Aperçu

Santé maternelle et du nourrisson

Nutrition

Eau et assainissement

 

Accouchements assistés

© UNICEF/HQ98-0505/Pirozzi
En Sierra Leone, les femmes les plus pauvres ont trois fois moins de chance de bénéficier des services de personnels de santé qualifiés lors de l'accouchement que les femmes les plus riches.

Seulement 46 % des femmes de la région qui accouchent le font sous la surveillance d’un soignant qualifié.

En zones urbaines, les femmes sont deux fois plus nombreuses qu’en zones rurales à mettre leur enfant au monde en présence d’un soignant qualifié, et au Tchad le taux est de huit pour une.

Les disparités fondées sur la richesse du ménage sont encore plus profondes. Dans 16 pays possédant ce type de statistiques, les femmes du quintile le plus riche sont 3,5 fois plus nombreuses que les femmes du quintile le plus pauvre à accoucher avec l’assistance d’un personnel soignant qualifié. Là encore, c’est le Tchad qui affiche l’écart le
plus profond avec 1 % seulement des femmes les plus pauvres desservies contre 48 % des femmes les plus riches.

Quelques progrès accomplis, mais de manière insuffisante

Quelques progrès ont été accomplis au cours des dernières années, bien qu’ils ne se soient pas encore traduits en amélioration du taux global de mortalité maternelle. Le pourcentage de naissances assistées par un personnel de santé qualifié dans l’ensemble de la région a augmenté, passant de 37 % à 44 % pendant la période 1995–2005, ce qui représente l’une des améliorations régionales de la couverture les plus importantes du monde.

Le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Togo ont fait des progrès considérables, avec une amélioration de la couverture d’au moins 10 points de pourcentage; aujourd’hui plus de la moitié des accouchements sont assistés par un personnel soignant qualifié.

Les statistiques révèlent toutefois que le manque d’accès aux soins obstétricaux d’urgence reste un grave problème. Dans 15 des 16 pays pour lesquels des données sont disponibles, moins de 5 % des femmes des zones rurales ont subi une césarienne, ce qui indique que de nombreuses femmes des zones rurales n’ont toujours pas accès à cette procédure qui peut leur sauver la vie.

L'hémorragie est la principale cause de décès maternels en Afrique

Les soins postpartum sont aussi négligés

Selon des données récentes provenant du Burkina Faso, du Cameroun, du Ghana et du Niger, la majorité des femmes qui n’accouchent pas dans un dispensaire ou un hôpital n’ont pas d’examen médical post-partum; même pour la minorité de femmes qui est vue par un soignant, moins de la moitié est examinée dans les 24 heures qui suivent l’accouchement, la période pendant laquelle la plupart des complications interviennent.

 

 
unite for children