Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

La campagne annuelle de scolarisation prône le maintien de tous les enfants à l’école

MALANVILLE, Bénin, 23 septembre 2011 - En prélude à la rentrée scolaire 2011-2012, la troisième édition de la campagne « Tous les enfants à l’école » a été lancée à Malanville, commune de 130.000 habitants, située dans le département de l’Alibori. C’était la première fois qu’une localité du septentrion accueillait l’évènement.

Le Bénin a réalisé des progrès en matière d’accès à l’école. Le taux net de scolarisation au niveau national est de 87,53%. Toutefois, le maintien demeure une préoccupation de premier ordre. Il a été constaté en 2010, que sur 100 enfants qui avaient commencé le Cours d’Initiation, seulement 64 arrivaient au CM2. Aussi, le thème retenu cette année est-il : «Je vais à l’école et j’y reste».

Malanville est une commune de convergence du Système des Nations Unies où l’on observe de très faibles taux de scolarisation. Près de 77% des adolescents se trouvent hors de l’école et des traditions telles que celles des enfants talibés ou des enfants bouviers y sont  très ancrées. Dans son allocution, le Maire, M.Issaka Bako a invité le Conseil communal ainsi que la population à s’engager pour sortir la commune de la « zone rouge ». Il a par ailleurs, convié les parents à «redoubler d’efforts dans le suivi des enfants à la maison, comme à école, pour de meilleurs rendements». Intervenant à son tour, M. Worou Djori, Chargé de mission du Préfet du Borgou/Alibori a demandé aux populations «d’inscrire impérativement tous les enfants à l’école dès la rentrée scolaire prochaine afin que Malanville passe de la dernière à la première place».

La Représentante Adjointe de l’UNICEF, Madame Isabelle Bardem, prenant la parole au nom des 23 partenaires techniques et financiers (PTF) du secteur de l’éducation, a rappelé l’importance de la scolarisation primaire universelle, l’un des Objectifs du Millénaire pour le Développement. Après avoir énuméré certains facteurs qui sous-tendent la non-scolarisation et la déscolarisation, (notamment la pauvreté des parents, la  mauvaise qualité de l’enseignement, violence à l’école, grossesses précoces), elle a plaidé pour la parité filles/garçons et pour un respect accru de l’équité et du droit à l’éducation des enfants vulnérables. «Les pouvoirs publics doivent se pencher sur les coûts d’opportunité afin de lever les barrières structurelles à l’éducation de base pour tous les enfants» a souligné Mme Bardem. Elle a réitéré l’engagement des PTF à «appuyer le Gouvernement dans l’amélioration de la qualité de son système éducatif et la  mise en œuvre de stratégies novatrices, pour une école de la seconde chance».

En lançant officiellement la campagne, le Ministre des Enseignements Maternel et Primaire, M. Eric N’Dah a souligné que les communes de Sô-Ava au sud et de Karimama, Ségbana  et Malanville au nord du Bénin, présentent des taux bruts de scolarisation inférieurs à 60% et sont les quatre dernières sur les 77 que compte le pays. «Cette situation demande une intervention particulière du Gouvernement et des autres acteurs du secteur de l’éducation» a affirmé le ministre. Il a par ailleurs plaidé pour le maintien des enfants à l’école et l’achèvement de leur cycle, et encouragé des initiatives « pour améliorer les taux de promotion et d’achèvement et réduire les taux d’abandon et de redoublement.» Le ministre N’Dah a enfin appelé «les communautés locales à s’impliquer davantage dans la gestion de l’éducation de leur enfants, mais également à adopter des comportements favorables à leur scolarisation durable ».

La cérémonie a été marquée par la prestation scénique de la chanteuse Zouley Sangaré qui a exhorté les familles à envoyer massivement les enfants à l’école, si elles souhaitent que Malanville sorte de l’ornière. Les enfants encadrés par l’ONG «Right to Play» ont présenté plusieurs chorégraphies et délivré des messages invitant au respect des droits de l’enfant à l’éducation.

L’initiative est supportée par les PTF du secteur de l’éducation. L’évènement a rassemblé environ 800 personnes dont plus de 500 enfants. Des leaders traditionnels, responsables communautaires, acteurs de l’éducation et associations de parents d’élèves, notamment celles des mères d’enfants des localités environnantes ont participé au lancement, signe encourageant pour une  forte mobilisation sociale contre la  déscolarisation, l’absentéisme et l’abandon.

Pour des informations complémentaires merci de contacter :
Mamadou S. Bah, Chef du Programme Education : msbah@unicef.org
Gisèle Langue-Menyé, Spécialiste en Communication : glangue@unicef.org

 

 
Search:

 Email this article

unite for children