Centre de presse

Faits saillants - A la une

Communiqués

Video

Essais photographiques

Histoires vécues

Données et chiffres

 

Campagne polio en Afrique de l'Ouest: Interview du Dr Chitou, Chef du programme immunisation d'UNICEF Niger

L’Afrique de l’Ouest se mobilise contre l'épidémie de polio. Une campagne de vaccination se tiendra simultanément dans 8 pays - Nigeria, Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana , Mali, Niger, Togo - du 27 février au 2 mars et du 27 au 30 mars 2009.

Coordonnées au Niger par le Ministère de la Santé Publique, avec UNICEF, l’OMS, le Rotary International et d’autres partenaires, la campagne a pour objectif de vacciner 4,2 millions d’enfants de moins de 5 ans.

Interview du Dr. Chitou, Responsable du Programme vaccination, UNICEF Niger

Q: En 2006, le Niger est sorti de la liste des pays endémiques. Cependant, on a dénoté une recrudescence des cas en 2008, puisque 13 cas de Polio Virus Sauvage ont été identifiés: comment cela s'explique-t-il? Le Niger risque-t-il de se retrouver à nouveau sur la liste des pays endémiques?
R:
En 2006, à partir des activités de surveillance menées deux années durant, les autorités du Niger ont pu prouver que le polio virus ne circulait plus dans le pays. Ce résultat a pu être obtenu grâce au renforcement du programme de vaccination de routine combiné à des campagnes de vaccination supplémentaires. Alors que la vaccination de routine cherche à garantir l’immunité de chaque enfant de moins d'un an, la vaccination supplémentaire permet d’élargir la protection à des groupes d’enfants âgés de 0 à 5 ans, qui auraient pu paseer au travers du filet de la vaccination de routine. Les activités de surveillance permettent par ailleurs de détecter la circulation du virus.

Pourtant, le virus circule toujours en Afrique de l’Ouest, et tout particulièrement au Nigéria, l’un des quatre pays dans le monde où le polio virus sauvage reste endémique. Le Nigéria est le plus grand réservoir au monde de polio virus. En 2008, l'épidémie de polio s'est propagée à 7 pays d’Afrique de l’Ouest. Le risque de transmission est donc élevé. Pour préserver la santé de milliers d’enfants, il faut agir, vite. C'est pourquoi, suite à la détection de 13 cas de polio virus au Niger en 2008, le Gouvernement a pris la décision de s’engager dans cette campagne de vaccination simultanée qui couvre huit pays d’Afrique de l’Ouest.

Q: La campagne synchronisée au niveau de 8 pays d'Afrique de l'Ouest est une grande première. Quelle est la stratégie derrière cette initiative?
R:
En synchronisant les vaccinations entre les pays, nous avons une plus grande chance de toucher tous les enfants à risque et de stopper la circulation du virus dans la région. Ce n’est pas la première fois que les Gouvernements de la région et leurs partenaires organisent des campagnes de vaccination simultanée, mais à l’échelle de huit pays, une campagne de cette ampleur, c’est un événement de grande envergure. L’idée est de pouvoir vacciner tous les enfants âgés de 0 à 5 ans en même temps pour réduire les risques potentiels de manquer des enfants en raison des déplacements transfrontaliers, dans une région où on observe de forts mouvements migratoires.  

Q: Comment s'organise concrètement la vaccination de plus 4,2 millions d'enfants de moins de 5 ans?
R:
Cette campagne s’organise selon un plan de travail défini par le Gouvernement, avec l’OMS, l’UNICEF et d’autres partenaires. Avant les journées de vaccination, des activités de sensibilisation des communautés sont organisées, à travers la diffusion de spots, de reportages et émission à la télévision et à la radio, et par le biais d'activtiés porte à porte menées par des relais communautaires. L'appui des chefferies traditionnelles et religieuses, et des autorités locales, est crucial pour solliciter l’adhésion de la population à la vaccination.

La seconde phase de cette campagne, c’est la vaccination à proprement parler : 16 400 équipes, composées chacune d’un vaccinateur et d’un volontaire, partiront pendant trois jours depuis les centres de santé vers les ménages, pour administrer, de porte à porte, les gouttes de vaccin anti-polio oral. Pour atteindre les enfants situés dans les zones enclavées ou difficiles d’accès, nous avons également mis en place un dispositif d’équipes mobiles, circulant en voiture, en moto ou en pirogue (pour les zones insulaires), et déployées depuis les centres de santé.

Q: Y a-t-il eu des cas de refus en 2008, pour quelles raisons? Et quelle est la stratégie adoptée pour prévenir ces cas de refus?
R: Nous avons pu noter certains cas de refus en 2008, dans différentes régions du Niger. Les communautés s’interrogent sur les passages fréquents des vaccinateurs et sur la gratuité de ces vaccins. Les rumeurs négatives circulent vite. Très souvent les réticences sont motivées par un manque d’information sur ces passages répétés et sur les bienfaits du vaccin anti-polio. L’idée fausse qui revient le plus souvent est que le vaccin rend impotent, ou bien qu’il est la cause de cécité, de surdité et d'autres handicaps.

D’où l’importance des sessions de sensibilisation et de prévention que nous organisons en amont de ces campagnes, avec l’aide des chefs traditionnels et religieux. En 2008, près de 2 400 chefs coutumiers et religieux ont été formés et sont également impliqués sur le terrain pour faire de la campagne un succès.

 

 

 

 

Ressources

 

unite for children