Centre de presse

Faits marquants dans la région

Crise au Sahel

Urgence Mali

Communiqués

Initiative Film Africains

Reportages photos

Histoires vécues

Données et chiffres

 

L’UNICEF et la MONUSCO condamnent les viols au Sud-Kivu

KINSHASA, RDC, 27 juin 2013 –  Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en République Démocratique du Congo (RDC), M. Roger Meece et la Représentante de l'UNICEF en RDC, Mme Barbara Bentein, sont vivement préoccupés par les récents cas de viols de jeunes filles sur l’axe Kavumu-Lwiro, dans la province du Sud-Kivu, à l'Est du pays.

Au cours des deux derniers mois, neuf  jeunes filles âgées entre 18 mois et 12 ans ont été admises à l'hôpital de Panzi, dans le Sud-Kivu. Elles portaient toutes des marques de violence sur le corps et présentaient de graves lésions internes qui ont entrainé la mort de deux d’entre elles, ainsi que de nombreuses complications physiques et psychologiques pour les survivantes. De telles violences sont inacceptables et doivent cesser immédiatement.

Ces viols seraient liés à des pratiques traditionnelles préjudiciables perpétrées par des individus qui enlèvent des jeunes enfants de leurs communautés. Ces pratiques sont en violation des lois nationales et internationales, car elles entravent la réalisation effective des droits de l’enfant et s’accompagnent de conséquences graves sur la protection, la survie et le développement de l'enfant.

L'UNICEF et la MONUSCO sont conscients des actions entreprises par les autorités congolaises afin d’arrêter deux suspects impliqués dans ces affaires. Néanmoins, ces actions doivent être complétées de mesures concrètes pour effectuer des enquêtes approfondies et poursuivre en justice tous les auteurs de ces pratiques ignobles. A cet égard,  les autorités nationales compétentes sont priées de prendre les mesures qui s’imposent, conformément aux obligations de l'Etat en vertu du droit national et international, et aux engagements pris récemment sur l'élimination des pratiques traditionnelles préjudiciables lors des célébrations de la Journée de l'enfant africain, le 18 juin 2013.

Cependant, bien que la volonté politique soit essentielle pour éliminer ces pratiques sociales et culturelles préjudiciables, il est de la plus haute importance que les différentes communautés travaillent elles aussi à abandonner ces pratiques pour le bien-être physique, psychologique et social des enfants ainsi que pour leur santé, leur éducation et leur développement général.

Les Nations Unies continueront de collaborer avec le Gouvernement de la RDC, les organisations de la Société civile ainsi que les autres partenaires nationaux et internationaux, afin que les auteurs de violences sexuelles répondent de leurs actes et que les survivants bénéficient d’un soutien adéquat.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Cornelia Walther, Chef de la Communication, UNICEF DRC/Kinshasa,
tél. : + 243 99 100 63 07 ;
courriel : cwalther@unicef.org.

Mounoubai Madnodje, Porte-parole, MONUSCO,
tél. : +243 81 890 7605 ;
courriel : mounoubai@un.org.

 

 

 

unite for children