Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

Central African Republic: malnutrition among children in southern CAR alarming | Malnutrition alarmante chez les enfants du sud de la RCA

Malnutrition rates rise above emergency levels as funding dwindles

Bangui, Central African Republic, 11 August 2009 – UNICEF today expressed alarm at the rising rates of acute malnutrition among children in southern Central African Republic, as the global financial crisis, the decline in diamond mining and the displacement of people due to ongoing conflict take their toll on the economy and consequently the most vulnerable.

"In both the conflict affected north and the more stable south, almost 700,000 children under five are living below acceptable standards, and now many are moving toward the outer edge of survival," said Jeremy Hopkins, acting representative of UNICEF in CAR.

"The situation of children in the south is of particular concern due to the rapidly deteriorating nutritional status in tandem with an increasingly bleak funding outlook."

UNICEF is appealing to donors for $1.5 million for lifesaving therapeutic foods, drugs and other supplies; to conduct a national nutritional survey; and train community health workers in early detection of children and women whose nutritional status is compromised.

Preliminary assessments conducted recently in three provinces – Mambéré Kadei, Sangha Mbaéré and Lobaye – revealed that 16 per cent of children under five are acutely malnourished, and 6.6 per cent are severely acutely malnourished, far above the emergency thresholds of 2 per cent for severe acute malnutrition and 15 per cent for global acute malnutrition.

Children with severe acute malnutrition have much higher odds of dying than well nourished children.

An estimated 16,710 children in the areas surveyed are at risk.

This disturbing situation comes on top of already high rates of acute malnutrition throughout the country where more than one in 10, or 68,000, children from 6-59 months suffer from global acute malnutrition and 2.3 per cent, or 15,500, suffer from severe acute malnutrition.

The chronic malnutrition in CAR stems from several causes, including devastating poverty –more than six in 10 Central Africans live on less than $1.25 a day–; the ongoing conflict and insecurity; and loss of income in areas such as Mambéré Kadei, whose mining sector is adversely affected by the global economic downturn.

The country’s HIV prevalence of 6.3 per cent, the highest in the West Africa region, is also contributing to the precarious nutritional situation of children and their families.

Severe acute malnutrition is one of the top three nutrition-related causes of death in children under five. Severely malnourished children have a nine-fold greater risk of dying.

The number of deaths is very high even among the mildly malnourished because so many children fall within this category.

Malnutrition can also prevent children from reaching their full physical and mental potential.

UNICEF is coordinating the efforts of a range of partners responding to this nutritional emergency, including the World Food Programme, World Health Organization, Action Contre la Faim, Médecins sans Frontières, International Medical Corps and Medical Emergency Relief International.

 "These children’s lives, their ability to learn, to earn, and to lead productive lives is being stunted by this tragic crisis," said Hopkins.

"These children could be leading normal lives. We must try harder to fulfill their rights."

For further information, please contact:
Martin Dawes, UNICEF Regional Office for West and Central Africa, Tel. +221 775 69 19 26, email: mdawes@unicef.org

******** [English]

Les taux de malnutrition dépassent les seuils d'urgence alors que les financements diminuent


L'UNICEF aujourd'hui s'est alarmé de voir la montée des taux de malnutrition aiguë parmi les enfants du sud de la  République centrafricaine, alors que la crise financière mondiale, le déclin de l'exploitation minière des diamants et le déplacement des populations en raison du conflit en cours, pèsent sur l'économie et par conséquent sur les plus vulnérables.

"Entre le Nord  du pays affecté par le conflit et la région Sud plus stable, on compte près de 700 000 enfants de moins de cinq ans vivant au-dessous des seuils acceptables, et beaucoup sont maintenant à la limite extérieure de la survie", a déclaré Jeremy Hopkins, Représentant par intérim de l'UNICEF en RCA.

"La situation des enfants au sud est particulièrement inquiétante, en raison de leur état nutritionnel qui se dégrade rapidement alors que dans le même temps les perspectives de financement sont  de plus en plus rares."

L’UNICEF lance un appel aux donateurs de 1,5 million de dollars US pour : l’achat et la distribution d’aliments thérapeutiques de survie, de médicaments et autres intrants ; la conduite d’une enquête nutritive nationale et la formation d’agents de santé communautaire à la détection précoce des enfants et des femmes dont l’état nutritionnel est compromis.

Les évaluations préliminaires conduites récemment dans trois provinces – Mambéré Kadéi, Sangha Mbaéré et Lobaye – ont révélé que 16 pour cent des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë et 6,6  pour cent de malnutrition sévère aiguë.

C’est loin au-dessus des seuils d'urgence de 2 pour cent pour une malnutrition sévère aiguë et de 15 pour cent pour une malnutrition aiguë.

Les enfants souffrant d’une malnutrition sévère aiguë  ont de grandes chances de mourir, comparé à des enfants bien nourris.

On estime que  16 710 enfants dans les zones surveillées sont exposés au risque de malnutrition.

Cette situation préoccupante vient s’ajouter aux taux déjà élevés de la malnutrition aiguë dans le pays ou plus d’un enfant sur dix, soit 68 000 enfants âgés de 6-59 mois, souffre de la malnutrition aiguë, et 2,3 pour cent, soit 15 500 enfants, souffrent de malnutrition sévère aiguë.

La malnutrition chronique en RCA découle de plusieurs causes : l’extrême pauvreté – plus de 6 personnes sur 10 vivent avec moins de 1,25 dollar par jour – ; le conflit en cours et l’insécurité grandissante ; et la perte de revenus dans des provinces comme le  Mambéré Kadéi où le secteur minier est affecté par le ralentissement de l'économie mondiale.

Le taux de prévalence du VIH du pays de 6.3 pour cent, est le plus élevé de l’Afrique de l’Ouest et contribue également à la précarité de la situation nutritionnelle des enfants et de leurs familles.

La malnutrition sévère aiguë est l’une des trois causes de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans, liées à la nutrition. Les enfants sévèrement malnutris ont neuf fois plus de risques de décéder.

Le nombre de morts est très élevé même parmi les malnutris légers parce beaucoup d'enfants tombent dans cette catégorie. La malnutrition peut aussi empêcher les  enfants d’atteindre leur plein potentiel physique et mental.

L’UNICEF coordonne les efforts d’une série de partenaires impliqués dans la nutrition dans les situations d’urgence, dont  le Programme alimentaire mondial (PAM), Action contre la faim, Médecins sans frontières, International Medical Corps et Medical Emergency Relief International.

"La vie de ces enfants, leur capacité à apprendre, à gagner et mener une vie productive sont sur le point d’être remis en cause  par cette crise  tragique" a déclaré Jeremy Hopkins.

"Ces enfants devraient mener une vie normale, nous  devons tout essayer pour satisfaire leurs droits."

Pour plus d'informations veuillez contacter: 
Martin Dawes,  UNICEF Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre
Tél. : +221 775 69 19 26, email: mdawes@unicef.org

 

 
Search:

 Email this article

unite for children