Countries | Pays

Countries of West and Central Africa

Pays de l'Afrique de l'Ouest et du Centre

 

UNICEF Senegal

UNICEF/Senegal/2008/Verschoeren
© UNICEF/Senegal/2008/Verschoeren

L'UNICEF au Sénégal

Le programme de coopération UNICEF au Sénégal 2007-2011 s’inscrit dans les efforts que fait le pays pour une application effective de la Convention relative aux droits de l’enfant et notamment réduire la pauvreté et atteindre les objectifs du Millénaire. L’assistance cible les domaines prioritaires de la santé, l’éducation préscolaire et primaire, la protection des enfants et le suivi de l’application de la Convention. Le Programme Pays vise l’atteinte des résultats suivants:

a) le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans est réduit d’un tiers, et la mortalité maternelle réduite;
b) le taux de malnutrition des enfants de moins de 5 ans est réduit de 20 %;
c) les disparités entre garçons et filles à l’école primaire sont éliminées, et le taux d’achèvement à l’école primaire est de 85 %;
d) les pratiques d’hygiène sont améliorées de façon significative, et l’accès des familles à un service d’assainissement adéquat et à l’eau potable est augmenté de 50 %;
e) un environnement protecteur de l’enfant au niveau des politiques nationales, des lois et des institutions est renforcé;
f) les réponses locales pour combattre la violence, la traite et les pires formes de travail, sont renforcées;
g) l’abandon des mariages précoces et des mutilations génitales féminines est généralisé;
h) les institutions publiques sont capables d’appliquer effectivement les principes des droits humains et de l’équité entre les sexes dans les politiques et les programmes;
i) les capacités nationales et locales de pilotage, de suivi et d’évaluation dans la mise en œuvre des plans et des programmes sont renforcées afin d’atteindre des résultats pour les enfants.

1- Programme survie et développement du jeune enfant

Ce programme vise à réduire d’un tiers le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans (d’un tiers), ainsi que la mortalité maternelle et néonatale, par l’offre d’un paquet d’interventions à haut impact au niveau du système de santé, des communautés et des ménages.


La stratégie principale est la Stratégie Accélérée pour la Survie et le Développement de l’Enfant qui sera étendue sur l’ensemble du pays. Elle vise a assurer la continuité et de ces soins aux mères, nouveau-nés et enfants au niveau des centres et postes de santé et en stratégies fixes (point de rencontre fixe en dehors des centres de santé) et avancée (le personnel de santé se déplace pour aller vers les populations). Ce paquet comprend la vaccination, la prévention et la prise en charge du paludisme, des infections respiratoires aigues, des diarrhées, ainsi que des activités de nutrition (surveillance nutritionnelle, iodation du sel, supplementation en vitamine A, déparasitage).

Certaines de ces interventions sont fournies par l’organisation de journées nationales pour la survie de l’enfant qui se déroulent sous forme de campagnes locales 2 fois par an permettant de rattraper les enfants qui pour des raisons diverses n’ont pas eu accès aux services de soins. Les autres composantes du programme comprennent les interventions de mobilisation communautaire qui visent à doter les familles et des communautés de connaissances et compétences suffisantes pour l’identification des signes de maladies de l’enfant et des interventions dans les domaines de l’hygiène et de l’assainissement.

2- Programme éducation de base et égalité des sexes

Le programme éducation de base et égalité des sexes vise à aider le gouvernement à éliminer les disparités entre garçons et filles à l’école primaire et à augmenter le taux d’achèvement à l’école primaire à 85 %; à améliorer les pratiques d’hygiène de façon significative, et  à augmenter à 50% l’accès des familles à un service d’assainissement adéquat et à l’eau potable.

La composante jeune enfant cible  particulièrement l’accroissement de la fréquentation préscolaire dans les structures modernes (case des tout petits) ou communautaires à travers des activités de préparation de l’enfant de 3 à 6 ans à son entrée à l’école primaire grâce à la mise en place d’un environnement sain, protecteur et respectueux des droits de l’enfant (parité filles-garcons, conditions physiques adéquates, enseignements adaptés aux petits enfants, suivi nutritionnel et éducation des parents sur les techniques de soins et d’éveil).

