Centre de presse

Crise au Sahel

Communiqués

Initiative Film Africains

Reportages photos

Histoires vécues

Données et chiffres

 

Comment les femmes et les filles peuvent : Transformer les catastrophes en opportunités

Dakar, Sénégal, 13 Octobre 2012 – Impliquer davantage les femmes et les filles dans la prévention des catastrophes pour en faire des actrices de changement et non plus les principales victimes, voilà l’appel lancé à l’occasion de la Journée Internationale pour la Réduction des Risques de Catastrophes par un collectif d’une quinzaine d’organisations régionales humanitaires et de développement.

Les crises successives qui ont touché l’Afrique de l’Ouest telles que les inondations, l’épidémie de choléra, la crise alimentaire et nutritionnelle au Sahel et le conflit au Mali ont affecté essentiellement les populations les plus vulnérables, notamment, les femmes et les filles. Pour le Groupe Régional pour la Réduction des Risques de Catastrophes en Afrique de l’Ouest, les femmes ont cependant un rôle clé à jouer dans la prévention de ces catastrophes, et pourraient par la même bénéficier d’une opportunité unique de jouer un rôle plus visible dans la société.  Le rôle des femmes est essentiel pour contribuer à renforcer la résilience des communautés.

"Lorsqu’ une catastrophe  a lieu, les femmes et les filles ne sont pas toujours affectées de la même manière que les hommes en raison des  différences sociales existantes," a déclaré Jakob Wernerman, Président du Groupe Régional pour la Réduction des Risques de Catastrophes en Afrique de l’Ouest." Par exemple, nous avons remarqué qu’en cas de crise, la distribution d’aliments ou de médicaments, peut aggraver la discrimination entre les femmes et les hommes. "

La capacité des femmes  et des filles à affronter les effets des catastrophes dépend directement de facteurs socio-économiques telles que la capacité   à obtenir un crédit, l’accès à la terre, l’eau et aux semences, ou le niveau d’éducation.

"Nous devons inclure l’égalité entre les sexes en matière de réduction des risques de catastrophes, et lors des interventions humanitaires et de développement, autrement, nous risquons tout simplement de rendre les populations de l’Afrique de l’Ouest encore plus vulnérables “a ajouté Marie Thérèse Ndiaye-Onoma Vice-présidente du Groupe Régional."Prendre en compte les femmes et les filles spécifiquement dans la prévention des catastrophes, c’est non seulement un impératif moral, mais c’est aussi un investissement financier sur le long terme car moins de financement devra être apporté pour la réponse et la reconstruction future."

Le Groupe Régional pour la Réduction des Risques de Catastrophes en Afrique de l’Ouest et Centrale, encourage les gouvernements locaux et nationaux, les organisations de la société civile et les autres acteurs à reconnaître les besoins spécifiques des femmes et des filles dans la planification des réponses humanitaires et de développement et à renforcer leurs capacités pour mieux préparer leurs familles et leurs communautés dans la perspective de catastrophes éventuelles.

NOTES pour les médias :

Le 13 Octobre est consacrée " journée internationale pour la réduction des risques de catastrophes " par l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) depuis 1990. Cette année elle sera célébrée le 12 octobre 2012. Plus d’informations, voir http://www.unisdr.org/2012/iddr/  (UNISDR website)

Le groupe régional pour la réduction des catastrophes en Afrique de l’ouest comprend les organisations suivantes: ACF, BANQUE MONDIALE, ECHO, FAO, FICR, OCHA, HCDH, OIM, OMS, OXFAM, PAM, PLAN INTERNATIONAL, SAVE THE CHILDREN, UNDP-BCPR, UNHCR, UNICEF, et  VISION MONDIALE.

Contacts pour la presse

Charles Bambara –  cbambara@oxfam.org.uk  Tel 77 639 41 78
Marie Balde –   mbalde@oxfam.org.uk   Tel  33 859 37 18

 

 

 

unite for children