Centre de presse

Faits marquants dans la région

Crise au Sahel

Urgence Mali

Communiqués

Initiative Film Africains

Reportages photos

Histoires vécues

Données et chiffres

 

L’Union européenne et l’UNICEF soutiennent la lutte contre la malnutrition chronique au Niger

Niamey (Niger), 6 mai 2013  –  L’Union européenne et l’Unicef ont signé ce lundi un accord de financement de 9,5  millions d’euros (6,2 milliards de Francs CFA) pour lutter contre la malnutrition infantile au Niger.

Ce projet, d’une durée de quatre ans, s’inscrit dans le cadre de l’Initiative d’accélération des Objectifs du millénaire pour le développement au Niger (IAOMD). Il sera exécuté en partenariat avec le Ministère de la Santé publique et les collectivités locales dans huit départements des régions de Tahoua, de Maradi et de Zinder, en faveur de 801 000 enfants et de 844 000 femmes en âge de procréer vivants dans des communes à fort taux de prévalence de malnutrition chronique.

Les effets d’une mauvaise nutrition constituent l’une des tragédies les plus graves et les plus évitables de notre époque. Les enfants sont victimes d’un cercle vicieux, où pauvreté, maladie, alimentation inadéquate et manque d’eau potable, d’hygiène et d’assainissement s’unissent pour leur donner le départ le plus préjudiciable dans la vie. Au Niger, la malnutrition chronique touche près d’un enfant sur deux et constitue un obstacle majeur au développement national, piégeant les populations dans le cercle vicieux des vulnérabilités.

« Les 1000 premiers jours de la vie d’un enfant, de la conception jusqu’à son deuxième anniversaire, sont les plus critiques pour son développement physique et cognitif », a expliqué le Dr. Guido Cornale, représentant de l’Unicef. « Pour que chaque enfant puisse réaliser ses droits à la survie et au développement et contribuer à accroitre le capital humain du pays, nous devons nous assurer qu’ils sont correctement protégés contre la malnutrition. L’Union européenne nous donne les moyens de l’action ».

L’Union européenne reconnaît les avantages d’une réponse multisectorielle et intégrée aux besoins de l’enfant et la nécessité de l’étendre au plus grand nombre. « Le Niger a pris conscience du problème et s’est engagé à le combattre. Nous sommes résolus à mobiliser tous les instruments à notre disposition pour le soutenir dans ses efforts pour améliorer la nutrition infantile et, ainsi, renforcer la résilience des populations », a déclaré l’Ambassadeur Hans-Peter Schadek, chef de la délégation de l’UE au Niger. « Ce financement, allant au-delà de notre programme initial du 10e FED, en est un exemple concret », a-t-il ajouté.

Le financement européen portera sur des activités déjà expérimentées au Niger telles que la mobilisation communautaire en vue d’un changement de comportements en matière d’alimentation maternelle et du nourrisson ; de pratiques familiales essentielles, y compris d’espacement des naissances ; d’éducation nutritionnelle ; de maraîchage ; d’hygiène et d’assainissement et de sollicitation des services de santé). Il s’agira également de distribution de suppléments en micronutriments et d’alimentation de complément adéquate ; d’appui aux communautés en matière d’accès à l’eau et de promotion de la croissance. Les services de santé seront appuyés et renforcés pour une offre de soins pré et post natals de qualité.

Pour plus d’informations :
Anne Boher, UNICEF Niger.
tél. : +227 96962159 ;
courriel : aboher@unicef.org

Maïtourare Boulama, Délégation UE, Niger.
tél. : +227 20732773 ;
courriel : Mahamadou-maitourare.boulama@ec.europa.eu

 

 

 

unite for children