Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

World Breastfeeding Week: interview with Felicite Tchibindat, UNICEF Regional Advisor for nutrition | Semaine mondiale de l'allaitement maternel: interview avec Félicité Tchibindat, Conseiller Régional de l'UNICEF pour la Nutrition

© UNICEF/NYHQ2007-0413/Pirozzi
An indigenous Aka woman breastfeeds her infant in her hut in a settlement in Mbaiki, in the south-western Lobaye Province. Three-quarters of villages in northern parts of the Central African Republic have been abandoned as people flee internal conflict.

From August 1 to 7, individuals, organizations and governments around the world celebrate World Breastfeeding Week, an event sponsored by the World Alliance for Breastfeeding Action (WABA) and supported by UNICEF.

This year’s theme is "Breastfeeding as a vital emergency response".

UNICEF Regional Advisor for nutrition in West and Central Africa, Felicité Tchibindat, tells us about the benefits of breastfeeding and why it is a vital emergency response.

Q: Can you tell us why breastfeeding is vital in emergency response?
A: Even in non-emergency settings, breastfeeding is the best source of nutrition for newborns and young children. It is estimated that exclusive breastfeeding alone has the potential to avert 13 per cent of all under-five deaths in the region. And the region holds the worst child mortality indicators in the world, with one in five children dying before their fifth birthday – or 3 millions each year.

So, if exclusive breastfeeding can be so life saving in non-emergency settings, imagine how vital it is in emergencies.  Emergencies are often characterized by turmoil, insecurity, poor sanitation and a short supply of clean water, medical care, food and shelter that put children and their caregivers in danger.  Emergencies often lead to rise in diseases and deaths due to diarrhea, respiratory illnesses and malnutrition. 

Whether the emergency is great or small, short or long, the main anxiety for parents is their children’s health and survival. In emergency and relief situations breastfeeding is of critical importance: it saves babies lives. Artificial feeding in these situations is difficult and increases the risk of malnutrition, disease and infant death. The basic resources needed for artificial feeding such as clean water and fuel are scarce in emergencies. Transport and adequate storage conditions of breastmilk substitutes (BMS) cause additional problems

When a mother breastfeeds, she gives her child a clean, safe, sustainable food and water supply and actively protects him or her from infections. Breastfeeding is a life saving intervention and protection for the youngest, especially in emergencies.

Exclusive breastfeeding is among be the most important child survival intervention in the region.

Q: Is breastfeeding widely practiced in the countries of the region?
A: Breastfeeding is a tradition in every culture in the region, but only 20 per cent of babies under six months are exclusively breastfed, with rates as low as 2 per cent in Chad, 4 per cent in Côte d’Ivoire. The rates of exclusive breastfeeding in the region remain among the lowest in the world.

However, a lot of progress has been made during the last few years. Countries such as Mauritania and Niger have been able to increase the rate of exclusive breastfeeding; demonstrated that even in very difficult circumstances, it is possible with a coherent intervention achieve remarkable results. It is important that countries that are lagging behind accelerate the rate of progress if West and Central Africa region is to meet the MDGs 1, 4 and 5 (poverty and hunger, child mortality, maternal health).

Q: What is undermining the practice of breastfeeding?
A: The practice of breatfeeding is undermined by three major factors:. The lack of access of mothers and caregivers to health information, the lack of support for breastfeeding mothers and the promotion of infant formula. These three factors are underlyed by deeply entranched beliefs and misconceptions about breastfeeding such as the need to give water to a young baby to quench his thirst.

Let me take this occasion to reiterate that breastmilk contains all the nutrients and water that a child needs during the first six months of his or her life. That is why UNICEF recommends that women breastfeed exclusively for six months and continue breastfeeding with age-appropriate complementary feeds up to two years.

Q: What can be done to support breastfeeding in emergencies?
A: In emergency and relief situations breastfeeding is of critical importance: it saves babies lives. Artificial feeding in these situations is difficult and increases the risk of malnutrition, disease and infant death.

The basic resources needed for artificial feeding such as clean water and fuel are scarce in emergencies. Transport and adequate storage conditions of breastmilk substitutes (BMS) cause additional problems. Furthermore, BMS donated as humanitarian aid often end up in the local market and can have a negative influence on feeding practices in the host community.

