Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

Measles outbreaks threaten progress in child mortality in West and Central Africa | La rougeole menace les progrès en matière de mortalité infantile

Measles epidemic Africa
© UNICEF/Guina/2009/Harneis
A child treated for a severe case of measles at the Donka hospital in Conakry.

[Français]

A shortfall in funding for follow-up measles campaigns of around $59 million worldwide and $16* million for Africa only puts children at risk if efforts are not sustained through an appropriate response from donors and governments. Vaccination efforts, both through campaigns and routine immunization, must be sustained and efficiently implemented.

Efforts by African governments with support of partners such as the Measles Initiative — led by the American Red Cross, the United Nations Foundation, the U.S. Centers for Disease Control and Prevention, UNICEF and the World Health Organization— have resulted in a reduction of 92% of cases during 2000-2008 in the Africa region. 
 
However, in West and Central Africa, most of the countries have immunized only about 80 percent or less of their populations through routine immunization, when the recommendation is to reach 95%. "Such a figure means they can expect to have large, sustained outbreaks every three to four years" said WHO Regional Director for Africa, Dr Luis Gomes Sambo.

"To eliminate the risk of resurgence, countries must continue follow-up vaccination campaigns every two to four years until their healthcare systems can routinely provide two doses of measles vaccination to all children and provide treatment for the disease" said Sambo.

"We fail to vaccinate every child. That is why we have a pool of susceptible victims which builds up as a perfect breeding ground for measles outbreaks", says UNICEF Director for West and Central Africa, Dr. Gianfranco Rotigliano.

Unreached children are usually to be found among the most vulnerable communities, the poorest and those who lack access to health care especially in peri-urban centers and rural areas and that are only reached through outreach services. "Reaching the unreached is essential, especially in the context of food insecurity and widespread malnutrition. Unhealthy children risk deaths with measles" said Rotigliano.

Worrying indications were observed in the region last year. A major outbreak in Burkina Faso resulted in more than 50,000 cases and 340 deaths and localized outbreaks in Benin, Guinea, Mali, Niger, and Senegal accounted for 16,808 reported cases and 68 deaths.

Already this year, sixteen countries have measles outbreaks in West and Central Africa and among them are countries such as Sierra Leone and Liberia.

2010 is a pivotal year to reach the United Nations goal of reducing measles mortality by 90% from 2000 to 2010. If nothing is done to counter the resurgence in measles cases, we risk reversing the progress made so far.

"The funding gap must be met so that countries can continue to undertake large-scale campaigns to prevent child deaths and sustain the gains. Reaching the 2010 goal will also require strengthening routine immunization and disease surveillance systems to rapidly detect and control outbreaks" added Dr Sambo.

To respond to outbreak, campaigns are ongoing or planned in the affected countries.

Follow-up campaigns are planned, funding permitting, in 2010 in: Congo, CAR, Gabon, DRC, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal, Togo, Burkina Faso, Ghana, Mali.

"Our work is not over. We need a sustained political and financial commitment to fight this leading killer of children. We cannot drop our guard", added Dr Rotigliano.

*funding needs for follow-up campaigns are estimated at more than 100 million worldwide and 39million for the Africa region.

About the epidemic
The countries affected as of 28 March are:
Benin (85 cases, 0 deaths), Burkina Faso (1,258 cases, 10 deaths), Central African Republic (31 cases, 0 deaths) Côte d’Ivoire (491 cases, 3 deaths), Cameroon (1,338 cases, 6 deaths), Chad (5,832 cases, 79 deaths), RD Congo (3,976 cases, 13 deaths), Guinea (1,013 cases, 2 deaths), Mauritania (863 cases, 9 deaths), Liberia (1,341 cases, 34 deaths), Mali (774 cases, 1 death), Niger (352 cases, 1 death), Nigeria (3,804 cases, 26 deaths), Senegal (560 cases, 0 deaths), Sierra Leone (351 cases, 1 deaths), Togo (295 cases, 0 deaths).

About measles
Spread through coughing or sneezing, measles is among the world’s most contagious diseases and one of the leading causes of death among children worldwide, especially those who are malnourished, according to World Health Organization (WHO) and UNICEF.

Between 2000 and 2008, global measles mortality in all ages was reduced by 78%, from an estimated 733,000 deaths in 2000 to an estimated 164,000 deaths in 2008, according to the Measles Initiative, a partnership funded in 2001 and lead by the American Red Cross, the United Nations Foundation, the U.S. Centers for Disease Control and Prevention, UNICEF and the World Health Organization.

An estimated 400 children die from measles every day (2008). Even healthy and well-nourished children, if unvaccinated, are at risk of the disease and its severe health complications such as pneumonia, diarrhoea, and encephalitis (a dangerous infection of the brain causing inflammation). But in vulnerable populations, especially where malnutrition is widespread, such as the ones from West and Central Africa, the disease becomes deadly.

