Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

Breastfeeding saves lives say Niger Ministry of Public Health and UNICEF | L’allaitement maternel sauve la vie des enfants, affirment le Ministre nigérien de la Santé Publique et l’UNICEF

Niamey, Niger, 30 July 2010 – Niger is one of the world’s poorest countries. And yet, breastfeeding is saving lives, at a time when the nutritional situation of children has significantly worsened during a food crisis affecting more than half the population. This is the loud and clear message from the Niger Ministry of Public Health and the United Nations Children’s Fund (UNICEF) as they launch a national campaign to promote exclusive breastfeeding for the first six months of a child’s life.

The three year programme of activities includes multimedia workshops; radio and TV interviews and debates; films, documentaries and theatre and a specially written song. The programme also coincides with the annual World Breastfeeding Week which gets underway between 1 – 7 August this year.

“It has been scientifically proven that exclusive breastfeeding can reduce infant mortality by up to 13 per cent” says Dr Guido Cornale, the UNICEF Representative in Niger. “But in order for that, and more, to happen, it’s important to accelerate the adoption of national strategies and norms regarding feeding and young children, including the law on marketing of breast-milk substitutes.” Just 10 per cent of women in Niger exclusively breastfeed.

In Niger, the Ministry of Public Health and UNICEF have joined together to promote breastfeeding, for children to have the best possible start in life.

Colostrum is the first milk secreted by a woman immediately after giving birth. It contains large quantities of antibodies, which helps the baby to fight illnesses. Traditionally, rural women are taught by their mothers and grandmothers that this milk is bad for the baby and it’s therefore discarded.

“For successful breastfeeding to happen” says Guido Cornale. “Mothers need strong support from those around them: from husbands, grandmothers, mothers-in-law, the community, health staff  and the media.”

Those mothers who do understand the health benefits of breast-milk have seen significant improvements to the children’s health.

For example, says 38 year-old Ramatou Oudou: “Exclusive breastfeeding is good for my son, Hamdan. He is in better health and rarely gets diarrhoea, unlike his older brothers and sister.” Ramatou has four other children who she never exclusively breastfed. “Before, I used to feed my babies with herbal tea and milk powder. As soon as they were four months old, I would give them porridge and fruit juice. As I thought that milk was not nourishing enough.”

The Niger Ministry of Public Health and UNICEF plan to get the message of exclusive breastfeeding not only to mothers, but to fathers too, engaging them in the whole process of making decisions about their children’s health.

The global acute malnutrition rate in Niger has reached 16.7 per cent for children aged less than five, a level far above the 15 per cent emergency threshold as defined by the World Health Organisation (WHO).

In addition, severe acute malnutrition, which highly increases mortality risks for children, has leapt from an average of 2.1 per cent to 3.2 per cent in 2010. This means that over 300,000 children under the age of 5 are at risk of severe acute malnutrition in Niger, of whom 20 per cent are likely to suffer medical complications. 

For more information:
Vanessa Curney
UNICEF Niger
Tel: +227 20 72 28 40 ext 479
Mobile: +227 98 11 27 00
Email: vcurney@unicef.org

****

Niamey, Niger, 30 juillet  2010 – le Niger est l’un des pays les plus pauvres du monde.  Cependant l’allaitement maternel continue de sauver des vies, au moment où la situation nutritionnelle des enfants s’est considérablement détériorée avec la crise alimentaire qui affecte plus de la moitié de la population de ce pays. C’est le message clair et fort du ministre nigérien de la Santé Publique et du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), au moment où ils se préparent à lancer une campagne nationale de promotion de l’allaitement maternel exclusif pour les enfants de 0 à 6 mois.

Cette campagne qui durera 3 ans s’articulera autour de la diffusion de spots de sensibilisation, de documentaires, d’interviews et de débats à la radio et à la télévision, ainsi que des pièces théâtrales et des chansons spécialement écrites pour promouvoir l’allaitement maternel exclusif. Le lancement de cette campagne coïncide également avec la célébration de la semaine mondiale de l’allaitement maternel du 1er au 7 août.

“Il a été scientifiquement prouvé que l’allaitement maternel exclusif peut réduire la moralité infantile de  13% au minimum”, affirme le Dr. Guido Cornale, le Représentant de l’UNICEF au Niger. “Mais pour que cela se réalise, il est important d’accélérer l’adoption de stratégies et normes nationales concernant l’alimentation des jeunes enfants, y compris celle de la loi sur  la vente de substituts au lait maternel”.  Au Niger, à peine une femme sur dix pratique l’allaitement maternel exclusif.

Le ministère de la Santé Publique et l’UNICEF œuvrent ensemble pour promouvoir l’allaitement maternel exclusif, pour que les enfants bénéficient de meilleures chances de survie.

Le colostrum est le tout premier lait secrété par  une femme aussitôt après avoir donné naissance à son enfant. Il contient une grande quantité d’anticorps, qui aident le bébé à combattre les maladies. En milieu rural, cependant, les femmes les plus âgées conseillent aux mères de ne pas donner ce lait au bébé, qui est considéré comme mauvais pour la santé.

“Pour que l’allaitement maternel soit un succès”, estime Guido Cornale, “les mères ont besoin d’un soutien fort de leur entourage, en particulier du mari, des grand-mères, des belles-mères, de leur communauté, du personnel de santé et des médias ». 

Les mères qui ont compris les avantages de l’allaitement maternel et qui le pratiquent ont vu la santé de leurs enfants s’améliorer considérablement.

Par exemple, affirme Ramatou Oudou, 38 ans, “l’allaitement maternel exclusif est bon pour mon enfant Hamadan. Il se porte bien et fait rarement la diarrhée, contrairement à ses autres frères et sœurs. Ramatou a 4 autres enfants qu’elle n’a jamais allaités exclusivement au sein. « Avant, je donnais des décoctions d’herbes et du lait en poudre à mes bébés. Ensuite dès leur 4ème mois, je leur donne de la bouillie et du jus de fruits, parce que je pensais que la lait maternel n’est pas suffisamment riche comme nourriture ».

Le ministère nigérien de la Santé Publique et l’UNICEF envisagent de porter le message de l’allaitement maternel exclusif non seulement aux mères, mais aux pères aussi en vue de les impliquer davantage dans les choix liés à la santé de leurs enfants, et de prévenir chez ceux-ci les dangers de la malnutrition.

Le taux de malnutrition aigue au Niger atteint 16,7%  chez les enfants de moins de 5 ans, ce qui est au dessus du seuil d’urgence de 15% défini par l’Organisation Mondiale de la Santé  (OMS). En plus, la malnutrition sévère aigue, qui augmente considérablement la mortalité infantile, est passé d’une moyenne de 2,1% à 3,2% en 2010 au Niger.

Cela veut dire que plus de 300.000 enfants de moins de 5 ans risquent de souffrir de malnutrition aigue sévère, et parmi eux, 2 sur dix pourraient souffrir de complications médicales.

Pour plus d'informations, veuillez contacter:
Seydou Amadou Oumarou
Unicef Niger
Tél. : +227 20 72 28 40/41 extension 458
Portable: +227 96 34 82 70
Email: samadououmarou@unicef.org

 

 
Search:

 Email this article

unite for children