Le rapport en bref

Vue d’ensemble

  • En 2006, sur le continent africain, près de 5 millions d’enfants sont décédés avant leur cinquième anniversaire, ce qui représente une moyenne d’environ 14 000 décès par jour.
  • En Afrique subsaharienne, le taux de mortalité des moins de 5 ans a diminué de près d’un tiers entre 1970 et 2006. Si cette région veut atteindre le quatrième Objectif du Millénaire pour le développement, il faut qu’elle parvienne à un taux annuel moyen de réduction supérieur à 10 % au cours des 8 prochaines années.
  • Les pays d’Afrique subsaharienne représentent 9 des 10 taux de mortalité des moins de 5 ans les plus élevés du monde. La Sierra Leone vient en tête, avec 270 décès pour 1000 naissances vivantes, suivie par l’Angola, où le taux de mortalité des moins de 5 ans de 2006 était identique à celui de 1990 (260 pour 1000 naissances).
  • Trois pays – la République démocratique du Congo, l’Éthiopie et le Nigéria – affichent plus de 43 % du nombre total des décès des moins de 5 ans en Afrique.
  • Environ 45 % de la population d’Afrique subsaharienne n’a pas accès à des sources améliorées d’eau potable, dont 54 millions sont des enfants de moins de 5 ans. Plus de 60 % de cette population n’a toujours pas accès à des installations d’assainissement améliorées.

Domaines de progrès

  • Depuis 1990, les 5 pays d’Afrique du Nord – l’Algérie, l’Égypte, la Jamahiriya arabe libyenne, le Maroc et la Tunisie – ont chacun réduit d’au moins 45 % leur taux de mortalité infantile; ils sont donc en bonne voie pour réaliser le quatrième Objectif du Millénaire pour le développement.
  • Depuis 1990, la mortalité des moins de 5 ans a diminué de 40 %, voire davantage en Érythrée, en Éthiopie, au Malawi et au Mozambique.
  • Les décès dus à la rougeole sur le continent africain ont reculé de plus de 90 % entre 2000 et 2006.
  • Le nombre d’enfants de moins de 5 ans dormant sous des moustiquaires imprégnées d’insecticide a triplé dans 16 pays d’Afrique subsaharienne depuis 2000.
  • En Afrique orientale et australe, l’accès aux médicaments antirétroviraux pour prévenir et traiter le VIH chez les enfants de moins de 15 ans est passé de 12 % en 2005 à 17 % en 2006.