNICEF fournit un soutien à des milliers d'enfants, de femmes et d'adolescents, selon six objectifs principaux :

  • Promouvoir une couverture vaccinale optimale par un soutien à la mise en œuvre du PEV sahraoui
  • Améliorer la survie des nouveau-nés par le renforcement des services de santé maternelle et infantile
  • Renforcer l’accès durable des enfants à une éducation de qualité par un soutien au système éducatif
  • Promouvoir l’intégration sociale et économique des jeunes par un renforcement de leurs compétences de vie
  • Faciliter l’inclusion des enfants vivant avec un handicap
  • Contribuer à la réalisation des droits des enfants réfugiés sahraouis par tous les acteurs sur base d’analyses des besoins, des défis et des priorités pour l’enfance
Écolière dans les camps de réfugies sahraouis
UNICEF/Algeria/2017/ElHebri
Écolier dans un camps de réfugiés sahraouis à Tindouf
UNICEF/Algeria/2017/ElHebri

L’UNICEF reste le principal fournisseur de vaccins pour les enfants réfugiés dans les camps. L’organisation continue à soutenir la formation du personnel de santé sahraoui pour accompagner l’évolution des pratiques et appuyer la mise en œuvre du calendrier vaccinal établi en lien avec le calendrier vaccinal algérien. Une assistance technique continue au programme de santé néonatale est aussi assurée visant à renforcer les connaissances et pratiques des sages-femmes et du personnel paramédical qui prennent en charge quelques 4,000 naissances chaque année. L’UNICEF participe également à la maintenance et à l’approvisionnement des structures de santé en équipements pour les soins néonataux.

Dans le domaine de l’éducation, l’UNICEF travaille pour que chaque enfant ait accès à de bonnes conditions d’apprentissage en réhabilitant et construisant des écoles, et en mettant à disposition fournitures scolaires et autres matériels pédagogiques. En appui à l’amélioration de la qualité des enseignements, l’UNICEF participe à l’effort coordonné des partenaires pour renforcer les capacités des enseignants, des directeurs d’école, des superviseurs et des formateurs. Afin d’assurer une meilleure gestion du système éducatif, l’UNICEF est également engagé pour le renforcement du système d’information de l’éducation et de la formation des cadres du secteur.

Cour d'école dans un camps de réfugiés sahraouis
UNICEF/Algeria/2017/Hamouda

En réponse aux dommages importants subis par les infrastructures scolaires à la suite des inondations catastrophiques survenues en octobre 2015 et aux violentes intempéries estivales de 2016 et 2017, l’UNICEF, en partenariat avec plusieurs ONG, a réhabilité ou reconstruit vingt-cinq centres préscolaires, écoles primaires et collèges. Ce travail a permis d’améliorer les standards de construction appliqués dans les camps de réfugiés, en utilisant l'approche « Build Back Better » tout en veillant à assurer un accès sain et sûr aux installations sanitaires. Avec les partenaires du secteur, l’UNICEF a par ailleurs réalisé une évaluation technique de tous les établissements et aidé à mettre en place un plan stratégique de reconstruction et de réhabilitation sur cinq ans. Régulièrement mis à jour, cet outil permet une organisation systématique des efforts de reconstruction en cours.

L’UNICEF travaille également à l’amélioration des conditions de vie des enfants vivant avec un handicap et de leurs familles par la formation des professionnels aux normes de soin adaptés, le renforcement des standards de prise en charge par les centres spécialisés et l’éducation inclusive.

En collaboration étroite avec l’ensemble des acteurs humanitaires, l’UNICEF participe à l’effort engagé en direction des jeunes visant à la création d’opportunités d’éducation, de formation et d’emploi pour une inclusion sociale et économique plus satisfaisante. La contribution de l’UNICEF consiste plus particulièrement à la formation des adolescents, filles et garçons, à travers l’éducation aux compétences de vie, la promotion de l’engagement civique, sportif et culturel. L’action de l’UNICEF dans ce domaine s’adresse particulièrement aux adolescents en rupture avec l’éducation, la formation ou l’emploi, visant à renforcer leur résilience et stimuler leur capacité pour une participation active au sein de leur communauté.