Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

Central African Republic : UNICEF welcomes release of child soldiers and urges further demobilizations | République centrafricaine: UNICEF se félicite de la libération d'enfants soldats et demande d'urgence de nouvelles démobilisations

Bangui, Central African Republic,7 July 2009 – UNICEF today confirmed the demobilization of 182 children who have been released by the rebel group APRD since April 2009 in Central African Republic’s northern Ouham Pendé province.

Many of the 166 boys and 16 girls, aged 10–17, served in the People’s Army for the Restoration of Democracy, APRD, since its formation in 2006. Almost all have been reunited with their families after receiving assistance to transition back into civilian life.

“We are extremely pleased that APRD leaders are following through with their commitment to surrender the children in their ranks,” says Mahimbo Mdoe, UNICEF Representative in Bangui, who has been working closely with the Government of Central African Republic (CAR) to plan and coordinate the release of the children.

The Government first discussed the release of child soldiers with APRD following their signature of the 2008 Libreville Peace Agreement and a visit to CAR the same year by UN Secretary-General’s Special Representative for Children and Armed Conflict, Ms. Radhika Coomaraswamy.

The recent rounds of demobilization follow the initial release of a group of children that got underway in June 2007 when UNICEF and the Government signed a child soldier reintegration agreement with the Union of Democratic Forces for Unity, UFDR, a rebel group operating in north-eastern CAR. 

UNICEF helped build two transit centres in Paoua and Bocaranga that are managed by the Danish Refugee Council and the International Rescue Committee, respectively. As a first step, each child receives a ‘demobilization kit’ consisting of civilian clothes, sleeping mats, blankets and personal hygiene items. They get medical check-ups, counseling, briefings on HIV and AIDS, human rights and child rights, and receive basic literacy and math classes.

Back home in their communities, UNICEF is offering catch-up classes for the children still of school age to facilitate their reintegration into the formal school system. Those too old to return to school can attend a range of training programmes, including animal husbandry, agricultural skills, tailoring and carpentry.

UNICEF works with a range of UN agencies, including the World Food Programme and NGOs such as the Danish Refugee Council; the International Rescue Committee; the International Medical Corps; the Comité d’aide médicale; and other partners to implement the disarmament, demobilization and reintegration (DDR) of children.

The DDR programme for child soldiers in CAR is funded by the UNDP Peace Building Fund; the Government of Spain; the UNICEF National Committees of the United Kingdom and France; the Canadian International Development Agency; the Government of the Netherlands; and other donors.

While UNICEF lauds this positive development it remains concerned about renewed fighting and the emergence of new armed groups along CAR borders with Chad and Sudan as well as local self-defense militias throughout the country. The increase in violence is heightening the risk of human rights violations and recruitment, or re-recruitment, of child soldiers.

“Reintegration is a long and often difficult process in any circumstance,” says Mr. Mdoe, “and the prevailing climate of insecurity adds to the challenges”. He points out that the children are returning to poor communities with limited access to basic services and few options for the future. “We need to keep up our assistance to these communities if we want the demobilization programme to succeed.”

UNICEF CAR needs an additional US$ 1 million to ensure continuity of the demobilization of child soldiers and their reintegration into their communities.

UNICEF is grateful for the ongoing support of the Government. “We are determined to continue our joint demobilization efforts,” said Mr. Mdoe adding that UNICEF calls on all armed groups and forces to immediately release those still enlisted, and to end all further recruitment of children.

UNICEF calls on the Government to sign an action plan with APRD to prevent recruitment and to release all children associated with their forces.

For further information, please contact:
Brigitte Stark-Merklein, UNICEF Central African Republic
Tel. +236 75 58 96 01; Email: bstarkmerklein@unicef.org

Gaelle Bausson, UNICEF Regional Office for West and Central Africa
Tel: +221 869 7642; Email: gbausson@unicef.org  

Bangui, République centrafricaine, 3 juillet 2009 – L'UNICEF a confirmé aujourd'hui la démobilisation de182 enfants  libérés par le groupe rebelle APRD depuis avril 2009 dans la province d'Ouham Pendé, dans le nord de la République Centrafricaine (RCA).

Parmi les 166 garçons et 16 filles âgés de 10 à 17 ans, beaucoup ont servi l'Armée populaire pour la restauration de la république et la démocratie (APRD) depuis sa formation en 2006. Ils ont pratiquement tous retrouvé leurs familles après avoir reçu une assistance pour la transition vers le retour à la vie civile.