La composante Education de base vise à assurer la disponibilité dans 50 % des écoles élémentaires des zones cibles d’un paquet de services intégrés comprenant l’ accès des enfants à l’eau-hygiène-assainissement, des enseignements sur les compétences de vie (y compris le VIH/SIDA), des activités de santé scolaire, l’alimentation scolaire. Cette composante cible l’enfant en âge de scolarité et vise à éliminer les écarts entre garçons et filles. Ces interventions sont complétées par le renforcement pédagogique et une plus grande participation des enfants et des parents dans la gestion et la vie des écoles. L’alimentation scolaire est assurée grâce a un partenariat avec le PAM.  Le PAM fournit les denrées alors que l’UNICEF soutient la création de jardins scolaires qui sont aussi utilises pour l’apprentissage des enfants. Ce projet comprend aussi des interventions spécifiques visant à améliorer les conditions d’apprentissage dans les structures d’éducation non formelle, notamment les écoles coraniques. La composante adolescent, développée en partenariat avec les FNUAP, vise a améliorer les connaissances et pratiques des jeunes dans les domaines du VIH/SIDA, la santé de la reproduction et à renforcer leur participation dans les décisions qui les concernent. 
    
3- Programme protection juridique, lutte contre les violences et les pires formes de travail des enfants

Ce programme vise à améliorer la situation des enfants en  rendant les politiques nationales, les lois et les institutions plus protectrices et aptes a combattre la violence, la traite et les pires formes de travail, l’abandon des mariages précoces et les mutilations génitales féminines.
• La composante lutte contre la traite et les pires formes de travail des enfants cible la réduction des phénomènes de la mendicité, du travail domestique précoce et  de l’exploitation sexuelle. L’UNICEF supporte la révision des lois et règlements, la formation des décideurs (leaders religieux, juges, employeurs, inspecteurs du travail..), et fournit une aide pour la réinsertion sociale et familiale des enfants victimes de ces abus.
• La composante lutte contre les pratiques néfastes supporte les interventions visant à faire abandonner l’excision et le mariage précoce des filles. Ce projet utilise la principalement la théorie de la convention sociale (adoption de nouvelles normes sociales par les communautés par leur formation sur les droits humains et leur capacitation).
• La composante Enregistrement des naissances vise la généralisation de l’enregistrement des naissances des enfants par la formation des agents et la sensibilisation des parents.
• La composante Protection juridique et sociale des enfants vise a renforcer le cadre juridique et légal réglementant la situation de ces enfants vulnérables. Elle supporte aussi l’amélioration des conditions de détention des mineurs par la formation des mineurs et l’aménagement des espaces ou ils sont détenus.
• La composante Casamance s’inscrit dans le cadre de la poursuite du processus de la paix et de la reconstruction de la Casamance et cible particulièrement le renforcement des capacités en matière de gestion de stress et gestion et prévention de conflit, et la prévention des accidents par les mines terrestres.

4- Programme politiques sociales et plaidoyer  

Ce programme vise à doter les décideurs institutionnels ou de la société civile de compétences et moyens (systèmes de suivi performants) pour une utilisation rationnelle des ressources mobilisées par le pays au profit des enfants.
• La composante Politiques sociales couvre les interventions dans les domaines de la pauvreté de l’enfant et des systèmes de protection sociale.
• La composante plaidoyer comprend les activités requises pour le suivi de la situation des enfants et des femmes, le suivi de l’application des conventions des droits de l’enfant ainsi que toutes les activités de plaidoyer nécessaires a la mobilisation des décideurs (parlementaires, élus locaux, leaders religieux), des parents et des enfants.       

Le budget total prévu pour l’exécution de ce programme a été estimé à 53 millions de dollars dont 22 millions doivent provenir des fonds propres de l’UNICEF.   

UNICEF/Senegal/2008/Lokhat
© UNICEF/Senegal/2008/Lokhat

Stratégies de programme

Le Programme valorise les principes des droits humains au travers des stratégies suivantes: le renforcement des capacités nationales et locales, l’amélioration de l’environnement législatif et juridique, la promotion de l’application de la Convention relative aux droits de l’enfant, l’égalité des sexes, la promotion du dialogue social et le débat public, la valorisation des potentialités de tous les acteurs, y compris les enfants. Le Programme Pays suivra l’approche décentralisée du Gouvernement par l’allocation des ressources aux acteurs locaux, le renforcement de leurs capacités, et en les tenant responsables des résultats.