Three coherent interventions have been developed in emergency situation to promote, protect and support breastfeeding:
• Mother and Baby Tents are special shelters in refugee camps where mothers with children under two years of age can find a safe and secure place to rest, eat and receive support.  
• Breastfeeding corners: a supportive environment for breastfeeding mothers with low birth weight babies
• Baby-friendly emergency shelters allow interaction with mothers and counselors.

These settings will ensure that all mothers and caregivers have access to key information. It also means that mothers should be encouraged to breastfeed and that breastfeeding mothers should be supported and protected. Protection also means preventing unsolicited donations; untargeted distribution and unmonitored of infant formula.

In emergency settings,support and protect breastfeeding by ensuring that women have access to food, water and shelter, and if necessary some privacy to breastfeed.

Basic, yet life-saving information must be disseminated and myths dispeled such as such as stress dries up breastmilk or malnourished mothers are no able to breastfeed or babies with diarrhea need water or it is not possible to re-start breastfeeding after mothers have switched to infant formula. All women and caregivers should know that a mother can increase its milk supply, relactate after having stopped, and that wet nursing may be an option as a temporary measure or if a baby is orphaned.

To be ready in case of an emergency, breastfeeding must be widely understood, supported and protected, even in normal settings.

The potential of breastfeeding for saving children’s lives is such that all actors, at all levels should work to promote and protect it, from the government officials, to the health agents, to the traditional matron and leaders.

© UNICEF/Benin/2007/Pudlowski
Au Bénin, UNICEF soutient des groupes de femmes pour accompagner les jeunes mères et assurer un allaitement exclusif des nouveau-nés pendant les six premiers mois de la vie. Les clubs de mères paires éducatrices sont à l'écoute et montrent l'exemple.
****

Du 1er au 7 août, les organisations, gouvernements et personnes du monde entier célèbrent la Semaine mondiale de l'allaitement, un événement parrainé par l'Alliance mondiale pour l'allaitement (WABA) et soutenu par l'UNICEF. 

Le thème retenu cette année est : "L'allaitement maternel : une réponse vitale en situation d’urgence".

Felicité Tchibindat, Conseillère régionale en Nutrition au Bureau de l'UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, nous parle des bienfaits de l'allaitement comme réponse vitale en situation d’urgence.

Q: Pouvez-vous nous dire pourquoi l'allaitement est essentiel en situation d'urgence?
R: Dans les situations normales l'allaitement est la meilleure source de nutrition pour les nouveau-nés et les jeunes enfants, il est estimé que l'allaitement exclusif à lui seul a le potentiel d'éviter 13 pour cent de l'ensemble des décès chez les enfants de moins de cinq ans dans la région. Et la région présente les pires indicateurs de mortalité infantile dans le monde, avec un enfant sur cinq qui meure avant le cinquième anniversaire - et 3 millions chaque année.

Donc, si l'allaitement maternel exclusif peut sauver des vies dans les situations normales, alors imaginez combien il peut être vital en situation d'urgence. Les situations d'urgence sont souvent caractérisées par des troubles, l'insécurité, la mauvaise hygiène et les pénuries d'eau potable, le manque de soins médicaux, de nourriture et d'abris qui mettent les enfants et leurs protecteurs en danger. Les situations d'urgence ont ainsi un effet multiplicateur des maladies et des décès dus à la diarrhée, aux maladies respiratoires et à la malnutrition.

Que l'urgence soit de grande ou faible ampleur, brève ou longue, la principale inquiétude des parents est la santé et la survie de leurs enfants. Dans les situations d'urgence et de secours l'allaitement maternel est d'une importance cruciale: elle sauve la vie des bébés. L'alimentation artificielle dans ces situations difficiles augmente le risque de malnutrition, de maladie et de mortalité infantile. Les ressources de base nécessaires à l'alimentation artificielle comme l'eau potable et le carburant sont rares dans les situations d'urgence. Les conditions de transport et de stockage adéquats pour les substituts du lait maternel posent encore des problèmes supplémentaires.

Quand une mère allaite, elle donne à son enfant un environnement propre, sécuritaire, alimentaire durable en lui assurant l'approvisionnement en eau et la protection contre les infections. L'allaitement est un acte de sauvetage et de protection pour les plus jeunes, en particulier dans les situations d'urgence. L'allaitement maternel exclusif compte parmi les éléments les plus importants de survie de l'enfant dans la région.

