Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

Gabon: UNICEF assiste les autorités pour assurer la protection des enfants mineurs présumés victimes de traite

Point sur la situation au 13 novembre 2009

Libreville, Gabon, 13 novembre 2009 - Dans la nuit du 19 octobre 2009, un bateau, le « Sharon », battant pavillon ghanéen et transportant à bord des clandestins tente de rejoindre les rives de la capitale gabonaise lorsqu’il est arraisonné par les gardes-côtes.

Le 20 octobre 2009, le quotidien de presse écrite l’Union, rapporte que les passagers du « Sharon », environ 285 personnes, dont des mineurs auraient été conduits au CEDOC,  l’autorité Gabonaise au sein du Ministère de l’Intérieur en charge de l’immigration clandestine.

Cette nouvelle concernant le trafic d’immigrants comprenant des enfants a naturellement interpellé l’UNICEF à cause du risque significatif de la probabilité de traite d’enfants dans ce cas.

L’UNICEF à Libreville prend aussitôt les attaches du Ministère de l’Intérieur du Gabon, lequel coopère pleinement avec l’UNICEF et la Croix Rouge dans le cadre des premières diligences d’identification des passagers du bateau.

Le Représentant de l‘UNICEF au Gabon et ses collaborateurs se rendent le 23 octobre 2009 au CEDOC, sur le lieu de rassemblement des clandestins et s’entretiennent avec les enfants en situation de présomption de traite.

L’équipe de l’UNICEF travaille en étroite collaboration avec le Comité Gabonais de Suivi de la lutte contre la traite des enfants, les responsables du CEDOC ainsi que la Croix Rouge gabonaise pour vérifier davantage les conditions d’acheminement des enfants et leurs liens avec les personnes à bord.

Cette première investigation conduit à la détermination d’une forte présomption de traite pour 34 enfants mineurs : 26 filles et 8 garçons, provenant en grande partie du Bénin, mais avec une présence de moindre degré d’enfants provenant du Togo et du Mali.

Les enquêtes approfondies des autorités gabonaises confirment ce chiffre et estiment les âges des enfants entre 11 à 18 ans. En outre, les enquêtes déclinent le décompte des 34 enfants en fonction de leur nationalité : 26 enfants béninois (dont 19 filles et 7 garçons) ; et 8 autres enfants, en majorité des filles, reparties entre le Togo et le Mali (les dernières indications provenant du Comité de Suivi indiquent 5 filles Togolaises, 2 filles Maliennes et 1 garçon Malien).

Dès cette détermination, L’UNICEF prend contact avec le Ministère de l’Intérieur et obtient avec l’appui du Comité de Suivi de la lutte contre la traite des enfants le retrait des 34 enfants du groupe d’adultes et leur placement dans 3 centres spécialisés dans l’accueil d’enfants en difficulté au Gabon.

L’opération délicate de la séparation des enfants du groupe d’adultes et de leur placement dans les 3 centres d’accueil (lesquels ont reçu récemment assistance de la part de l’UNICEF), a été rendue possible grâce a l’excellente collaboration des autorités gabonaises ainsi que la participation active du Comité National de Suivi de la lutte contre la traite des enfants.

Le Comité de Suivi de la lutte contre la traite a joué un rôle majeur dans toutes les étapes du processus de gestion de cette affaire. En effet, il a contribué à appliquer la diligence nécessaire permettant de passer de la notion de « présomption de traite » à la qualification de « traite avérée » en apportant son expertise et en suivant de près les enquêtes approfondies.

Il a facilité la mise en application dans les règles du droit des dispositions émanant de la loi 09/2004 relative à la prévention et la lutte contre le trafic des enfants et le suivi des clauses du Manuel National de procédures de prise en charge des enfants victimes de la traite dont la finalisation, l’adoption et la vulgarisation ont été appuyés par l’UNICEF en 2007/2008.

Il importe de souligner que les dispositions du Manuel de procédures sont claires en ce qui concerne l’hébergement des enfants victimes dans les centres appropriés, les auditions à mener pour approfondir les enquêtes, de prises en charge psychosociale, des interactions avec les Ambassades des pays de provenance des mineurs en vue de l’identification identitaire et les facilitations consulaires.

A ce jour, le processus de gestion de ce cas semble s’orienter progressivement vers un rapatriement imminent du premier contingent de 26 enfants vers le Benin probablement à partir de vendredi 13 novembre 2009. L’implication du Bureau-UNICEF Benin en collaboration avec UNICEF-Gabon, ainsi que la collaboration des Autorités du Bénin ont  permis de dépêcher sur Libreville depuis une semaine, une équipe d’experts venus de Cotonou pour appuyer la partie gabonaise.

Les 26 enfants béninois seront accompagnés à l’ occasion de leur rapatriement par les experts venus de Cotonou et  ils seront pris en charge conjointement par le gouvernement béninois et l’UNICEF et seront placés dans les centres d’accueil, en attendant une solution au cas par cas en vue du regroupement familial souhaitable et la réinsertion durable des enfants.

Il est à noter que fort des expériences et leçons tirées d’épisodes du passé récent, cette opération a été jusqu’ici menée dans la discrétion professionnelle permettant la préservation de la dignité des enfants et facilitant aussi une coopération fluide avec les parties étatiques concernées, lesquelles ont démontré une bonne coopération.

Ceci augure d’une importance accrue donnée à cette problématique qui requiert une coopération multipartite dans l’esprit du traité d’Abuja de 2006 sur la lutte contre la traite des personnes, en particulier les enfants et les femmes,  signé entre les pays de la CEDEAO et la CEEAC. C’est sous l’égide de ce traité que le Gabon et le Benin s’attèlent à la conclusion d’un accord bilatéral de lutte contre la traite des enfants.

Les Autorités Gabonaises ainsi que les Bureaux de l’UNICEF a Libreville et Cotonou sont engagés dans l’appui d’une mission du comite Gabonais de suivi de la lutte contre la traite des enfants devant se rendre au Benin après le rapatriement des enfants pour tirer les leçons de cette expérience et poursuivre la diligence devant aboutir a endiguer les flux futurs de trafic et traite de personnes, en particulier les femmes et les enfants.

Pour plus d’informations, veuillez contacter:
Omar HABIB, Chargé de communication, email : ohabib@unicef.org
Youssouf Abdel-Jelil, Représentant de l’UNICEF au Gabon : yabdeljelil@unicef.org
Bureau de l'UNICEF au Gabon
Téléphone: +241 44 38 62 / 44 38 63
Mobile: +241 07 61 95 57

 

 
Search:

 Email this article

unite for children