Media Centre

Highlights from the region

Crisis in the Sahel

Mali Emergency

Press releases

Photo essays

Real lives

Facts and Figures

 

Abolition of school fees in Togo / Abolition des frais de scolarité au Togo

UNICEF/Togo/2007/Pudlowski
© UNICEF/Togo/2007/Pudlowski
Primary school is now free in Togo, reinforcing the chances of the country to reach MDG 2 on universal primary education.

Akodessewa – October 6, 2008 - At the Akodessewa school, located roughly 15 kilometers outside the capital city of Lomé, this year’s preparation for the school enrolment is marked by a major change.

School fees have been abolished, meaning all primary schooling is now free. “Now we have the task of integrating all students into the system, all children have the right to free education,” explains Attobian Amévi, a first grade teacher. With a net enrollment rate of 74% and now with free primary education, Togo can achieve the Millennium Development Goal for education by 2015,  “children everywhere, boys and girls alike will be able to complete a full course of primary schooling”.

Free School Fees For All, “True Equality!”

The announcement was enthusiastically received in the communities. “I saw mothers overwhelmed with pride at the idea that all their children could go to primary school,” stated Mr. Attobian. “That is true equality! There will be no more prioritization in the household, all children have the right to education. Togo is on the right path”, confirmed the teacher.

Nine year old Komla has never been to school. This will be his first time in a classroom. “I work in the fields with my parents,” he explains shyly. “But today I am going to school, I want to learn to read and how to count in order to be a good businessman!” he adds. “Komla‘s story is representative of the overall situation”, explains the teacher, “Many parents do not send their children to school because of the cost for schooling as well as the loss of manpower and a source of revenue for the family; directly or indirectly the costs are too high.”

At present most children are attending to the last harvest. “Every year is like this, underlines Afandémon Amaglo, the School Director, the school year starts in waves, the students trickle in rather slowly!” Knowing this year they will see a large influx, the Director envisages engaging one volunteer teacher to help cope with the increase in numbers of students they are expecting. “Once we have a definitive idea of just how many students there will be, within the next two weeks, we will make the decision on hiring another teacher.”

Objective: Education For All in Togo.

The school fees, 2000 CFA or 4.3 USD per year per student, impeded the objective of Education For All. In a country where more than half the population lives below the poverty line, meaning on less than 2 USD per day, the savings made by removing school fees is significant, and certainly in a context where the increase in costs for basic food stuffs has weakened the purchasing power of many Togolese families.

Today UNICEF is advocating with the Government and communities alike to ensure that free access, equity, and quality education is delivered. UNICEF will continue to work with the Government to provide technical and financial support. Currently UNICEF is financing an impact study of which the results and recommendations will enable UNICEF to work with the Government on the implementation of this reform with the overall goal that each child benefits from a quality basic education.

by Hadrien Bonnaud

UNICEF/Togo/2008/Bonnaud
© UNICEF/Togo/2008/Bonnaud
Komla a 9 ans et il n’a jamais été scolarisé. Grâce à l’abolition des frais scolaires, il bénéficie aujourd’hui d’un accès gratuit à une éducation de base.

***

Akodessewa, Togo - 6 oct. 2008 - A l’école d’Akodessewa, située à une quinzaine de kilomètres de Lomé, on prépare la rentrée 2008 avec une impatience particulière.

Et pour cause, les frais de scolarité ont été abolis cette année.

L’ensemble du cycle primaire est aujourd’hui accessible gratuitement. « Et nous avons le devoir d’intégrer tous les élèves, tous les enfants ont le droit à l’éducation gratuite » s’enthousiaste Attobian Amévi, enseignant de CP1. Avec un taux net de scolarisation au cycle primaire de 74%, le Togo, pourrait, grâce à la gratuité des frais scolaire, atteindre l’Objectif du Millénaire pour le Développement qui fixe d’ici 2015 l’éducation de « tous les enfants, garçons et filles, partout dans le monde ».

La gratuité des frais scolaires, « c’est ça l’égalité ! »

L’annonce a été reçue avec enthousiasme dans les communautés. « J’ai vu les mamans très fières à l’idée que leurs enfants pourraient tous aller à l’école primaire » souligne
M. Attobian. « C’est ça l’égalité ! On ne fait aucune distinction, tous les enfants ont le droit à l’éducation. Il est bon que notre pays prenne ce chemin » affirme l’enseignant.

Komla a 9 ans, il n’a jamais été à l’école. C’est sa première rentrée. « Je travaille au champ avec mes parents » dit-il timidement. « Mais aujourd’hui je vais à l’école et, je veux apprendre à lire, à compter pour être un bon commerçant ! » ajoute-t-il fièrement. « Le cas de Komla est représentatif, explique l’enseignant, « Bon nombre de parents n’envoient pas leurs enfants à l’école, car le coût des frais de scolarité, ajouté à la perte de la main d’œuvre ou la source de revenus que constitue l’enfant, sont autant de coûts directs ou indirects trop lourds à supporter pour les familles ».

Pour l’heure la majorité des enfants sont encore aux champs pour les dernières récoltes. « C’est chaque année comme ça, souligne Afandémon Amaglo, le Directeur de l’école, la rentrée s’étale sur deux semaines, les élèves viennent au compte-goutte ! ». Prévoyant, le Directeur envisage d’engager un enseignant volontaire afin de faire face à l’afflux d’élèves attendus. « Lorsque nous aurons des effectifs définitifs, d’ici deux semaines, nous déciderons selon la masse de nouveaux élèves s’il faut engager cet enseignant ou pas ».

Objectif : éducation pour tous au Togo.

Le prix des frais d’inscriptions, c’est-à-dire 2 000 CFA -soit 4,3 US$- par an et par enfant, constituait un frein à la scolarisation de tous les enfants. Dans un pays où plus de la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté c’est-à-dire avec moins de 2 US$ par jour, l’économie que représente les frais de scolarité est déterminante. D’autant que le contexte de flambées des prix des produits alimentaires bases a fortement affaibli les capacités financières des familles. L’abolition des frais scolaires « permet aux communautés de souffler un peu » affirme le Directeur de l’école.

L’UNICEF a aujourd’hui un rôle de plaidoyer auprès du Gouvernement et des communautés afin d’assurer, outre l’accès gratuit, une éducation équitable et de qualité. L’UNICEF va accompagner le Gouvernement en fournissant un d’appui technique et financier. Une étude d’impact, financée par l’UNICEF, est actuellement en cours. Les résultats et les recommandations permettront d’accompagner le Gouvernement  dans la mise en œuvre de la réforme afin que chaque enfant bénéficie d’une éducation de base et de qualité.

par Hadrien Bonnaud

 

 
Search:

 Email this article

unite for children