About routine immunization against measles
Routine measles vaccination for children, combined with mass immunization campaigns in countries with high case and death rates, are key public health strategies to reduce global measles deaths. It costs about one US dollar to immunize a child against measles.

It is recommended to achieve 95% of coverage for each vaccine, including measles, in children under one year of age.
In 2008, about 83% of the world's children received one dose of measles vaccine by their first birthday through routine health services – up from 72% in 2000.
In West and Central Africa, only 66% (average) received one dose of measles vaccine by their first birthday through routine health services in 2008, from 23% in Chad to 96% in Cape Verde.
Two doses of the vaccine are recommended to ensure immunity, as about 15% of vaccinated children fail to develop immunity from the first dose.
For immunization coverage, see immunization tables (measles=MCV).

For more information, please contact:
Collins Boakye-Agyemang, WHO AFRO, Tel:+472 413 9420,  Email: boakyec@afro.who.int  
Gaelle Bausson, UNICEF West and Central Africa, Tel:+221 77 450 5816, Email: gbausson@unicef.org   

rougeole afrique épidémie enfants
© UNICEF/Guinea/2009/Harneis
Un enfant pris en charge pour un cas sévère de rougeole à l'Hôpital Donka à Conakry.

Les lacunes en matière de vaccination mettent les enfants en danger

Brazzaville/Dakar, 22 avril 2010 – Seize pays d’Afrique de l’ouest et du centre font face à des épidémies de rougeole, avec 22 364 cas et 185 décès, au 28 mars depuis le début de l’année. 

Un manque de financement pour les campagnes de vaccination de suivi contre la rougeole de l’ordre de $59 millions de dollars au plan mondial et de $16* millions pour l’Afrique met les enfants à risque si une réponse appropriée des donateurs et des gouvernements n’est pas apportée. Les efforts en matière de vaccination, à la fois au travers des campagnes et de la vaccination de routine, doivent être soutenus et mis en oeuvre de manière efficace.

Les efforts des gouvernements africains, avec l’appui de partenaires comme l’Initiative rougeole — menée par la Croix-Rouge américaine, la Fondation des Nations Unies, des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, l’OMS et l’UNICEF — ont abouti à une réduction de 92% des cas entre 2000 et 2008 en Afrique. 
 
Toutefois, en Afrique de l’ouest et du centre, la plupart des pays n’ont vacciné que 80% ou moins de leur population par le biais de la vaccination de routine, alors que la recommandation est d’atteindre 95%. "Un tel chiffre montre que nous pouvons nous attendre à des épidémies importantes et durables tous les trois ou quatre ans" a déclaré le Directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, le Dr Luis Gomes Sambo.

"Pour éliminer le risque de résurgence, les pays doivent continuer à procéder à des campagnes de suivi tous les deux à quatre ans jusqu’à ce que leurs systèmes de soins de santé soient en mesure de fournir deux doses de vaccin contre la rougeole à tous les enfants et de traiter la maladie" a déclaré le Dr Sambo.

"Nous continuons de rater des enfants. C’est pour cela que nous avons un groupe de victimes potentielles qui ne cesse de se renforcer et se transforme en un terreau pour les épidémies de rougeole ", a déclaré le Directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique de l’ouest et du centre, le Dr Gianfranco Rotigliano.

Les enfants qui ne sont pas vaccinés font généralement partie des communautés les plus vulnérables, les plus pauvres et celles dont l’accès aux services de santé est insuffisant, en particulier dans les centres périurbains et les zones rurales. Ces enfants ne sont généralement touchés que par les services en stratégie avancée. "Toucher les enfants non vaccinés est essentiel, en particulier dans un contexte d’insécurité alimentaire et de malnutrition généralisée. Les enfants en mauvaise santé courent le risque de mourir de la rougeole" a déclaré le Dr Rotigliano.

Des indications préoccupantes ont été observées dans la région dès l’année dernière. Une flambée majeure au Burkina Faso a produit plus de 50 000 cas et 340 décès et des flambées localisées au Bénin, Guinée, Mali, Niger, et Sénégal ont produit 16 808 cas et 68 décès.

Cette année déjà, seize pays sont en épidémie de rougeole en Afrique de l’ouest et du centre, dont des pays comme la Sierra Leone et le Libéria.

2010 est une année charnière pour la réalisation des objectifs des Nations Unies visant à réduire la mortalité liée à la rougeole de 90% entre 2000 et 2010. Si rien n’est fait pour contrer la résurgence des cas de rougeole, nous risquons de remettre en cause les progrès réalisés jusqu’ici.

"Les besoins de financement doivent être couverts pour que les pays puissent continuer à mener des campagnes de vaccination d’envergure pour prévenir les décès d’enfants et capitaliser sur les progrès accomplis. Atteindre les objectifs de 2010 requiert également de renforcer la vaccination de routine et les systèmes de surveillance épidémiologique pour détecter et contrôler rapidement les flambées épidémiques" a ajouté le Dr Sambo.

