Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

UNICEF Representative in Guinea discusses the situation of children | Le Représentant de l'UNICEF en Guinée analyse la situation des enfants

© UNICEF/Guinea/Pirozzi/2006
A young guinean girl at work. Seven guinean children out of ten between the ages of five to twelve years old know the worst forms of work labour.

Question: Can you tell us about the general context of the country?
Answer:
With an estimated population of 9.1 million, 50 per cent of it being under 18 years of age, Guinea is one of the poorest countries in Africa.

Despite having ideal natural conditions for the practice of agriculture, conditions for women and children are meager and social development indicators are worsening.

Due to a long period of political instability and poor governance, Guinea has generated several structural constraints that culminated in the breaking of basic social services and systems and reduced quality of life for the majority of its inhabitants.

A political transition started in December 2008, soon after the end of the President Conte’s 24 years reign.

The atmosphere among people in the country remains volatile, but, at the same time, the presidential elections scheduled for December 2009, are a window of opportunity to put issues facing children at center stage.

Q: What are the main issues facing children?
A: In a country where one out of five children dies before their fifth birthday, mostly of preventable causes, child survival is a top priority. In 2008, the child mortality rate was at 146 child deaths for 1,000 live births.

The main direct causes for this concerning figures are malaria, pneumonia and diarrhoea as well as and HIV/AIDS and malnutrition – associated with 50 per cent of child deaths.

According to latest surveys, an estimated 26 per cent of children under five are presently underweight and 35 per cent suffer from stunted growth or chronic malnutrition.

Efforts to improve access to health care are stymied by management and logistical constraints, dysfunctional health systems and shortages of medicines, vaccines and essential supplies at hospitals and health care facilities.

Maternal and newborn health is also an issue. Despite progress, efforts towards achieving the Millennium Development Goal 5 are insufficient. The maternal mortality rate is one of the highest in the world, at 980 maternal deaths for 100,000 live births.

The limited proportion of people with access to safe drinking water is unacceptable and jeopardize child health and development. Only 70 per cent of the population has access to improved water sources.
Proper sanitation also remains a predicament, with hygienic latrines being available to only 19 per cent of the population. However, the mobilization to respond to the 2007 cholera outbreak (8,546 notified cases of cholera) has allowed for some improvements in access to water, sanitation and hygiene.

Q: How is poverty affecting children?
A: In Guinea, as with any country suffering from a development or humanitarian crisis, poverty is the main catalyst for child suffering.  "Immunization efforts have been particularly successful and under-five death related to the main killing diseases are decreasing."

Among the 4.6 million children living in the country, over 600,000 work or beg to provide for their needs.

Within this group, 420,000 are orphans, with 35,000 losing their parents to the AIDS epidemic.

HIV/AIDS prevalence is currently at 1.5 per cent, with approximately 93,000 people living with HIV.
A feminization of the infection is observed, with 1.9 per cent of women between 15-49 years old living with AIDS and 0.9 per cent of men of the same age group.

Another serious problem to be tackled is the low rate of birth registration (38 per cent), although there have been signs of improvement, far too many children have “no identity” and face the risk not to be denied of other rights such as education, immunization and protection.

Violence and abuse towards women and children are also recurrent concerns. The practice of female circumcision persists and is performed on 96 per cent of women in Guinea.

Q: What about the situation in terms of access to education ?
A: Access to primary education has significantly improved. The gross school enrolment rate increased from 60 to 77 per cent from 2000 to 2004.

Nonetheless, girls face socio-cultural obstacles to education. Only 70 per cent of Guinean girls were enrolled in primary school in 2004.

The causes are directly related to inadequate infrastructure and personnel planning, small education budgets and the lack of school textbooks and teaching materials.

Q: Can you tell us about positive development in addressing the needs of children?
A: If the overall situation in Guinea requires improvement for women and children, it is undisputable that some progress has been made in the last few years.

The number of child deaths has decreased by 37% between 1990 and 2008, from a child mortality rate of 231‰ to 146‰.

Improvements in immunization coverage is one of the factor that has allowed for such significant progress. However, 14 per cent of children have not been immunized at all.

Also, UNICEF has been working with the Government to adopt a national protocol for the management of acute malnutrition.

This has given allowed for the training of more than 170 health agents on methods to prevent and address severe and moderate acute malnutrition which affects thousands of children.

I am confident that the work undertaken by UNICEF to put children at the center of the development policy, budgets and programmes will bear fruit, notably in reducing child deaths due to malaria,

HIV/AIDS and tuberculosis and addressing the disparity in access to education for girls and boys..

Guinea is going through a period of transition. The support of UNICEF and its partners is instrumental to ensure a better future for children in Guinea.

For more information please contact:
Michele Akan Badarou, UNICEF Guinea, tel. +224 64 31 67 89, email: mbadarou@unicef.org

© UNICEF/Guinée/Pirozzi/2006
La vaccination de routine est menée dans les centres de santé en Guinée contre les maladies infantiles évitables.
***

Question : Que pouvez-vous dire du contexte général du pays ? 
Réponse:
Avec une population estimée à 9,1 millions dont 50 pour cent de moins de 18 ans, la Guinée est l'un des pays les plus pauvres en Afrique.

Malgré des conditions naturelles idéales pour la pratique de l'agriculture, les conditions des femmes et des enfants doivent être renforcées et les indicateurs de développement social se détériorent.

En raison d'une longue période d'instabilité politique et de faible gouvernance, plusieurs contraintes structurelles ont abouti à la rupture des services et systèmes sociaux de base et la réduction de la qualité de vie pour la majorité des habitants.

Une transition politique a commencé en décembre 2008, peu après la fin du règne de 24 ans du président Conte.

