Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

Journée d'information sur la Survie de l’enfant avec les Parlementaires béninois

Porto-Novo, Bénin, 18 août 2010 – Une séance d’échange avec les Parlementaires béninois sur la Survie de l’Enfant s’est tenue le 18 août 2010 au Palais des Gouverneurs à Porto-Novo, capitale du Bénin.

Cette activité est une initiative du Réseau des Parlementaires béninois pour l’Enfance. Quarante députés dont le premier Vice-président de l’Assemblée Nationale, M. André Dassoundo, le Vice-président de la Commission des lois, M. Zacari Yolou et la Présidente du Réseau des Parlementaires béninois pour l’Enfance, Mme Marie-Ange Leroux ont pris part à cette session.

Etaient également présents à l’hémicycle, le Directeur de la Santé de la Mère et de l’Enfant, M. René Daraté, des cadres de l’Assemblée Nationale, du Ministère de la Santé et du Ministère de la Prospective et du Développement.

Dans son message aux députés, Mme Isabelle Bardem, Représentante Adjointe de l’UNICEF Bénin, a souligné le rôle crucial des décideurs, notamment l’Exécutif et le Législatif, qui doivent s’engager de façon plus accrue en faveur des enfants.

"Le Bénin doit pouvoir bénéficier de l’appui des partenaires techniques et financiers, mais il est hautement important que des ressources soient mobilisées au niveau national, conformément aux engagements que les Chefs d’Etat ont pris en mai 2006 à Abuja, d’allouer 15 % du budget de l’Etat au secteur de la santé", a indiqué Mme Bardem.

Parlant du rôle des Parlementaires dans la responsabilisation des communautés et des familles, elle a plaidé pour qu’au cours de leurs tournées parlementaires, les députés expliquent aux populations, les pratiques familiales essentielles susceptibles de sauver la vie des enfants.

En ouvrant la session, le 1er Vice-président de l’Assemblée Nationale, M. André Dassoundo a indiqué qu’en tant que législateurs et contrôleurs de l’action gouvernementale, les députés ont le devoir impérieux de défendre toute politique en faveur de l’enfance au Bénin.

Le 1er Vice-président de l’Assemblée Nationale a rappelé que sur 130 millions d’enfants, 10 millions meurent chaque année dans le monde et que 4 millions meurent pendant les quatre premières semaines de vie.

Il a souligné que dans ces conditions, les Objectifs du Millénaire pour le Développement ne pourront être atteints.

Il a alors appelé à une politique volontariste et à une prise de conscience des principaux acteurs de la vie nationale, notamment des parlementaires, pour qu’ils accordent une attention toute particulière à la survie de la mère et de l’enfant. Pour mieux cerner les contours de la thématique de la survie de l’enfant, les parlementaires ont suivi trois communications.

La première, qui a porté sur les Orientations stratégiques de Développement (OSD) a permis d’avoir une vue globale sur la stratégie nationale en matière de survie de l’enfant.

La seconde, relative aux cinq pratiques familiales essentielles a mis l’accent sur les interventions à faible coût et à haut impact, qui permettent de réduire de façon significative la mortalité infantile. Il s’agit de l’allaitement maternel exclusif, de l’utilisation de la moustiquaire imprégnée d’insecticide à longue durée d’action, du lavage des mains à l’eau et au savon, de la thérapie de réhydratation orale couplée au zinc et enfin de la reconnaissance des signes généraux de danger chez l’enfant, avec recours aux soins appropriés.

Le troisième exposé a porté sur le rôle des groupements féminins dans la réduction de la mortalité infantile, au niveau de la zone sanitaire de Pobè, Adja-Ouèrè et Kétou. Il a mis en exergue l’impact du suivi des femmes enceintes et des nouveau-nés par les relais communautaires.

Au terme des présentations, les députés ont salué l’expérience des relais communautaires et souhaité que les informations sur la reconnaissance des signes généraux de danger soient beaucoup plus vulgarisées au sein des populations analphabètes.

Ils ont par ailleurs demandé que la gratuité des soins pour les enfants de moins de cinq ans vienne renforcer la gratuité de la césarienne. Les députés ont également plaidé pour la budgétisation en faveur des enfants, de même que pour une meilleure répartition du personnel de santé sur le territoire national.

Au sujet des grèves sans service minimum, ils se sont engagés à étudier la question en profondeur. En clôturant les travaux, la présidente du Réseau des Parlementaires béninois pour l’Enfance a appelé les députés à veiller à la mise en œuvre et au suivi des mesures et actions mentionnées dans une feuille de route.

Il s’agit entre autres de la sensibilisation des mandants pour l’appropriation des pratiques familiales essentielles, du vote du budget en faveur de l’enfant, du suivi et du contrôle de l’action gouvernementale dans le domaine de la survie de la mère et de l’enfant.

Pour plus d'information, veuillez contacter:
Hippolyte Djiwan, UNICEF Bénin, email: hdjiwan@unicef.org

 

 

 
Search:

 Email this article

unite for children