Centre de presse

Faits saillants - A la une

Communiqués

Video

Essais photographiques

Histoires vécues

Données et chiffres

 

Promouvoir une éducation de qualité pour chaque enfant, fille et garçon, au Niger

Promouvoir une éducation de qualité pour tous les enfants, filles et garçons - l'expérience du Niger

Niamey, Niger, 26 juin 2009 – Au Niger, l’accès et la qualité de l’éducation des enfants est un défi national. Un enfant sur trois va pas à l’école. Et s’il va à l’école, un enfant court un haut risque de ne pas finir le premier cycle de scolarité.

Pour les filles, la situation est encore plus préoccupante: seulement une fille sur deux fréquente l’école primaire, une sur dix l’école secondaire et une sur 50 le collège.

Pour atteindre les objectifs d’éducation primaire universelle et de parité des genres, le Ministère de l’éducation et l’UNICEF ont placé l’amélioration de la qualité de l’enseignement et de l’environnement scolaire au cœur de leur stratégie. Le modèle “école amie des enfants” est utilisée pour garantir aux enfants le droit à une éducation de qualité.

Entretien avec Akhil Iyer, Représentant de l’UNICEF au Niger, sur les enjeux de l’éducation et l’expérience de la mise en œuvre de l’approche “école amie des enfants” au Niger

Q: Pouvez vous nous parler de l’approche “école amie des enfants”?
R:
L’approche “école amie des enfants” est l’approche de l’UNICEF pour défendre et promouvoir une éducation de qualité pour chaque fille et garçon. Elle a été mise en œuvre au Niger, et dans d’autres pays à travers le monde, depuis quelques années.

L’idée est que pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) en matière d’éducation il faut non seulement mettre tous les enfants à l’école mais aussi assurer que l’environnement scolaire est sûre et protecteur, que les écoles disposent de personnel adéquatement formé et en nombre suffisant, et des ressources et conditions appropriées pour que les enfants puissent apprendre et finir le cycle d’apprentissage.

Si vous regardez la situation au Niger, il est clair que le défi porte à la fois sur l’accès et la qualité. Le taux de scolarisation net a presque doublé depuis 1991, mais bien trop d’enfants, en particulier des filles, ne sont pas à l’école et/ou abandonnent l’école avant d’avoir compléter le premier cycle. Si les raisons expliquant cet état de choses sont complexes et multiples, notre travail montre que si certains éléments de qualité, comme l’accès à l’eau potable ou les latrines séparées, manquent à l’appel, les enfants tendent à abandonner l’école. Il est essentiel d’investir dans la qualité.

L’éducation de qualité ne concerne pas seulement la pédagogie dans la salle de classe, mais aussi l’environnement scolaire et les liens entre l’école et la communauté. Cela concerne la manière dont les écoles sont gérées, la manière dont l’enseignement est délivré et la façon dont les enfants sont traités. A l’école, tous les enfants devraient apprendre, développer leur potentiel et enrichir leur vie.

Assurer un enseignement de qualité revient à s’assurer que l’établissement scolaire donne la priorité à l’intérêt supérieur de l’enfant. Par exemple, cela signifie qu’une école doit être équipée d’un point d’eau potable et de latrines séparées, doit promouvoir une nutrition adéquate à travers un programme de cantine scolaire et server de point d’entrée à l’accès aux soins de santé.

Q: Compte tenu du fossé entre les filles et les garçons en termes d’accès à l’éducation, est-ce que le modèle prend en compte la situation spécifique des filles? 
R:
Une “école amie des enfants” est en une école sensible aux questions de genre, à la fois pour les filles et les garçons. Le fardeau supplémentaire que les filles portent, que ce soient les tâches ménagères, ou le fait de ne pas leur donner suffisamment l’occasion d’étudier, est pris en compte. Par conséquent, une “école amie des enfants” garantit une prise en compte des besoins spécifiques des filles.

Au Niger, combler le fossé entre les filles et les garçons en matière d’accès à l’éducation est une priorité. A cet égard, le Gouvernement, a démontré sa volonté politique en initiant, avec l’appui de l’UNICEF, une campagne nationale de promotion de la scolarisation des filles. (voir le clip ici).

Q: Combien d’écoles incorporent actuellement le modèle “école amie des enfants” dans leur plan?
R:
En quelque sorte, une école devient amie des enfants dès qu’elle s’engage dans le processus. Au Niger, à présent, approximativement 600 écoles sont engagées sur cette voie. Sur la base de l’évidence que le modèle fait une différence en matière de promotion de la qualité pour chaque fille et chaque garçon, l’objectif est d’étendre progressivement le modèle à l’échèle du pays pour assurer que chaque enfant a accès à un environnement d’apprentissage stimulant et épanouissant.

Q: Pouvons nous parler d’un nouveau type de relation entre les enseignants et les élèves à travers cette approche?
R:
La nouvelle relation entre l’enseignant et les élèves découle de l’approche basée sur les droits humains dans laquelle les droits et les obligations de chacun sont prises en  compte.

Nous continuons à appuyer la formation des enseignants dans les domaines techniques et académiques mais une attention croissante est portée sur l’adoption d’approches participatives, stimulantes et innovantes dans la salle de classe. Cela passe notamment par la reconnaissance du rôle et du statut de l’enseignant.

Q: Comment les communautés sont-elles impliquées?
R:
Comme mentionné, l’approche va bien au-delà de la salle de classe. Elle amène l’éducation au cœur de la communauté pour en faire l’affaire de tous et faire en sorte que les défis dans le secteur de l’éducation soient discutés par la communauté, au sein des comités de gestion communautaire, et que les solutions soient trouvées par la communauté dont l’école dépend.

Par exemple, nous savons que les filles et les garçons doivent souvent marcher de longues distances pour se rendre à l’école au Niger. Mais les filles sont particulièrement exposées à un certains nombres de risques sur le parcours. Ce type de problème doit être discuté dans l’enceinte de l’école mais aussi au sein de la communauté car il intervient bien avant que l’enfant ait franchi l’enceinte de l’école.

 

 

 

unite for children