"Les efforts de vaccination ont été particulièrement payants et les décès des enfants de moins de cinq ans dus aux principales maladies mortelles sont en baisse".

L'ambiance entre les personnes demeure instable, mais, en même temps, les élections présidentielles prévues pour décembre 2009, sont une opportunité pour faire des problèmes des enfants une préoccupation centrale.

Q: Quels sont les principaux problèmes rencontrés par les enfants?
R:
Dans un pays où un enfant sur cinq meurt avant son cinquième anniversaire, principalement de causes évitables, la survie de l’enfant est une priorité absolue.

En 2008, le taux de mortalité infantile était de 146 décès d'enfants pour 1000 naissances vivantes.

Les principales causes directes en sont le paludisme, la pneumonie et la diarrhée, ainsi que le VIH/SIDA et la malnutrition - associés à 50 pour cent des décès d'enfants.

Selon les derniers sondages, on estime que 26 pour cent des enfants de moins de cinq ans souffrent actuellement d'insuffisance pondérale et 35 pour cent de retard de croissance ou de malnutrition chronique.

Les efforts visant à améliorer l'accès aux soins de santé sont entravés par des contraintes logistiques et de gestion, des systèmes de santé déficients, des ruptures de médicaments et de fournitures essentiels dans les hôpitaux et établissements de santé.

La santé maternelle et néonatale pose aussi problème. Malgré des progrès, les efforts vers la réalisation de l’OMD 5 sont insuffisants. Le taux de mortalité maternelle est l'un des plus élevés au monde, avec 980 décès maternels pour 100.000 naissances vivantes.

La faible proportion de personnes ayant accès à l'eau potable est inacceptable et compromet la santé et le développement des enfants.

Seulement 70 pour cent de la population a accès aux équipements améliorés.

L’accès à un assainissement adéquat demeure encore difficile, si l’on sait que les latrines hygiéniques sont disponibles pour seulement 19 pour cent de la population.

Toutefois, la mobilisation contre l'épidémie de choléra de 2007 (8546 cas notifiés) a permis une certaine amélioration dans l'accès à l'eau, l'assainissement et l'hygiène.

Q: Comment la pauvreté affecte t-elle les enfants?
R:
En Guinée, comme dans tout pays qui souffre d'une crise de développement ou humanitaire, la pauvreté est le principal catalyseur de la souffrance des enfants.

Parmi les 4,6 millions d'enfants vivant dans le pays, plus de 600.000 travaillent ou mendient pour subvenir à leurs besoins.

Dans ce groupe, 420.000 sont orphelins, dont 35.000 à cause de l'épidémie de sida.

La prévalence du VIH/SIDA est actuellement de 1,5 pour cent, avec environ 93.000 personnes vivant avec le VIH. 

Une féminisation de l'infection est observée, avec 1,9 pour cent des femmes  entre 15-49 ans vivant avec le SIDA et 0,9 pour cent des hommes de la même tranche d'âge.

Un autre problème grave qui se pose est le faible taux d’enregistrement des naissances (38 pour cent), bien qu'il y ait eu des signes d’amélioration, beaucoup trop d'enfants sont "sans identité" et risquent, de ce fait, d’être privés d'autres droits tels que l'éducation, la vaccination et la protection.

La violence et la maltraitance envers les femmes et enfants sont également des préoccupations récurrentes. La pratique de l'excision persiste et touche 96 pour cent des femmes en Guinée.

Q: Qu'en est-il de l'accès à l'éducation?
R:
L'accès à l'enseignement primaire s'est sensiblement amélioré. Le taux brut de scolarisation est passé de 60 à 77 pour cent de 2000 à 2004.

Néanmoins, les filles font face à des obstacles socioculturels en matière d'éducation.

Seulement 70 pour cent des filles guinéennes étaient inscrites à l'école primaire en 2004.

Les causes sont directement liées à l'insuffisance d’infrastructures et de planification du personnel, aux petits budgets alloues  a l'éducation et au manque de manuels scolaires et matériels didactiques.

Q: Y a-t-il des développements positifs dans la prise en charge des besoins des enfants?
R:
Si la situation générale en Guinée nécessite des améliorations pour les femmes et les enfants, il est incontestable que certains progrès ont été accomplis au cours des dernières années.

Le nombre des décès d'enfants a diminué de 37% entre 1990 et 2008, et d'un taux de mortalité infantile de 231‰ on est passé à 146 ‰.

L'amélioration de la couverture vaccinale est l'un des facteurs qui a permis des progrès aussi significatifs.

Cependant, 14 pour cent des enfants n'ont pas été vaccinés du tout.

En outre, l'UNICEF travaille avec le gouvernement afin d’adopter un protocole national contre la malnutrition aiguë.

Cela a rendu possible la formation de plus de 170 agents de santé sur les méthodes de prévention et de traitement des différentes formes de malnutrition qui touchent des milliers d'enfants.

Je suis convaincu que les travaux entrepris par l'UNICEF pour mettre les enfants au centre de la politique de développement, les budgets et les programmes porteront leurs fruits, notamment dans la réduction des décès d'enfants pour cause de paludisme, de VIH/SIDA et de tuberculose et permettront de réduire la disparité dans l'accès à l'éducation pour les filles et les garçons.

La Guinée traverse une période de transition.

Le soutien de l'UNICEF et ses partenaires est déterminant pour assurer un avenir meilleur pour les enfants en Guinée.

Pour plus d'information veuillez contacter:
Michele Akan Badarou, UNICEF Guinée, tel. +224 64 31 67 89, email: mbadarou@unicef.org

 

 

 
Search:

 Email this article

unite for children