Pour répondre aux épidémies, des campagnes de riposte sont planifiées ou en cours dans les pays concernés.

Des campagnes de suivi sont planifiées en 2010, en fonction de la disponibilité du financement, au Burkina Faso, Congo, RD Congo, Gabon, Ghana, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria, République centrafricaine, Sénégal et Togo.

"Notre travail n’est pas fini. Nous avons besoin d’un engagement politique et financier durable pour lutter contre cette maladie tueuse d’enfants. Nous ne pouvons pas baisser la garde", a ajouté le Dr Rotigliano.

*les besoins de financement pour les campagnes de suivi (généralement organisées tous les trois ans) sont estimés à plus de 100 millions de dollars au plan mondial et à 39 millions pour l’Afrique.

A propos de l’épidémie
En date du 28 mars, les pays touchés sont:
Bénin (85 cas, 0 décès), Burkina Faso (1258 cas, 10 décès), Côte d’Ivoire (491 cas, 3 décès), Cameroun (1338 cas, 6 décès), RD Congo (3976 cas, 13 décès), Guinée (1013 cas, 2 décès), Mauritanie (863 cas, 9 décès), Libéria (1341 cas, 34 décès), Mali (774 cas, 1 décès), Niger (352 cas, 1 décès), Nigéria (3804 cas, 26 décès), République centrafricaine (31 cas, 0 décès), Sénégal (560 cas, 0 décès), Sierra Leone (351 cas, 1 décès), Tchad (5,832 cas, 79 décès), Togo (295 cas, 0 décès).

A propos de la rougeole
Maladie se propageant par la toux ou l’éternuement, la rougeole est l’une des maladies les plus contagieuses au monde et l’une des plus meurtrières chez les enfants à l’échelle de la planète, spécialement parmi les enfants malnutris, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l'UNICEF. Entre 2000 et 2008, le nombre des décès dus à la rougeole dans le monde a chuté de 78% entre 2000 et 2008, étant ramené selon les estimations de 733 000 décès en 2000 à 164 000 décès en 2008, selon l’Initiative rougeole, un partenariat sous l’égide de la Croix-Rouge américaine, de la Fondation des Nations Unies, des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, de l’UNICEF et de l’Organisation mondiale de la santé.

On estime que 400 enfants meurent chaque jour de la rougeole (2008). Même s’ils sont en bonne santé et bien nourris, lorsqu’ils ne sont pas vaccinés, les enfants courent le risque de contracter la maladie et de souffrir de ses graves complications que sont notamment la pneumonie, la diarrhée et l’encéphalite (une dangereuse infection du cerveau entraînant une inflammation). Mais dans les populations vulnérables, en particulier là où la malnutrition est généralisée, comme dans certains pays d’Afrique de l’ouest et du centre, la maladie devient mortelle.

Même s’ils sont en bonne santé et bien nourris, lorsqu’ils ne sont pas vaccinés, les enfants courent le risque de contracter la maladie et de souffrir de ses graves complications que sont notamment la pneumonie, la diarrhée et l’encéphalite (une dangereuse infection du cerveau entraînant une inflammation). Mais dans les populations vulnérables, la maladie devient mortelle, et c’est pourquoi la vaste majorité des décès dus à la rougeole surviennent dans les pays en développement.


A propos de la vaccination de routine contre la rougeole
La vaccination de routine des jeune enfants contre la rougeole, combinée à des campagnes de vaccination de masse dans les pays ayant un nombre élevé de cas et une mortalité infantile élevé, constituent des stratégies de santé publique clés pour réduire la mortalité due à la rougeole. Cela coûte environ 1 dollar de vacciner une enfant contre la rougeole.

Il est recommandé d’atteindre une couverture vaccinale de 95% pour chaque vaccin (6-8 antigènes, y compris la rougeole), chez les enfants de moins d’un an.
En 2008, au plan mondial, 83% des enfants avaient reçu une dose de vaccin contre la rougeole avant leur premier anniversaire par le biais de la vaccination de routine – à comparer à 72% en 2000. En Afrique de l’ouest et du centre, 66% (moyenne régionale) des enfants ont reçu une dose de vaccin contre la rougeole avant leur premier anniversaire (2008), de 23% au Tchad à 96% au Cap-Vert. Deux doses de vaccin sont recommandées pour assurer l’immunité contre la maladie, sachant qu’environ 15% des enfants vaccinés ne développent pas l’immunité à la suite de la première dose.

Pour consulter les tableaux de couverture vaccinale, consultez cette page (rougeole=MCV).

Pour plus d’informations, veuillez contacter:
Collins Boakye-Agyemang, WHO AFRO, Tel:+472 413 9420,  Email: boakyec@afro.who.int 
Gaëlle Bausson, UNICEF Afrique de l’ouest et du centre, Tel:+221 77 450 5816, Email: gbausson@unicef.org 

 

 

 
Search:

 Email this article

unite for children