COVID-19 : un cessez-le-feu mondial peut changer la donne pour 250 millions d’enfants vivant dans des régions touchées par des conflits

Déclaration de Henrietta Fore, Directrice générale de l’UNICEF

19 avril 2020
A group of children outside
UNICEF/UN0318491/Watad

NEW YORK, le 17 avril 2020 – « Aujourd’hui, 250 millions d’enfants à travers le monde vivent dans une zone de conflit. Pour chacun de ces enfants, il est essentiel que les parties belligérantes répondent à l’appel du Secrétaire général de l’ONU à poser les armes dans le cadre d’un cessez-le-feu mondial visant à lutter contre la pandémie de COVID-19. Tous ces enfants ont besoin d’être enfin protégés de la violence.

Les parties aux conflits ne pourront pas lutter contre la COVID-19 tout en continuant de se faire la guerre.

Pourtant, près d’un mois après l’appel lancé par le Secrétaire général, certaines régions d’Afghanistan, du Burkina Faso, de Libye, du Mali, de Syrie, d’Ukraine et du Yémen, entre autres, continuent d’être le théâtre de violents affrontements.

Pour les enfants pris au piège de ces situations cauchemardesques, ce cessez-le-feu est une question de vie ou de mort.

Un cessez-le-feu mondial éviterait que des enfants ne soient tués, mutilés ou contraints de fuir de chez eux à cause d’un conflit. Un tel cessez-le-feu mettrait fin aux attaques ciblant des infrastructures vitales, telles que les centres de santé et les systèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement. Il permettrait à des populations vulnérables d’accéder à des services essentiels, tels que des soins de santé – des services fondamentaux pour endiguer la pandémie. Et il permettrait d’établir un dialogue avec les parties aux conflits afin que les enfants enrôlés dans des forces et des groupes armés puissent être libérés en toute sécurité.

La situation a commencé à évoluer dans le bon sens – les parties belligérantes de 11 pays sont déjà convenues de cesser les hostilités durant la pandémie.

Toutefois, bien plus de mesures doivent être prises pour protéger les enfants sur le terrain.  

Premièrement, toutes les parties aux conflits doivent conclure des accords de cessez-le-feu et les respecter, sans discussion.

Deuxièmement, les autorités et les groupes exerçant un contrôle sur le territoire doivent faciliter l’accès au personnel humanitaire afin que nous puissions venir en aide aux enfants et aux familles en leur fournissant des services essentiels, notamment de la nourriture, des soins de santé, des services de protection et des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement. Un tel accès pourrait en outre nous permettre de réparer ou de réhabiliter des infrastructures essentielles qui ont été endommagées par les combats de manière à ce que les populations soient mieux protégées contre la propagation de la COVID-19.

Troisièmement, les forces et les groupes armés ne doivent pas bloquer l’acheminement des fournitures de secours ni empêcher les personnes qui en ont besoin d’accéder aux services. Tous les civils se trouvant sous le contrôle de groupes gouvernementaux ou de l’opposition doivent être autorisés à recevoir une aide vitale pour leur survie et leur bien-être.

Quatrièmement, les parties aux conflits doivent libérer tous les enfants détenus pour des raisons liées à un conflit armé ou à la sécurité nationale. Les forces et les groupes armés doivent également libérer les enfants qui se battent dans leurs rangs. Comme toujours, l’UNICEF se tient prêt à aider les autorités à préparer la libération de ces enfants, notamment en identifiant les mesures à prendre pour que cela soit fait en toute sécurité.

Pendant que les combats se poursuivent, la COVID-19 progresse également dans sa marche silencieuse sur les enfants et les populations vulnérables pris entre deux feux.

Un cessez-le-feu mondial constituerait un modèle de coopération et de solidarité pour lutter contre cette pandémie de COVID-19 qui menace l’humanité tout entière, en particulier les plus vulnérables d’entre nous. En plus d’augmenter considérablement nos chances d’enrayer la maladie à court terme, un tel cessez-le-feu jetterait les bases d’une paix durable et pérenne – et cela changerait totalement la donne pour les enfants et leur avenir. »  

* Cette déclaration existe en arabe

Contacts presse

Pour plus d'informations
UNICEF Algérie
Tél: +213 23 05 12 49
Adresse électronique: algiers@unicef.org

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action, veuillez consulter le site : UNICEF Algérie

Suivez-nous sur Twitter et Facebook