Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

Cameroon: children fight waterborne diseases in school and in the community | Les enfants à l’avant-garde de la lutte contre les mains sales à l’école et dans la communauté.

© UNICEF Cameroon/2009/Zulfiqar
Boy washing hands at a water pint in a poor area of Douala in Cameroon.

15 October, marks the second annual Global Handwashing Day, which millions of children and adults will celebrate with special activities in over 80 countries.

Douala, Cameroon, 6 October 2009 - A group of school children quickly surrounds Sorel Fabiola Mbeutcha Yinkou, 12, as she rolls up her sleeves to prepare for a hand washing demonstration.

Sorel Fabiola starts rubbing her hands on a bar of soap ferociously next to a water tanker at the  Oyack group 1 primary school in Cameroon’s commercial capital, Douala.

"It‘s important to keep our hands clean, especially after using the toilet, before and after each meal and after playing outside," she said.

Sorel Fabiola was tasked to teach other pupils following the first ever global hand washing day in 2008.

A year later she continues to round up children in the playground at meal and breaktimes.

"This helps us avoid any germs that can make us sick," she adds.  She’s also encouraging her friends to pass on her hand washing techniques to relatives and friends at home.

An innovative initiative for handwashing at school
The Ministry of Basic Education and the Complexe Chimique Cameroon (CCC), a soap producing company has partnered with UNICEF to provide supplies in 300 schools across the country for the handwashing initiative. 

In order to step up efforts, CCC will also distribute hygiene exercise books as well as soap next year.

Diarrhea and cholera are among the main killer diseases for children under 5 in Cameroon.

Diarrhea kills 18,000 children between the ages of 0-59 months, according to UNICEF. 

About five in every 200 children (0-59 months) who contract diarrhea will die from it.

"Thanks to these facilities children who get their hands dirty in the mud can easily clean them and protect themselves from germs," headmaster,  Joseph Ngwe, 55, said. A total of 1.025 children (456 girls) have access to the washing points in the school.

Hygiene and sanitation is taught in schools as part of the national curriculum and facilities are badly needed in educational institutions in the country.

Less than 40 per cent of the 15,000 primary schools in the country have access to potable water and just over half have latrines.

"This is a good example of an innovative initiative - government, private sector and UNICEF- joining hands to support a common cause. It’s a model we hope to replicate in other schools in the country." Dr Vijitha M. Eyango, Education section head in the Cameroon UNICEF office said.

By Raymond Mbouzeko

© UNICEF Cameroun/2009/Zulfiqar
Sorel Fabiola Mbeutcha Yinkou démontrant la bonne pratique du lavage des mains avec du savon
****

Le 15 octobre marque pour la deuxième fois la Journée mondiale du lavage des mains célébrée par des millions d'enfants et d'adultes par des activités spéciales dans plus de 80 pays.

Douala, Cameroun, 6 octobre - Au point d’eau de l’école primaire Oyack groupe 1 de Douala, la capitale économique du Cameroun, la petite Sorel Fabiola Mbeutcha Yinkou, 12ans est entourée de ses camarades. Elle s’apprête à faire une démonstration sur le lavage des mains.

Elle commence par mouiller ses mains, elle y met du savon et les frotte énergiquement l’une contre l’autre en expliquant à ses camarades : "Il est important de se laver les mains avec du savon, surtout après avoir été aux toilettes, avant et après chaque repas et après les avoir salies en jouant,"

Sorel Fabiola qui fait partie du gouvernement des enfants de l’école a été désigné par les maitres pour régulièrement rappeler à ses camarades la bonne pratique du lavage des mains avec le savon après la célébration de la toute première Journée Mondiale du Lavage des Mains avec le savon en 2008 dans son école. 

Elle fait des séances de démonstration des temps à autre ou sensibilise souvent ses camarades dans la cour de récréation.
 
"Cela nous aide à éviter d’attraper les microbes et à tomber malade" explique-t-elle. 

Elle demande en outre à ses camarades de montrer la bonne pratique du lavage des mains à leurs parents et à leurs amis restés à la maison.

Une initiative innovante pour le lavage des mains à l’école
Le Ministère de l’Education de Base et le (CCC), une compagnie locale de production de savon, en partenariat avec l’UNICEF ont donné du matériel aux 300 Ecoles Amies des Enfants Amies des Filles (EAEAF) réparties dans le pays pour la promotion de cette initiative du lavage des mais avec du savon. 

Ils ont construit des installations pour la bonne hygiène à l’école. L’école primaire d’Oyack Groupe 1 est l’une de celles qui en ont bénéficié.

Pour l’année prochaine, CCC se propose de produire des cahiers et du savon portant des messages d’hygiène à l’attention des jeunes enfants des écoles.

La diarrhée et surtout le cholera est une des grandes causes des décès des enfants de moins de 5 ans au Cameroun. Selon l’UNICEF, elle tue chaque année 18.000 enfants de 0-59 mois, Près de 5 enfants sur les 200 de cette tranche d’âge qui contractent cette maladie en meurent.

"Grâce à ces installations, ceux de nos enfants qui se salissent régulièrement les mains en jouant à l’école peuvent facilement les laver et éviter les microbes qui les rendent malades" affirme le Directeur de l’école, Joseph Ngwe, 55 ans. Au total, 1.025 enfants dont 456 filles ont accès à ce point d’eau à l’école.

L’hygiène et l’assainissement font partie des enseignements donnés à l’école primaire au Cameroun  mais de bonnes installations pour les assurer manquent cruellement dans plusieurs écoles du pays.

Moins de 40 pour cent des 15.000 écoles primaires du pays n’ont pas accès à l’eau potable et juste la moitié de celles-ci disposent de toilettes.

"Ceci constitue un bon exemple d’initiative dans laquelle le Gouvernement, le secteur privé et l’UNICEF se mettent ensemble pour la cause des enfants. Il s’agit d’un modèle à répliquer dans d’autres écoles primaires du pays." affirme Dr Vijitha M. Eyango, Chef de la Section Education de Base de l’UNICEF Cameroun.

Par Raymond Mbouzeko

 

 
Search:

 Email this article

unite for children