« Nous sommes très heureux que les chefs de l'APRD respectent leur engagement de libérer les enfants inscrits dans leurs rangs », a déclaré Mahimbo Mdoe, Représentant de l'UNICEF à Bangui, qui travaille en étroite collaboration avec le gouvernement de la RCA afin de planifier et de coordonner la libération des enfants.

Le gouvernement a discuté la première fois de la libération des enfants soldats avec l'APRD suite à leur signature de l'accord de paix de Libreville en 2008 et à la visite, en RCA, la même année, de  la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies pour les enfants et les conflits, Mme Radhika Coomaraswamy.

Les activités récentes de démobilisation font suite à la libération d’un groupe d’enfants entamée en juin 2007, lorsque l'UNICEF et le gouvernement ont signé un accord de réinsertion des enfants soldats avec l'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR), un groupe rebelle présent dans le nord-est de la RCA.

L'UNICEF a contribué à la construction de deux centres de transit à Paoua et Bocaranga, qui sont gérés respectivement par le Conseil danois pour les réfugiés (DRC) et le Comité international de secours (IRC). Dans un premier temps, chaque enfant reçoit un « kit de démobilisation » contenant des vêtements civils, un sac de couchage, des couvertures et des produits pour l'hygiène personnelle. Ils subissent un contrôle médical, reçoivent des conseils, entendent des exposés sur le VIH et le SIDA, les droits humains et les droits des enfants et ils suivent des cours de base d'alphabétisation et de calcul.

Une fois les jeunes rentrés dans leurs communautés, l'UNICEF offre des cours de rattrapage aux enfants qui sont encore en âge scolaire afin de faciliter leur réinsertion dans le système scolaire officiel. Les autres peuvent suivre une série de programmes de formation, dont l'élevage, l'agriculture, la couture et la menuiserie.

L'UNICEF travaille avec des agences des Nations-Unies, notamment le Programme alimentaire mondial, et des ONGs, dont le Conseil danois pour les réfugiés, le Comité international de secours, l’International Medical Corps, le Comité d'aide médicale, et d'autres partenaires, pour mettre en œuvre le désarmement, la démobilisation et la réinsertion (DDR) des enfants.

Le programme de DDR pour les enfant soldats en RCA est financé par le Fonds de consolidation de la paix du PNUD, le gouvernement espagnol, les comités nationaux britannique et français pour l'UNICEF, l'Agence canadienne de développement international, le gouvernement des Pays-Bas, ainsi que d'autres bailleurs de fonds.

Tout en se félicitant de ces avancées positives, l'UNICEF reste préoccupé par le renouvellement des  combats et l'émergence de nouveaux groupes armés le long des frontières de la RCA avec le Tchad et le Soudan, ainsi que de milices locales d'autodéfense dans tout le pays. La recrudescence de la violence augmente le risque de violations des droits humains et de recrutement, ou re-recrutement, d'enfants soldats.

« La réinsertion est un processus long et souvent difficile dans toutes les circonstances » a déclaré M. Mdoe, « et le climat actuel d'insécurité ne facilite pas les choses ». Il explique que les enfants retournent dans des communautés pauvres, avec un accès limité aux services de base et peu de possibilités pour l'avenir. « Nous devons maintenir notre assistance à ces communautés si nous voulons que le programme de démobilisation soit couronné de succès ».

L’UNICEF RCA a besoin d’un appui d’au moins US dollars 1 million supplémentaires pour soutenir les efforts engagés de démobilisation des enfants et leur réinsertion dans leurs communautés respectives.

L'UNICEF est reconnaissant au gouvernement pour son soutien continu. « Nous sommes décidés à poursuivre nos efforts conjoints de démobilisation » a déclaré M. Mdoe en ajoutant qu’UNICEF lance un appel à tous les groupes et forces armés afin de libérer immédiatement les enfants encore enrôlés et de cesser d'en recruter.

L’UNICEF appelle notamment le gouvernement à signer un plan d’action avec l’APRD en vue d’arrêter le recrutement d’enfant soldats et de libérer les enfants qu’ils comptent dans leurs rangs.

Pour plus d'informations, veuillez contacter:
Brigitte Stark-Merklein, UNICEF République centrafricaine
Tel. +236 75 58 96 01; Email: bstarkmerklein@unicef.org

Gaelle Bausson, UNICEF Bureau régional pour l'Afrique de l'ouest et du centre
Tel: +221 869 7642; Email: gbausson@unicef.org  

 

 

 
Search:

 Email this article

unite for children