Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

Nutrition crisis in Niger: health centers at the frontline | Crise nutritionnelle au Niger: les centres de santé sur la ligne de front

© UNICEF Niger/2010/Onimus-Pfortner
Adamou with his grandmother Hadiza. Adamou is two years old and weighs a mere 5.8 KG. His three brothers have all died already, probably from preventable diseases. One in five children never reaches his fifth birthday in Niger.

Takieta, South Niger, 15 July 2010- The heat is scorching in Takieta, a village in the east of Niger, as some hundred women wait to have their children screened for malnutrition at the public health center.

The women gather in the shade of three huts, or in the shade of a tree, that seems lost in the middle of the yard, surrounded as it is by dust and sand.

"I heard the health center here treated children for malnutrition, so I brought my grandson. Adamou’s mother died 8 months ago and I take care of him now. This year is really difficult; there is hardly any food in the village".

Hadiza came from a village 20 km away from here, to have her grandson taken care of.

He is 2 years old and weighs a mere 5.8 kilos. Adamou has lost his three brothers already from easily preventable diseases, like many children in Niger.

One child in five dies before his fifth birthday; malnutrition is often an underlying cause of child mortality.

384,000 cases of severe malnutrition expected this year
This year should be even worse for children.

After last year’s poor harvest, the Government and its partners are expecting 384,000 cases of severe malnutrition among children aged 6-59 months in the next twelve months if no bold action is taken to curb the looming food crisis.

Indeed, the number of children admitted in therapeutic feeding centers has increased dramatically since mid-April to reach 121,500 children as of June 27.

This surge is the sign of an early onset of the lean season, the toughest period for households, in particular children, when nothing is left from the last harvest, while the next harvest is due at the earliest October.

In 2009, rainfall was scarce and erratic, meaning a big gap in the national production.

This is particularly hurtful as the majority of Nigerien relies on subsistence farming. In the health center in Takieta, the women listen carefully to the nutrition assistant explaining what will happen if their child is admitted in one of the feeding programs or when not.

She also takes the opportunity to remind them of simple hygiene and nutrition practices that can prevent their children from falling into malnutrition.

Medical support to malnourished children
In a second hut, three children are being screened for malnutrition.

Their height and weight are measured, or their upper arm circumference.

A doctor or nurse will examine the child, and he will receive routine medication such as vitamin A and folic acid and de-worming treatment.

If his condition is good enough and he does not lack appetite, the child can be treated at home, on a typical period of four weeks.

Otherwise he has to be hospitalized. Zeinabou Moussa works at the food distribution point in a third hut.

There the mothers receive a weekly ration of a high energy peanut paste used for severely malnourished children (better known under its commercial name of Plumpy Nut ©), or a ration of CSB, a corn soya blend that is used for the treatment of moderate malnutrition.

Zeinabou shares some advice with the mothers: "This product is for this child only. If you share this among other members of the family, he will not get cured. It is very difficult for the mothers to understand they must not share with the siblings, when the whole family lacks food like now."

Zouhera nods as she hears this. It is the fourth week she comes here for her 12 months old daughter Aichatou.

She has five other children aged between ten and three.

"My older children understand that Aichatou is ill and that the food is only for her, otherwise she cannot get better, but with the younger ones it is more difficult. I have to make sure they are out, before she gets to eat her Plumpy Nut, and I have to hide it very well for them not to get at it."

Providing saving-life information and therapeutic food
Treating a severely malnourished child, even at home, disrupts everyday life. It is less time to do the housework and take care of other children.

Often it is the second wife or the grandparents who help out with daily chores.

The positive side of the outpatient treatment is that the nutritional status of the child becomes everybody’s business, and mothers are not the only ones to carry the burden of child malnutrition.

"Everyone understands that Aichatou is sick and needs more attention, says Zouhera, the mother of the 12 months old girl, and everybody is much more supportive. When my husband has just a little more money than usual he will buy vegetables or fruits for Aichatou".

