Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

Les populations autochtones enfin protégés par la loi au Congo

Brazzaville, Congo, 30 décembre 2010 – L'UNICEF a salué aujourd'hui une loi nouvelle et révolutionnaire qui donne aux enfants congolais appartenant aux populations autochtones - jusqu'à présent les plus vulnérables parmi les vulnérables - une base juridique pour un accès à la santé , l'éducation et la protection.

"Cette loi est unique dans la région et constitue un exemple pour tous les autres pays ayant des populations indigènes comme le Congo , a déclaré Marianne Flach, Représentante de l'UNICEF, au Congo. "C'est un grand pas en avant pour les enfants du Congo, un jour histoirique."

Répondre aux besoins des plus vulnérables et les populations les plus isolées est une pierre angulaire de la stratégie de l'UNICEF visant à accélérer la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement.

"Cette loi c’est le début d’un long chemin pour assurer à nos frères et sœurs autochtones la fin de la discrimination et de l’exploitation dont ils sont si souvent victimes, ainsi qu’un accès équitable aux services sociaux de base pour qu’ils puissent atteindre un niveau de vie digne, tout en respectant leurs cultures et traditions" a souligné le Ministre d’Etat, Coordonateur du Pôle de la Souveraineté, Garde des sceaux, Ministre de la Justice et des Droits Humains, Monsieur Aimé - Emmanuel Yoka.

Le Sénat a adopté aujourd’hui la loi portant protection et promotion des droits populations autochtones après la ratification de l’Assemblé Nationale et en réponse aux recommandations du Comité international des droits de l’enfant et en consolidation de l’engagement du Congo à la Convention relative aux droits de l’enfant ratifiée en 1993.

Au Congo, l'un des pays les plus pauvres dans le monde, les populations autochtones sont en équilibre précaire sur le bas de l'échelle de la société, les plus pauvres parmi les pauvres.

Une grande majorité d'entre eux vivent sous le seuil de pauvreté, 50 pour cent des enfants n'ont pas de certificat de naissance, un enfant sur cinq meurt avant l'âge de cinq ans (pour le reste de la population, un enfant sur huit meurt avant cinq ans); 40 pour cent des enfants souffrent de malnutrition chronique et 75 pour cent des jeunes ne sont pas scolarisés.

La loi est le résultat du travail d'un large groupe de partenaires, y compris le gouvernement, le Parlement, les organisations de la société civile, en particulier l'Observatoire congolais des droits de l'homme (OCDH), le Réseau national des peuples autochtones du Congo (RENAPAC) ainsi que les Centre des Nations Unies pour les droits de l'homme et la démocratie en Afrique centrale, le Système des Nations Unies, l'Union européenne et les gouvernements donateurs.

La prochaine étape reste la promulgation de la loi par le Président de la République. "C’est le début d’un chemin qui doit conduire à la diffusion et l'application effective de la part des autorités", reprécise Mme Flach, "seulement ainsi pourra-t-on s’assurer que la loi devienne une réalité pour les plus démunis du Congo".

Pour plus d'informations , veuillez contacter:
Brigitte Stark-Merklein, UNICEF CAR, Tel. +236 75 58 96 01, email: bstarkmerklein@unicef.org

 

 
Search:

 Email this article

unite for children