Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

Guinea: the weight of the crisis on vulnerable children | Guinée: le poids de la crise sur les enfants vulnérables

© UNICEF/Guinée/2010/Baro
Après un mois de prise en charge au centre nutritionnel du centre de santé  de Ratoma, ces deux jumeaux nés avec un faible poids à la naissance reprennent du poids.

Conakry, Guinea, 29 February 2010 - Thursday, a day of consultations at the therapeutic nutrition Unit of the Ratoma Health Community Center , a working-class district in Conakry , the Guinean capital.

In a rustling atmosphere filled with the conversations of mothers and the cries of babies, the medical team, composed essentially of women in white blouses, examines the children.

On a table, a baby-scale, forms and manuals the nurses consult in order to set up the medical records.

Right in the middle of the crowd, a mother is breastfeeding a child at each breast: they are her twins, a boy and a girl.

Kiera, the head nurse approaches her, a smile on her lips: upon her arrival at the health center a month earlier, the little Fatoumata then eleven months of age, only weighed three kilos.

 Knowing in order to save

"My child was just losing weight, narrates the mother, Aminata. I didn’t know what to do".

The little girl was suffering from Candida which infested the mucous membrane of her mouth and was preventing her from feeding.

"My neighbor advised me to come to the Ratoma Health Center, which had a good reputation."
 
The Candida has been cured and the little girl received therapeutic foods, some milky groundnut paste enriched with vitamins and mineral salts.

Kiera shows the growth curve of the little girl getting back again on the increase, finally.

Fatoumata, twelve months old now, is weighing 4kg 900. If she’s sickly again, with a good medical follow-up, she could soon get to walking, just like children of her age.

In Guinea, 40% of the children are suffering from chronic malnutrition and 26% from weight deficiency.

The political crisis, coupled up with the price shoot-up of food commodities and the depreciation of the local currency, has brought about a considerable deterioration in the purchasing power of the population, over half of which live with less than a dollar per day.

The health and social services have been weakened, and the year 2009 marked the return of childhood diseases such as poliomyelitis (about thirty cases), measles (nearly 1 000 cases), or meningitis (147 cases counted).

Maintaining the health of children

With the support of UNICEF and WHO, a vast campaign was launched in 2009 for over two million children under the age of five: administration of vitamin A, worm disinfectants, distribution of dipped mosquito-nets, plus vaccination against measles and polio.

A fresh anti-polio vaccination campaign has been planned for March.

UNICEF supports the health authorities in their fight against malnutrition and the care of cases. Nearly two hundred social workers have been trained and the Ministry of Health has adopted a new protocol in the care of severe acute malnutrition, thus enabling a better prevention and a better care of cases.

UNICEF and the WFP provides the 103 National Therapeutic and ambulatory Centers which catered for the 23 000 severely malnourished children in 2009 with Instant therapeutic foods (ITF), with enriched baby cereals and medicines.

In the framework of a partnership with the Faculty of Medicine, the students are trained in nutrition.

Finally, with the support of "Terre des Hommes," community agents will soon be criss-crossing all over Conakry and its outskirts in order to detect the vulnerable children in the homes and to refer them to the nearest care centers.

By Michèle Akan Badarou

© UNICEF/Guinée/2010/Baro
Suivi d'un bébé ayant bénéficié d'une prise en charge au centre de nutrition thérapeutique du Centre communal de santé de Ratoma/Conakry.
****

Conakry, Guinée 29 février 2010 - Jeudi, jour de consultation à l’unité de nutrition thérapeutique du centre communal de santé de Ratoma, un quartier populaire de Conakry, la capitale guinéenne.

Dans une ambiance bruissant des conversations des mères et des pleurs d’enfants, l’équipe médicale, composée pour l’essentiel de femmes en blouse blanche, examine les enfants.

Sur une table, un pèse-bébé, des fiches et des manuels que les infirmières compulsent pour établir les dossiers médicaux.

Au milieu de la foule, une mère allaite un enfant à chaque sein, ce sont ses jumeaux,  un garçon et une fille.

Kiera, l’infirmière en chef s’approche d’elle, un sourire aux lèvres : à son arrivée au centre de santé un mois plus tôt, la petite Fatoumata alors âgée de onze mois, ne pesait que trois kilos. 

Savoir pour sauver
"Mon enfant dépérissait, raconte la mère, Aminata. Je ne savais pas quoi faire". La fillette souffrait de candidoses qui infestaient les muqueuses de sa bouche et l’empêchaient de s’alimenter.

"Ma voisine m’a conseillé de venir au Centre de santé de Ratoma qui a bonne réputation." 
 
La candidose a été soignée et la petite a reçu des aliments thérapeutiques, une pâte d’arachides lactée enrichie en vitamines et sels minéraux.

Kiera montre la courbe de croissance de la petite qui repart à la hausse, enfin : Fatoumata, douze mois maintenant, pèse 4kg 900. 

Si elle est chétive encore, avec un bon suivi médical,  elle pourra bientôt marcher, comme les enfants de son âge.                         

En Guinée 40% des enfants souffrent de malnutrition chronique et 26% d’insuffisance pondérale.

La crise politique, couplée à la flambée des prix des denrées alimentaires et à la dépréciation de la monnaie locale, a entraîné une détérioration sensible du  pouvoir d’achat de la population dont plus de la moitié vit avec moins d’un dollar par jour.

Les services sanitaires et sociaux ont été fragilisés, et l’année 2009 a marqué le retour de maladies infantiles comme la poliomyélite (une trentaine de cas), la rougeole  (près de 1 000 cas), ou la méningite (147 cas recensés).    

Soutenir la santé des enfants
Avec l’appui de l’UNICEF et de l’OMS, une vaste campagne a été lancée en 2009 pour plus de deux millions d’enfants de moins de cinq ans : administration de vitamine A, vermifuge, distribution de moustiquaires imprégnées, puis vaccination contre la rougeole et la polio. Une nouvelle campagne de vaccination contre la polio est prévue en mars.

L’UNICEF appuie les autorités sanitaires dans leur lutte contre la malnutrition et la prise en charge des cas.

Près de deux cent  travailleurs sociaux ont été formés  et le Ministère de la Santé a adopté un nouveau protocole de prise en charge de la malnutrition aiguë sévère permettant une meilleure prévention et une meilleure prise en charge des cas.

L’UNICEF et le PAM fournissent en aliments thérapeutiques prêts à l’Emploi (ATPE), en farine enrichies et en médicaments les 103 Centres Nationaux Thérapeutiques et ambulatoires qui ont accueilli 23 000 enfants sévèrement malnutris en 2009.

Dans le cadre d’un partenariat avec la Faculté de Médecine, les étudiants sont formés à la nutrition.

Enfin, avec l’appui de Terre des Hommes, des agents communautaires sillonneront bientôt Conakry et sa périphérie pour détecter les enfants vulnérables dans les foyers et les référer aux centres de prise en charge le plus proche.

Par Michèle Akan Badarou

 

 
Search:

 Email this article

unite for children