This is a special treat, in a country where 48.1% of children suffer from chronic malnutrition, and 3.2 % of severe acute malnutrition.

UNICEF plays a crucial role in the fight against severe acute malnutrition.

It provides the Government and partner NGOs with therapeutic foods, essential drugs, equipments and capacity building to implementing partners.

With the crisis, needs have swelled, and providing supplies on time is instrumental.

Avoiding preventable diseases
Prevention is another key aspect of UNICEF’s work. Free food distribution to children is one side of prevention.

Another is screening children at community level as well as sensitization on appropriate feeding and health habits.

At the health center, Zeinabou is not yet finished with giving out advice to mothers: "It is important that you use soap when you wash your child. And wash your child before he eats, like that he will not pollute his food, you should also wash your hands before and after preparing food, this keeps diarrhea away. And always sleep under a mosquito net, this is an easy thing to do, and like that you will not get malaria".

This sound advice is even more precious with the start of the rainy season, which announces more malaria and diarrhea, among the worst child killers in Niger.

By Joëlle Onimus-Pfortner

© UNICEF Niger/2010/Onimus-Pfortner
Zeinabou distribue la ration hebdomadaire de pâte à haute valeur énergétique à base d'arachide à la mère d'un enfant atteint de malnutrition sévère. Zeinabou donne en même temps des conseils aux mères sur les pratiques d'hygiène et de nutrition.
****

Takieta, Sud du Niger, 15 Juillet 2010 - Au centre de santé de Takiéta, un petit village à l’est du Niger, une centaine de femmes attendent, leur enfant dans les bras, que les infirmiers les reçoivent.

Pour fuir la chaleur, torride, elles se sont réfugiées à l’ombre des cases, cernées par la poussière et le sable.

"J’ai entendu dire que ce centre de santé soignait les enfants malnutris. J’ai amené mon petit-fils, Amadou. Sa mère est décédée il y a 8 mois et depuis je m’occupe de lui", explique Hadiza.

"Cette année est vraiment difficile ; nous n’avons presque rien pour nous nourrir au village."

La vieille dame a parcouru les 20 kilomètres qui séparent son village du centre de santé, très inquiète pour son petit-fils : il a deux ans et pèse tout juste 5,8 kilos.

Adamou a déjà perdu ses trois frères, de maladies que l’on aurait pu éviter ou guérir.

34 000 cas de malnutrition sévère prévus cette année
Au Niger, un enfant sur cinq meurt avant d’atteindre son cinquième anniversaire et la malnutrition est souvent la cause sous-jacente de la mortalité des plus jeunes.

Cette année devrait être encore pire pour les enfants.

Après les maigres récoltes de la dernière saison agricole, le gouvernement et ses partenaires estiment que 384 000 enfants pourraient être touchés par la malnutrition aiguë sévère d’ici la fin de l’année si aucune action d’envergure n’est menée pour atténuer les effets de la crise alimentaire.

Et en effet, le nombre d’enfants admis dans les centres de nutrition thérapeutiques a considérablement augmenté depuis la mi-avril pour atteindre 121 500 au 27 juin.

Pour le personnel soignant, c’est le signe de l’arrivée précoce de la saison de soudure, la période la plus dure pour les foyers et pour les enfants, alors que les réserves de nourriture sont déjà épuisées et que les récoltes ne sont pas attendues avant le mois d’octobre.

En raison de pluies insuffisantes, mal réparties sur le territoire, celles de l’année dernière se sont révélées largement insuffisantes pour permettre aux ménages de tenir jusqu’aux prochaines récoltes: une chute de plus de 30% de la production céréalière et fourragère en 2009 a entraîné une aggravation sérieuse des conditions de vie d d’une large majorité de Nigériens, totalement dépendants des ressources agraires.

