Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

Rentrée scolaire au Sénégal: UNICEF apporte un soutien aux enfants des écoles inondées

© UNICEF/Senegal/2009/Cortés
Gado Gaye , 13 ans, qui veut devenir professeur en t-shirt bleu avec ses amis Daouda Sow, et Ibou Touré et son professeur Sadibou en face des toilettes de l’école "Fabrizio et Cyril" a Yeumbeul Nord, dans la banlieue de Dakar.

Dakar, Sénégal, 14 octobre 2009 - La rentrée officielle au Sénégal s’est déroulée le 5 octobre 2009 mais pour Gado Gaye, 13 ans, les choses se sont passées selon un autre calendrier.

Il compte parmi les 264 000 personnes affectées les inondations survenues pendant les trois mois de saison des pluies.

Sa famille a du quitter  leur maison inondée et louer une autre maison en catastrophe.

Le budget familial prévu pour couvrir les dépenses de scolarité des enfants a finalement servi à payer les frais d’installation et l’avance du nouveau loyer.

Aujourd’hui, Gado reprend l’école à l’établissement 'Fabrizio et Cyril", une école communautaire publique située à Yeumbeul Nord, une des communes de Dakar les plus affectées durant la saison des pluies.

C’est le directeur qui nous a aidés à revenir à l’école.  Je préfère l’école aux vacances. Je veux devenir professeur, moi aussi." "[Et avec les inondations,] on devait mettre des pierres sur le sol pour arriver aux toilettes. Ils étaient sous l’eau, et c’était dégoutant. Ici, on a des toilettes propres,  et en plus, les professeurs sont géniaux", dit-il.

La rentrée malgré les inondations
L’école "Fabrizio et Cyril" est une des écoles appuyée par l’UNICEF depuis le début de l’année.

Elle bénéficie notamment du projet de formation des enseignants et reçoit des fournitures pour les enfants des familles les plus déshéritées pour qui les frais liés à l’achat de livres et autre matériel pourraient constituer un obstacle à la scolarisation. 

 "Le directeur a admis les enfants des familles sinistrées, y compris  ceux dont les familles n’avaient pas les moyens de payer les frais d’inscription scolaire. Ainsi, la rentrée scolaire a également été possible pour eux malgré les inondations.", confirme Bienvenu Irénée Zevounou, Chef du Programme éducation au bureau de l’UNICEF au Sénégal.

L’UNICEF collabore très étroitement avec le gouvernement et l’ONG Action et Aide pour permettre d’intégrer au plus vite  les élèves qui n’ont pas eu l‘opportunité de commencer les cours suites aux intempéries.

Selon les estimations, un effectif de plus de 19 000 élèves est affecté du fait de l’inondation ou de l’occupation des locaux de plus de 35 écoles par les sinistrés.

"Secourir les sinsitrés et les écoles"  
Depuis le déclenchement du plan gouvernemental pour répondre aux urgences suite aux inondations à Dakar, l’UNICEF a apporté avec le reste des Agences des Nations Unies un appui technique, matériel et financier.

"On a déjà distribué à l’intention des sinistrés et des écoles des centaines de bouteilles de javel, des cartons de savons, du matériel d’assainissement et d’entretien comme des pelles, râteaux, brouettes, et aussi des tentes et du matériel médical pour lutter contre les épidémies. Et l’on continuera à secourir les écoles qui en ont besoin en distribuant également des matériels didactiques pour les enseignants et des fournitures scolaires pour les enfants.", informe M. Zevounou "Il y a encore un risque de choléra et d’autres maladies, et les écoles affectées sont  très vulnérables à la propagation de ces maladies."

L’évaluation rapide de la situation a permis de constater que dans certains arrondissements la nappe phréatique des puits a été souillée par les eaux usées des fosses septiques, suite aux inondations.

Ces conditions d’hygiène précaires sont les facteurs déterminants des maladies liées à l’eau et la cause du déplacement de centaines de familles au Sénégal.

Par Sara Cortes

 

 
Search:

 Email this article

unite for children