Centre de presse

Faits marquants dans la région

Communiqués

Initiative Film Africains

Reportages photos

Histoires vécues

Données et chiffres

 

Sahel 2012 : 850 000 enfants traités pour Malnutrition sévère aiguë (UNICEF)

L’évaluation met en avant le défi de parvenir à toucher tous les enfants à risque

DAKAR/GENÈVE, 11 décembre 2012 – Un rapport d’évaluation conduit par l'UNICEF révèle que pour l’année 2012, plus de 850 000 enfants ont reçu un traitement contre la Malnutrition sévère aiguë, dans 9 pays de la bande Sahélienne.

Ce chiffre est une projection basée sur les quelque 730 000 enfants de moins de 5 ans qui ont été soignés dans des centres de référence entre janvier et fin septembre.

En décembre 2011, l’UNICEF sonnait l’alerte sur les 1,1 million d’enfants exposés à la Malnutrition sévère aiguë dans la bande Sahélienne et nécessitant une prise en charge spécialisée.

Selon le rapport, l’implication des gouvernements, des agences du système des Nations Unies, et des organisations humanitaires, a conduit à une mobilisation humanitaire sans précèdent dans la région, soutenue par les principaux donateurs et des appels de fonds organisés par les comités nationaux de l’UNICEF.

Grace aux fonds rendus très tôt disponibles par les pays donateurs comme la Suède et le Danemark, ainsi que l’Union européenne et l’USAID, il a été possible d’acheter et de pré-positionner à temps des provisions et aliments thérapeutiques prêts à la consommation. Cependant, les défis restent significatifs dans la région en raison de nombreux déplacements de populations, conséquences de la situation d’insécurité au Mali, et des inondations importantes.

« Connaissant la région, nous savions que nous rencontrerions des difficultés à toucher tous les enfants », confie Manuel Fontaine, le Directeur régional ad intérim de l’UNICEF. « Une grande catastrophe a pu être évitée, mais nous ne devons pas baisser nos efforts parce que trop d’enfants décèdent encore de causes qui peuvent être évitées. Un des enseignements tirés de cette année 2012 est que nous sous-estimons certainement le nombre d’enfants affectés. Ainsi, tous les partenaires doivent travailler à trouver des solutions innovantes pour aider les communautés vulnérables à sortir du cycle de crise et développer une meilleure résilience ».

En dépit d’une pluviométrie satisfaisante dans la sous-région, il faut plus de deux ans aux familles pour récupérer de la perte de leur bétail et il n’est pas évident de s’alimenter sur les marchés pour des longues incertaines. De plus la malnutrition chez les enfants a pour conséquence de diminuer la capacité de leur organisme à absorber des nutriments, quelle que soit la disponibilité des aliments.

« Il n’existe malheureusement pas de vaccin contre la Malnutrition sévère aiguë », poursuit Manuel Fontaine. « De nombreux enfants issus des familles parmi les plus pauvres dans la région, sont confrontés à des crises régulières qui compromettent leurs chances de survie. En 2012, nous avons accompli l’effort considérable d’administrer un traitement à tous les enfants admis dans les centres de soin. Nous devons arriver à un système plus performant, de sorte que les centres de traitement reçoivent moins d’enfants affectés ».

À propos de l'UNICEF
L'UNICEF est à pied d'oeuvre dans plus de 190 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s'épanouir, de leur plus jeune âge jusqu'à la fin de l'adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l'UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l'accès à de l'eau potable et à des moyens d'assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l'exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L'UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d'entreprises, de fondations et de gouvernements. Pour en savoir plus sur l'UNICEF et son travail, suivez-nous sur Twitter et Facebook.

En plus
Les pays affectés  par la faible pluviométrie et la baisse des récoltes ont été : Le Tchad, le Burkina Faso, la Mauritanie, le Mali, le Niger, le nord du Nigeria, le nord du Cameroun et une partie du nord du Sénégal. En réponse à l’appel de fonds d’urgences lance par l’UNICEF, l’organisation a reçu 134,7 millions de dollars É.-U. sur un total de 239 millions de dollars.

Pour de plus amples informations :

Martin Dawes, UNICEF Bureau régional Afrique de l’Ouest et du centre,
tél. : +221 77 74 04 679;
courriel : mdawes@unicef.org

Fatou Binetou Dia, UNICEF Bureau régional Afrique de l’Ouest et du centre,
tél. : 221 77 655 44 16;
courriel : fbdia@unicef.org

Marixie Mercado, UNICEF Genève,
tél. : +4179 756 7703,
courriel : mmercado@unicef.org

Peter Smerdon, UNICEF New York,
tél. : +1 917 213 5188,
courriel : psmerdon@unicef.org

 

 

 

unite for children