Dans le centre de santé de Takieta, les femmes écoutent attentivement l’assistante nutritionnelle qui leur explique le protocole à suivre pour les enfants dépistés malnutris.

Une assistance médicale aux enfants malnutris
Elle en profite pour leur rappeler les mesures nutritionnelles et d’hygiène élémentaires qui évitent aux enfants de sombrer dans la malnutrition.

Dans une petite maison adjacente, trois enfants sont examinés. On mesure leur taille et leur poids, la circonférence de leur bras.

Puis un médecin ou une infirmière les ausculte et ils reçoivent un traitement de routine : vitamine A, acide folique et traitement contre les vers intestinaux.

S’ils n’ont pas d’autres infections, et s’ils n’ont pas perdu l’appétit, les enfants peuvent être soignés chez eux, pendant quatre semaines en moyenne.

Dans le cas contraire, ils seront hospitalisés pour recevoir les soins appropriés. Zeinabou Moussa travaille dans la troisième case du centre de santé, au point de distribution des vivres.

C’est ici que les mères se voient confier la ration hebdomadaire d’un aliment thérapeutique adapté à la maladie de leur enfant, une pâte lactée aux arachides hautement énergétique utilisée pour le traitement de la malnutrition sévère (plus connu sous son nom commercial de Plumpy Nut©) ou du CSB, une farine de maïs et de soja enrichie pour le traitement de la malnutrition modérée.

Zeinabou donne quelques conseils aux mères : "Ce que nous vous donnons est pour cet enfant uniquement. Il est malade. Si vous partagez avec le reste de la famille, il ne guérira pas."

Ne pas partager au sein du foyer… un conseil difficile à entendre quand toute la famille manque de nourriture, comme en ce moment.

Information vitale et nourriture thérapeutique
Traiter un enfant malnutri, même à domicile, perturbe la vie de chacun.

C’est moins de temps à consacrer au travail domestique, aux autres enfants et au travail des champs – souvent, un membre de la famille aide à venir à bout des tâches quotidiennes.

Mais avec l’enfant à la maison, la mère n’est plus la seule à porter le poids de la maladie. 

"Tout le monde comprend que Aichatou est malade et a besoin d’une attention particulière", explique Zouhera, la mère de cette frêle fillette de 12 mois. "Tout le monde m’aide. Quand mon mari a un peu plus d’argent que d’habitude, il va acheter des légumes ou des fruits pour elle."

Un traitement d’exception dans un pays où 48,2% des enfants souffrent de malnutrition chronique et 3,2% de malnutrition aiguë sévère.

L’Unicef joue un rôle crucial dans la lutte contre la malnutrition sévère en fournissant des aliments thérapeutiques, des médicaments, des équipements et des formations aux structures opérationnelles gérées par le gouvernement et ses partenaires.

A la faveur de la crise, les besoins on explosé et fournir ces biens à temps est vital.

Se prémunir contre les maladies évitables
La prévention de la malnutrition est une dimension clef du travail de l’Unicef : la distribution de vivres adaptées à l’enfant, le dépistage des cas de malnutrition et la sensibilisation des familles aux bonnes pratiques, alimentaires et de santé, sont des axes d’intervention privilégiés par l’organisation et ses partenaires.

Au centre de santé, Zeinabou poursuit son explication : "Il est important de laver votre enfant au savon. Et pour éviter les diarrhées, lavez-lui les mains avant les repas de manière à ce qu’il ne contamine pas sa nourriture. N’oubliez pas de laver vos mains avant et après la préparation des repas. Dormez toujours avec votre enfant sous la moustiquaire : c’est une mesure simple et ça vous protégera du paludisme."

Des conseils précieux : si les premières pluies sonnent le temps des semis, elles annoncent aussi celui du paludisme, des diarrhées et du choléra, des maladies mortelles pour les enfants affaiblis.

Par Joëlle Onimus-Pfortner

 

 
Search:

 Email this article

unite for children