Le Programme Pays cible les plus vulnérables, en particulier les enfants et adolescents, avec une attention particulaire sur quatre régions à forte incidence de pauvreté (Matam, Tambacounda, Kolda et Ziguinchor), zones de concentration de l’UNDAF, regroupant presque 25 % de la population. Vu le lien entre les urgences et la pauvreté, le Programme Pays renforce le système d’alerte précoce et les capacités de prévention et de gestion des risques et catastrophes.

Gestion du programme 

Le programme est mis en œuvre avec les Ministères techniques compétents et leurs structures déconcentrées, avec un recours à la société civile et le secteur privé. Le Ministère de l’Economie et des Finances a la responsabilité globale de la coordination du Programme Pays, tandis que les responsabilités de la gestion des programmes sectoriels se situent dans les Ministères de tutelle respectifs. La gestion du programme s’inscrit autant que possible dans les mécanismes de pilotage et de mise en œuvre du DSRP II/OMD, les autres cadres stratégiques nationaux de référence (PDIS, PDEF, PNDL, PNBG, etc.), ainsi que tout autre mécanisme national susceptible de contribuer à l’amélioration du niveau et de la qualité de l’exécution du programme. Dans le cadre de l'exécution nationale l’UNICEF soutient ses partenaires nationaux et locales pour la mise en oeuvre des activités définies dans le Plan d'Action du Programme de Coopération, et ceci  en conformité avec la mission. Le mandat et les politiques de l'UNICEF ainsi que les normes légales internationales.

Suivi et Evaluation

Les mécanismes nationaux de suivi et évaluation du DSRP, des OMD, et de l’UNDAF constituent le cadre de référence pour le Suivi & Evaluation du Programme Pays conformément aux lignes directrices relatives à l’alignement et à l’harmonisation de l’aide publique au développement (Paris, 2005). Le Plan de Suivi & Evaluation UNDAF propose les principaux indicateurs de suivi des effets programme qui sont étroitement liés aux indicateurs de suivi des cibles OMD. L’analyse des données de l’EDS 2005 et d’autres informations existantes au démarrage du programme on constitué d’une situation de référence, y compris dans les zones de concentration. Une enquête à indicateurs multiples (MICS) sera réalisée en 2009.

Quant aux indicateurs des produits du Programme Pays, les données fournies par les dispositifs de suivi des Ministères techniques (notamment Santé et Education) ainsi que les mécanismes de suivi du DSRP et des OMD sont mise en valeur. Pour le suivi des objectifs de développement tant au niveau central qu’au niveau décentralisé, la collaboration entre le Gouvernement et le SNU est poursuivie notamment autour de la mise en œuvre de DevInfo mais aussi autour de l’analyse et de la vulgarisation de données des différentes enquêtes qui touchent la problématique de l’enfant. Il sera important d’adresser les faiblesses dans la qualité et disponibilité des données, notamment dans les domaines de la protection et la vulnérabilité des enfants.

Partenariats

La collaboration coordonnée avec les partenaires constitue la pierre angulaire de la stratégie à travers laquelle les résultats attendus du Programme Pays sont atteints. Des plaidoyers communs, des programmes conjoints avec les agences sœurs du Système des Nations Unies et une attention particulière sur des thèmes transversaux tels que le genre, le développement local et communautaire ainsi que les droits humains sont au cœur de la stratégie de partenariat.
 

 

 

 

 

State of Africa's Children 2008

La Siuation des enfants en Afrique| State of Africa's Children

UNICEF in West and Central Africa | UNICEF en Afrique de l'ouest et du centre

benin
burkina
cameroon
capeverde
CAR
Chad
congo
drc
ci
equatorial
gabon
gambia
ghana
guinea
bissau
liberia
mali
mauritania
niger
nigeria
saotome
senegal
sierraleone
togo

Search:

 Email this article

unite for children