Q: La pratique de l'allaitement maternel est-elle largement appliquée dans les pays de la région?
R:
L'allaitement maternel est une tradition dans toutes les cultures dans la région, mais 20 pour cent seulement des bébés de moins de six mois sont nourris exclusivement au sein, avec des taux aussi bas que 2 pour cent au Tchad, 4 pour cent en Côte d'Ivoire. Les taux d'allaitement maternel exclusif dans la région sont parmi les plus bas au monde.

Cependant, beaucoup de progrès ont été réalisés au cours des dernières années. Des pays tels que la Mauritanie et le Niger ont été en mesure d'augmenter le taux d'allaitement maternel exclusif; pour démontrer que, même dans des circonstances très difficiles, il est possible avec une intervention cohérente obtenir des résultats remarquables. Il est important que les pays qui sont à la traîne accélèrent leur rythme de progression si l'Afrique centrale et occidentale veut réaliser les OMD 1, 4 et 5 (pauvreté, mortalité infantile, santé maternelle).

Q: Qu'est-ce qui peut compromettre la pratique de l'allaitement maternel?
R: La pratique de l’allaitement peut être compromise par trois grands facteurs. Le manque d'accès des mères et des soignants à l'information sur la santé, aggravé par le manque d'éducation ; le manque de soutien aux mères allaitantes et à la promotion de l'allaitement. Ces trois facteurs sont sous-tendus par des croyances profondément ancrées ainsi que de fausses idées comme l’obligation de donner de l'eau à un bébé pour satisfaire sa soif.

Permettez-moi de saisir cette occasion pour rappeler que le lait maternel contient tous les nutriments et l'eau nécessaires à l’enfant pendant les six premiers mois de sa vie. C'est pourquoi l'UNICEF recommande aux femmes de pratiquer l’allaitement exclusif pendant  six mois et avant d’introduire des compléments alimentaires appropriés tout en continuant l'allaitement au sein jusqu'à l’âge de deux ans. 

Q: Que faire pour soutenir l'allaitement maternel dans les situations d'urgence?
R:
Dans les situations d'urgence et de secours, l'allaitement maternel est d'une importance cruciale: elle sauve la vie des bébés. Le recours aux substituts artificiels en pareilles situations augmente le risque de malnutrition, de maladie et de mortalité infantile.

Les ressources de base nécessaires aux substituts alimentaires comme l'eau potable et le carburant sont rares dans les situations d'urgence. Les conditions de transport et de stockage des substituts du lait maternel posent des problèmes supplémentaires.

En outre, les dons en lait de substitution  de l'aide humanitaire finissent souvent dans le marché local, et peuvent avoir une influence négative sur les pratiques alimentaires dans les communautés d'accueil.

Trois interventions cohérentes ont été développées dans des situations d'urgence pour promouvoir, protéger et soutenir l'allaitement maternel:

• Les tentes des mère et des bébés sont des abris spéciaux dans les camps de réfugiés où les mères avec des enfants de moins de deux ans peuvent trouver un endroit sûr pour se reposer, manger et recevoir de l’aide.
• Les "coins d’allaitement maternel": un environnement favorable pour les mères qui allaitent des bébés à faible poids à la naissance
• Les refuges d’urgence pour bébés permettant l'interaction entre la mère et les conseillers.

Ces paramètres garantiront que toutes les mères et agents de santé aient accès à des informations clés. Cela signifie également que les mères devraient être encouragées à allaiter et que les mères allaitantes soutenues et protégées. La protection, c'est aussi la prévention des dons non sollicités, non ciblées et le contrôle de la distribution du lait artificiel de substitution.

Dans les situations d'urgence, il est essentiel de soutenir et de protéger l'allaitement maternel en s'assurant que les femmes ont accès à la nourriture, à l'eau et des abris, et si nécessaire un peu d'intimité pour l’allaitement.

Les informations de base liées à la survie doivent être diffusées et les mythes rejetés. Toutes les femmes et les soignants doivent savoir que les mères peuvent augmenter la quantité de lait qu’elles produisent, qu’elles peuvent relancer la lactation après le sevrage, et que l’allaitement par une autre nourrice peut être une option provisoire ou lorsqu’un enfant est orphelin.

Pour être pratiqué en situation d'urgence, l'allaitement doit être largement compris, soutenu et protégé, même dans des conditions normales.

Le potentiel de l'allaitement maternel pour sauver la vie des enfants est tel que tous les acteurs, à tous les niveaux doivent travailler à sa promotion et protection : fonctionnaires du gouvernement, agents de santé,  matrones et leaders traditionnels.

 

 

 
Search:

 Email this article

unite for children